Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “la tourbe”

Page 1 de 1

Les chiens de la mort…

Posté par erwandekeramoal dans TRADITION

, , , , , ,

Amis de la polémique et du waterzoï réunis, bonjour ! Nous sommes le nivoseLundi 21 décembre 2015, si l’on en croit le calendrier républicain, ce jour, premier de Nivôse, est dédié à la tourbe. Nivôse qui nous vient tout droit du latin Nivosus, riche en neige… C’est bien tout ce qu’il reste de riche par les temps qui courent ; mis à part quelques spéculateurs véreux qui se repaissent sur le dos des peuples et qui regardent en se bidonnant nos acquis sociaux se réduire à peau de chagrin. Ma doué benniget !

La tourbe donc, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, a été pendant longtemps la principale production du Yeun Elez, cette zone marécageuse située au cœur des Monts d’Arrée (Finistère) sous le regard vigilant de nos géants de granite: Roc’h Trevezel, Roc’h Trédudon, Menez Kador. La légende situe ici même, au cœur de ces tourbières, les portes de l’Enfer: Le Youdig. Voici ce qu’en dit Anatole Le Braz dans « La légende de la Mort »:  « On dirait, en été, une steppe la tourbesans limites, aux nuances aussi changeantes que celles de la mer. On y marche sur un terrain élastique, tressé d’herbes, de bruyères, de jonc. A mesure qu’on avance, le terrain se fait de moins en moins solide sous les pieds : bientôt on enfonce dans l’eau jusqu’à mi-jambes et, lorsqu’on arrive au cœur du Yeun, on se trouve devant une plaque verdâtre, d’un abord dangereux et de mine traîtresse, dont les gens du pays prétendent qu’on n’a jamais pu sonder la profondeur. C’est la porte des ténèbres, le vestibule sinistre de l’inconnu, le trou béant par lequel on précipite les « conjurés ». Cette flaque est appelée le Youdig (la petite bouillie) : parfois son eau se met à bouillir. Malheur à qui s’y pencherait à cet instant : il serait saisi, entraîné, englouti par les puissances invisibles ».

Depuis trente ans que l’on tente le démantèlement de la centrale deLankou-210x300 Brennilis… Elles sont peut-être là, les puissances invisibles. « Sant Mikêl vraz a oar an tu d’ampich ioual ar bleizi-du » ( Le grand saint Michel sait la manière d’empêcher de hurler les loups noirs ) allusion à la chapelle Saint-Michel de Braspart qui domine le Yeun Elez. Voila ce que l’on répond à ceux qui ont eu le malheur de s’égarer dans le marais et qui disent avoir entendu hurler les chiens de la mort. Mon aïeule nous contait l’histoire des crieurs de nuits (hoper noz) que sont les enfants morts sans baptême et qui doivent rester errer ainsi jusqu’au jugement dernier. Bref, que des trucs vachement rigolo…

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

C’ETAIT LA BANDE A BONNOT.

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Amis de la polémique et du waterzoï réunis, bonjour !

Nous sommes le 21 décembre, si l’on en croit le calendrier Maya, il vous reste un an pour préparer la fin du Monde. Quand au calendrier républicain, il est dédié ce jour, premier de Nivôse, à la tourbe (voir mon billet du 21/12/2009).

Nivôse qui nous vient tout droit du latin Nivosus, riche en neige… C’est bien tout ce qu’il reste de riche par les temps qui courent ; mis à part quelques spéculateurs véreux qui se repaissent sur le dos des peuples qui regardent DSK faire son come back en Chine et madame se faire désigner femme de l’année… On croit rêver !

 

C’ETAIT LA BANDE A BONNOT.

Le 21 décembre 1911, rue Ordener à Paris (18e), a lieu le premier braquage en automobile de l’histoire criminelle, celui de la « bande à Bonnot« . A huit heures du matin, le garçon de recettes Caby qui vient livrer la banque « Société Générale » est braqué par quatre hommes : Bonnot, qui reste au volant de l’automobile, Callemin, Garnier et un quatrième homme (qui serait Dieudonné, selon la version de la police).
C‘est Garnier qui tire à deux reprises sur Caby, le blessant grièvement, tandis que Callemin s’empare de la sacoche dont le contenu se révélera fort décevant (il n’y a que 5 000 francs de monnaie, le reste en titres difficilement négociables). La voiture démarre en trombe. Certains témoins qui tentent de les arrêter dans leur fuite deviennent à leur tour des cibles, mais aucun d’eux ne sera atteint par les balles.Tiens, Jo Dassin en avril 1968, c’était dans Dim Dam Dom. Un mois après on était sur les barricades. P’tin,Plus de quarante ans déjà…


La voiture, une magnifique Delaunay-Belleville, a été volée dans la nuit du 13 au 14 décembre chez un riche particulier à Boulogne-sur-Seine; elle restera jusqu’au jour du braquage garée à Bobigny, chez un garagiste anarchiste du nom de Dettwiller. Après le hold-up, elle sera abandonnée (sans sa plaque d’immatriculation) au bord de la mer à Dieppe, près de l’embarcadère pour l’Angleterre, laissant ainsi croire que les bandits ont traversé la Manche.
Cette action audacieuse d’un nouveau genre va susciter une énorme émotion dans l’opinion publique et lancer toutes les polices de France sur la trace des anarchistes qu’ils soient ou non liés aux activités de la bande.

Voila pour ce mercredi, en attendant le prochain billet, portez vous bien et à demain peut-être.