Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “journal satirique”

Page 1 de 1

FEU BAKCHICH-HEBDO…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Amis de l’opéra de quat’sous et du tiers Etat réunis, bonjour !

Aujourd’hui, 17 janvier, nous célébrons Saint Antoine. Attention, St Antoine le grand, pas celui de Padoue… C’est un peu le patron de tous les anachorètes et cénobites réunis. On sait tout de lui grâce à Athanase d’Alexandrie qui a bien voulu nous raconter sa vie. Il vécut jusqu’à l’âge canonique de 105 ans et passa une grande partie de sa vie en Thébaïde sur le mont Qolzum. Il est resté célèbre pour avoir résister toute au long de sa vie aux tentations du Malin; les fameuses tentations de Saint Antoine. A l’inverse de votre serviteur qui a su résister à tout sauf aux tentations…De nombreuses représentations du saint nous le montrent accompagné d’un cochon portant une clochette. Selon Emile Mâle qui signale que cette tradition date de la fin du XIVè siècle, le cochon n’a rien à voir avec la vie du saint mais avec un ordre religieux fondé en 1095
(les Antonins) : les porcs n’avaient pas le droit d’errer librement
dans les rues, à l’exception de ceux des Antonins, reconnaissables à
leur clochette. A noter cependant que les démons qui ont tourmenté le
saint ont, dans un premier temps, été représentés par des animaux
sauvages (lion, ours, etc.) puis sous la forme d’animaux plus familiers
comme le loup et le sanglier, ce dernier pouvant expliquer le lien avec
le cochon. On le voit aussi très souvent en compagnie d’un autre ermite, saint Paul de Thèbes, on dit qu’ils étaient copains comme cochons…

Tout à fait autre chose.
Je viens d’acheter le dernier numéro de BAKCHICH hebdo. Quand je dis le dernier je devrais dire l’ultime car, en effet, comme SINE-HEBDO, comme LA MECHE, comme KAMIKAZE, s’en est fini pour eux. A croire qu’il n’y a guère de place pour les journaux satiriques dans notre douce France. Les lecteurs veulent de la mélasse, du consensus mou, du pré-mâché, du je-ne-dis-rien-mais-j’en-pense-pas-moins.

Bien sûr, il reste le oueb mais, on reste souvent dans le domaine de l’instantané, du scoop, rarement dans l’analyse qui permet de prendre ses distances et de se faire son propre jugement sur les évènements. J’avoue que j’en ai un peu marre de collectionner les journaux « morts de fin ». Je possède quelques cartons pleins de Hara-Kiri, Charlie, L’Enragé, SINE-HEBDO, qui feront peut-être la joie des historiens quand les petits enfants poseront la question: Dis papa, c’était quoi un journal satirique ? Bon ben, tant pis, on va continuer à déchiffrer le « Canard enchainé » tous les mercredis.

En attendant promenez vous sur Internet, il y a plein de blogues qui méritent le détour, quand bien même leur durée de vie est souvent réduite au minimum syndical. Celui-ci de blogue est à quelques jours de fêter son 500è billet et cela grâce à votre fidélité, soyez en remercié, poil au nez ! Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

LA MECHE EST DITE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,


Amis
des droits de l’homme et de la marine à voile réunis, bonjour !


Nous
voici le 29 juin c’est à dire le 11è jour du mois de Messidor,
généralement consacré à la coriandre. Les étymologistes se
disputent à propos de l’origine du mot: Grecs pour les uns, de
source Mycéenne pour les autres – Koriadnon, pour Ariane la fille
de Minos – En Arabe le mot se dit
Kuzbur,
même si dans l’Algérois on dit
hachiche
qui veut dire littéralement:
Herbe.
Mais, même bien  séchée, je vous déconseille de la fûmer. La
coriandre se marie très bien avec les carrottes sous toutes les
formes. Mais ça le fait aussi avec les patates.  Avec l’été venu,
imaginez une petite salade de pommes de terre au cumin, légèrement
citronnée et parsemée de coriandre; un vrai régal qui mériterait
un article chez Madame « dans ma cuizine ». La coriandre
c’est comme le cochon, tout est bon de la feuille à la racine en
passant par la fleur et la graine. On lui prête même des vertus
antiseptiques dans les bains de bouche destinés à calmer les
douleurs dentaires et ça…Ca m’intéresse.

Pour
ceux qui s’intéressent à la littérature gastronomique, je leur
conseille:
Bouquet de
coriandre
, publié en
2007 et écrit par Rachel SAMOUL, un recueil de treize  nouvelles, où
la coriandre joue un rôle essentiel.


Enfin
une bonne nouvelle.


« A
partir de septembre, parution d’un nouvel hebdo satirique: Le nouveau
journal s’appellera
La
Mèche
 (on
vous laisse imaginer les jeux de mots et les déclinaisons graphiques
que les dessinateurs ont commencé à nous proposer). Vous y
retrouverez une bonne partie des chroniqueurs et dessinateurs que
vous aimiez dans Siné Hebdo.
Déjà, Jiho, Guy Bedos, Marc Large,
Berth, Laure Noualhat, Noël Godin, Aranega, Flav’, Jean-Pierre
Bouyxou, Laurence Romance, Miguel Benasayag, Vuillemin, Martin, Caza,
André Langaney, Lindingre, Anne Steiger, Etienne Liebig, Avoine,
Carali, Faujour, Pierre Concialdi, Georges Yoram Federmann,
Decressac, Jeanne Folly, Charles Fontaine, Carlo Santulli, Goubelle,
Nathalie Gathié, Gudule, Thierry Pelletier, Miss. Tic, Mix &
Remix, Rémi ont répondu favorablement à notre appel !
Christophe
Alévêque, Frédéric Bonnaud, Loup, Patrick Raynal et bien d’autres
devraient nous rejoindre rapidement.
Sans compter de nouvelles
signatures que vous découvrirez très bientôt et… et… et…
SINE en personne, qui semble bien décidé à poursuivre sa Zone
(actuellement sur internet) dans La Mèche !! Si !! »


Voilà,
c ‘est pas réjouissant ça, c’est pas fantastique ça mes bodys
boys ?

Quand je vous dis qu’il ne faut désespérer de rien ! Une autre bonne nouvelle, c’est la démission du président de la fédération Française de fouteballe. Quand bien même il serait remplacé par un clone, c’est une bonne chose de voir ses barons de la baballe retourner sur les terres qu’ils n’auraient jamais dû quitter.

Allez voila pour ce mardi matin ensoleillé. Si le coeur vous en dit, vous pouvez voter pour ce blog qui est, à n’en pas douter, votre blog préféré. C’est au bas de la colonne de droite. C’est vrai que cela « booste » la fréquentation, le revers de la médaille c’est que cela génère aussi de la pub pas du tout désirée par l’auteur. On va faire avec et puis un jour viendra où les « cénobites tranquilles » pourront s’en passer. En attendant ces jours heureux, je vais arroser ma coriandre, portez vous bien et à demain peut-être.