Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Laborit”

Page 1 de 1

Le moine et le philosophe…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , , ,

Amis de l’Eutonologie et du boudin aux pommes réunis, bonjour !  Nous sommes le Mercredi  ( Merc’her e brezonheg) 18 mai 2016, 29è jour de Floréal et c’est le jour du sénevé. On devrait cultiver bien davantage cette plante en Bretagne car on dit que c’est un excellent piège à nitrates. On  voit de plus en plus souvent ses fleurs jaunes en Statue_of_St_Carannog,_Llangrannog,_Walesbordure de champ et, sachez qu’on la nomme aussi la moutarde blanche bien qu’ici elle serve surtout de fourrage. Ce sont ses graines qui sont utilisées pour confectionner le condiment qui est à la galette-saucisse ce que le ketchup est au hamburger… Tiens, on me prie de vous faire savoir qu’on fête les Karanteg. C’était un abbé Gallois, fondateur de l’église de Llangranog, Cardiganshire, Pays de Galles. Carantock a visité l’Irlande en tant que missionnaire et après son retour a fondé une monastère à Cernach, dont il était abbé. On dit qu’il a mené un groupe de moines qui ont évangélisé la Cornouailles centrale, et a émigré de là en Armorique, où il est fortement vénéré sous le nom de Karanteg d’où les communes de Carantec et Tregarantec. On dit que  son père était Corun, le fils du grand Ceredig , qui a donné le nom du comté de Ceredigion.

Or donc, nous sommes le 18 mai, jour anniversaire de la mort de Henri Laborit, décédé en 1995 et né à Hanoi en 1914. J’ai une tendresse particulière pour cet anticonformiste et son regard aiguisé sur le laboritcomportement humain. Suivant les traces de son père, il devient chirurgien de la Marine. Il développe ses propres méthodes et se met bientôt a dos sa hiérarchie. Son audace lui fermera la porte d’une brillante carrière au service de l’Etat, mais lui permettra de s’engager à fond dans la recherche. Ces observations l’amèneront à développer des théories extrêmement importantes relativement au comportement humain. Refusant d’entrer dans le jeu protocolaire de ses confrères français, il sera tenu à l’écart du monde scientifique hexagonal, tandis que les américains lui décerneront leur plus haute distinction scientifique, le prix Albert LASKER.

Il monte, en 1958, son propre laboratoire de recherches et parvient à le financer à travers la vente de brevets relatifs aux travaux qu’il mène avec son équipe. C’est le laboratoire d’Eutonologie (science de l’agression, du stress, de l’inhibition. Voir les expériences de Milgram sur l’autorité et de Laborit sur l’inhibition de l’action) à l’hôpital Boussicaut. Le grand public ne le découvre réellement qu’en 1980, lors oncle d'amériquede sa prestation dans le film d’Alain Resnais Mon oncle d’Amérique film dont il est par ailleurs l’instigateur involontaire. Tout au long de ce film, il donne des « clés » biologiques expliquant le pourquoi du comportement des protagonistes. Bien qu’assez difficiles d’accès, ses livres sont autant de révolutions et de mises en pièces de l’argutie traditionnelle relative à la « nature humaine » et ses déviances. Au fond, le message est simple : Avant de juger ou d’expliquer ou d’excuser, il faut d’abord tenter de comprendre comment l’Homme fonctionne. Avant d’assommer l’enfant avec des lois, des règlements, des contraintes hiérarchiques, il faut lui donner les « clés » de sa propre conscience. Je vous conseille particulièrement « Dieu ne joue pas aux dés »1987 chez Grasset.

Allez, je m’aperçois que c’est un peu long comme billet ; portez vous bien et à demain peut-être.

Le 18 juillet 1968, en  Avignon, alors que le XXIIème Festival de Théâtre vient à peine de commencer, celui-ci est cette année contesté par de jeunes révoltés qui lui reprochent de n’être qu’un supermarché de la culture au service de la classe bourgeoise. Le jour même, le préfet de    police du Gard interdit sous prétexte qu’elle pourrait « troubler gravement l’ordre public »  une pièce de théâtre : « La Paillasse aux seins nus » qui devait être jouée dans une petite salle de Villeneuve-Lès-Avignon.   Sitôt connue, cette interdiction arbitraire suscite l’indignation et va donner lieu dans la soirée à une manifestation pacifique de protestation à laquelle prend part « l’enragé » Jean-Jacques LEBEL. Le rassemblement est aussitôt chargé par des CRS qui procèdent à plusieurs interpellations. La troupe du « Living Theatre » conduite par Julian Beck et Judith Malina marque aussitôt sa solidarité avec la compagnie censurée et avec les personnes arrêtées en refusant de jouer (comble de l’ironie) leur pièce « Antigone ».

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Amis de la nostalgie et de la chasse aux dahuts réunies, bonjour !

Le 18 juillet 1968, en  Avignon, alors que le XXIIème Festival de Théâtre vient à peine de commencer, celui-ci est cette année contesté par de jeunes révoltés qui lui reprochent de n’être qu’un supermarché de la culture au service de la classe bourgeoise. Le jour même, le préfet de    police du Gard interdit sous prétexte qu’elle pourrait « troubler gravement l’ordre public »  une pièce de théâtre : « La Paillasse aux seins nus » qui devait être jouée dans une petite salle de Villeneuve-Lès-Avignon.   Sitôt connue, cette interdiction arbitraire suscite l’indignation et va donner lieu dans la soirée à une manifestation pacifique de protestation à laquelle prend part « l’enragé » Jean-Jacques LEBEL. Le rassemblement est aussitôt chargé par des CRS qui procèdent à plusieurs interpellations. La troupe du « Living Theatre » conduite par Julian Beck et Judith Malina marque aussitôt sa solidarité avec la compagnie censurée et avec les personnes arrêtées en refusant de jouer (comble de l’ironie) leur pièce « Antigone ».

Le 20 juillet , en Avignon, après les évènements qui ont précédé, un nouveau rassemblement de protestation contre la censure a lieu. Il est  dispersé par les CRS qui procèdent à de nouvelles arrestations. Mais alors que la presse locale répand ses diatribes haineuses et racistes contre la troupe du « Living Theatre »   des nervis fascisants (recrutés parmi les sportifs de la ville par le maire et les politiciens de gauche comme de droite) attaquent dans la nuit le lycée où sont hébergés les comédiens du Living, et frappent à coup de barres le directeur d’un théâtre de New-York. Ils rosseront et tondront, sur leur passage, un jeune dont le seul  tort était d’avoir les cheveux longs.

Le 27 juillet 1968, en Avignon, pour faire taire toute contestation du Festival, et alors que les manifestations et rassemblements sont désormais interdits  dans les rues de la ville, Julian Beck responsable de la troupe du « Living Theatre » se voit à son tour notifié l’interdiction, par arrêté municipal,   de jouer la pièce « Paradise Now »  et de donner des spectacles gratuitement dans la rue.

C‘était une époque épique où l’on portait haut les couleurs de l’Utopie mais, comme le disait Henri Laborit: »


Ce n’est pas l’Utopie qui est dangereuse, car elle est indispensable à l’évolution. C’est le dogmatisme, que certains utilisent pour maintenir leur pouvoir, leurs prérogatives et leur dominance. » Sur ce, je vous laisse à vos méditations, portez vous bien et à demain peut-être.