Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “justice”

Page 1 de 1

SELON QUE VOUS SEREZ…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,


Sacrés maillots.

Selon
que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous
rendront blanc ou noir… C’est dans « les animaux malades de
la peste » de Jean de la Fontaine, crois-je.

L‘actualité
nous offre à nouveau l’occasion de vérifier l’adage. Selon que vous
serez Pasqua ou Juppé ou Ribéry, vous ne serez point traité de la
même manière. C’est Roselyne qui ouvre le bal en déclarant, je
devrais dire en déclamant, que le maillot de l’équipe de France ne
saurait être porté par un individu « mis en examen ».
Et sa secrétaire d’État, la belle Rama Yade d’enfourcher le dada:
Le maillot des bleus, c’est sacré !

Passons
sur le fait que les histoires de fesses des footballeurs français
n’intéressent personne; et rappelons qu’une personne mise en examen
est présumée innocente. Il n’en va pas de même pour Juppé ou
Pasqua qui eux ont été condamnés. Le premier laisse entendre que,
le cas échéant, il pourrait bien briguer la plus haute marche du
podium. Le second, continue de balancer sa silhouette de créateur du
S.A.C. Dans les couloirs du sénat.

Le
maillot de sénateur ou le costume de Président semblent donc bien
moins sacrés aux beaux yeux de Rama Yade que la défroque d’un
joueur de baballe habillé en stroumph. Par ailleurs, je ne me souviens pas avoir
entendu leurs réprobations alors qu’elles participaient au même
gouvernement qu’André Santini mis en examen pour détournement de
fonds publics… 

On
serait tenté de ne voir là que quelques « footaises »
si il ne s’agissait pas, une fois encore, d’un glissement de nos
valeurs républicaines vers on ne sait quelle pipolerie. On est en
droit en effet de voir dans le statut de représentant de la nation
quelque chose de sacré au sens Républicain du terme. Roselyne et
Rama se soucient-elles d’éthique, de morale, voilà qui serait fort
réjouissant dans un sport qui voit la tricherie quasiment
institutionnalisée. A moins que…Il faille sauver le soldat
Domenech qui va devoir affronter l’épreuve de la coupe du monde avec
une équipe dont les bagages seront plus chargés de casseroles que
de teinture d’arnica.

Les
discours sécuritaires de Nicolas 1er sur les valeurs, l’autorité,
auront autant d’effet que cautère sur jambe de bois tant que le
voleur de mobylette sera traité différemment que celui qui salit le
mandat que lui a remis « le peuple souverain ». Dans
notre beau pays aujourd’hui, vous ne pouvez pas conduire une
automobile vêtue d’une burqa, mais, vous pouvez vous conduire en
gougnafier sans attirer les foudres de la justice.

Allez, ne nous prenons pas au sérieux… C’est trop grave ! Merci de votre visite, c’était le 237è billet de ce blog qui sans vous ne serait pas ce qu’il est (poil au nez). Portez vous bien et à demain peut-être.

JOUR J MOINS DEUX…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

AFFAIRE SUIVANTE…Après Pasqua, c’est au tour de Chirac de devoir rendre des comptes à la justice. Vous allez voir que si ça continue, ils vont faire tourner les guéridons pour interroger De Gaulle. La mode judiciaire vire de plus en plus à l’archéologie. Voila t-il pas qu’on nous ressort l’affaire du petit Gregory et, comme si ça ne suffisait pas, on nous remet une couche avec l’affaire Boulin. Si j’en croie les gazettes, il faut rajouter un zeste de l’affaire Tapie et un soupçon de l’affaire Messier. Un peu de patience et on va avoir droit à l’affaire Dreyffus, l’affaire du train postal, l’affaires des ferrets de la reine. Pendant ce temps là me direz vous, on évite de parler des choses qui fachent. L’affaire du chomage, l’affaire de la crise, de l’Irak, de l’Iran, de l’Afghanistan, du réchauffement, de la main d’ma soeur dans la culotte d’un zouave et donc, du pont de l’Alma et donc, de l’affaire lady DI… Après tout, madame Michu, tout ça, c’est pas nos affaires !

Tiens, en voila un autre qui fait dans le Mea maxima culpa. Oui, dit-il, je suis un fieffé tricheur,je me suis drogué, je vous ai menti pendant des années. Même mon look était bidon et je portais une perruque. Mais aujourd’hui, je suis un repenti et je sais que vous me pardonnez, d’ailleurs, vous allez acheter mon livre car j’ai quelques difficultés en fin de mois (et en fin de moi comme dirait Lacan) pour payer ma maison de Beverly hills. Il est agassant cet Agassi mais, il est tellement représentatif de ce qui se fait aujourd’hui que la desperate housewive de moins de cinquante ans est prète à lui administrer tous les sacrements y compris, le bon Dieu avec ou sans confession.

Mais, on parle, on parle et on ne voit pas le temps passer. Quoique, si l’on en croit Einstein, qui en connaissait un rayon: Ce n’est pas le temps qui passe, c’est nous qui passons dans le temps. Allez, portez vous bien, n’oubliez pas le masque anti H1N1, et, à demain peut-être.

YES, WE KAN HA DISKAN…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Il y a trop longtemps que j’ai envie de la faire…L’esprit calambourdesque qui anime ce blog dans la plus pure tradition de l’almanach Vermot ne saurait se tarir.

On peut rire de tout mais pas avec n’importe qui dit-on. Une fois encore, l’actualité nous livre à la une un sujet de méditation bigrement interessant. Le soutien d’un certain nombre de personnes, pour ne pas dire personnalités, apporté à ROMAN POLANSKI, dans son bras de fer avec la justice américaine ne me fait rire qu’à moitié. J’entends déja les esprits chagrins me dire que cela n’a rien à voir avec les frères Morvan. Alors là, je rétorque…D’abord, les esprits chagrins n’ont rien à faire sur ce blog. Deuxio, imaginez un instant qu’un des frères soit poursuivit par la justice Chilienne pour avoir tripoter une gamine dans les années trente et en Patagonie. Oui je sais, cela est pure fiction. Et pourtant, je vois fleurir les banderolles de Saint Nicodême à Bulat-Pestivien, les festou noz se transformer en tribunes, les tribuns en procureurs, les laridés en dans fisel…

La question n’est pas de se prononcer sur la culpabilité ou non de POLANSKI mais sur la légitimité d’un droit de pousuite international et cela, que tu sois puissant ou misérable. Par ailleurs, l’histoire nous invite à faire le distinguo entre l’homme et son oeuvre. Or donc, je me refuse à être le dernier des invités au « Bal des vampires ». Que la justice passe, dans son symbolique aveuglement. Pour ma part j’ai déja beaucoup à faire avec ma peinture (oui, bon, faut suivre…)Allez, à demain peut-être.