Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Johnny Cash”

Page 1 de 1

BLUE SUEDE SHOES…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , , , ,

Amis du Rockabilly et du cheese burger réunis, bonjour !

Nous sommes le jeudi 07 mars 2013, c’est la mi-carême et c’est le 17è jour de ventôse dédié à la Doronic, longtemps confondue avec l’Arnica des montagnes comme chacun le sait.

Aujourd’hui donc, et pour montrer, si besoin était, qu’il n’y a pas que le jazz dans la vie, portrait d’un musicien de Rock’N’Roll, issu du blues et du gospel. Carl Perkins est un 1cqey9b4chanteur de rock ‘n’ roll américain né le 9 avril 1932 à Tiptonville au Tennessee. Mort le 19 janvier 1998 à l’âge de 65 ans. Il est issu d’un milieu agricole où il commence à travailler tout jeune dans les champs de coton avec des Noirs. Le jour, il y apprend le Gospel et, la nuit, il écoute du Blues et de la Country sur des radios locales. Il y apprend aussi la guitare.

Aux début des années 1950, il forme un trio de musique country, les Perkins Brothers, avec ses frères Jay B. et Clayton. En 1954, un single d’Elvis Presley (Blue Moon of Kentucky) le pousse à tenter sa chance et ses  premiers enregistrements sont des ballades. Pendant ce temps, Sam Phillips revend le contrat d’Elvis à RCA, misant sur Perkins pour le remplacer. En 1955, Carl Perkins possédait une paire de chaussures en daim bleu. Il y tenait particulièrement et craignait qu’on ne les abîma en lui marchant sur les pieds. C’était l’époque bénie de la naissance du Rock’N’Roll. Issu du Tennessee rural, marqué par le blues des noirs et la country music des blancs, il en tira une chanson enregistrée le 1er janvier 1956, Blue Suede Shoes qui devient son véritable premier hit, mais aussi un hymne pour la jeunesse. Grâce à lui, le Rockabilly gagne ses lettres de noblesse. Ici en vidéo en compagnie de Jerry Lee Lewis (1979) année de naissance de mon coach.

Alors au faîte de sa gloire, il échappe de peu à la mort lors d’un accident de la route tandis qu’il se rend à New York pour participer à l’émission de télévision de Perry B000024PFE.01._SCLZZZZZZZ_Como. Carl passe plusieurs mois à l’hôpital entre déprime et télégrammes de Presley, qui va enregistrer sa propre version de Blues Suede Shoes et devenir ce que l’on sait. Le 4 décembre 1956, il enregistre Matchbox aux studios Sun, inspiré d’un blues de Blind Lemon Jefferson. Ses deux frères l’accompagnent, ainsi que le jeune Jerry Lee Lewis. Johnny Cash est présent dans le studio quand le King décide de venir faire un tour dans son ancienne maison de disques. Les quatre chanteurs se retrouvent naturellement autour du piano pour improviser quelques airs traditionnels. Sam Phillps, qui flaire le bon coup, laisse les micros allumés. Cet enregistrement ne sera pourtant publié qu’après la mort d’Elvis, sous le titre The Million dollar quartet.

En 1964, alors qu’il est en tournée au Royaume-Uni avec Chuck Berry, les Beatles déclarent combien son influence à été décisive sur leurs compositions et reprennent  19221767-225x300plusieurs de ses chansons sur leurs disques. Mais c’est surtout sa rencontre avec Johnny Cash et sa participation au show télévisé de ce dernier qui lui permettent de se reconstruire, alors qu’il avait quitté le métier. Le déroulement de leurs carrières est identique (départ et retour à la Country, batailles gagnées contre l’alcool et les drogues). Il signe un contrat discographique et abandonne un Rockabilly mourant pour des écarts Country puis Rock. Guéri d’un cancer de la gorge en 1993, il continue d’écrire, de s’occuper de ses deux restaurants et de sa fondation pour les enfants battus. Au fil des années, il a vu ses compositions reprises notamment par les Beatles, Ricky Nelson, Eddie Cochran, Vince Taylor, Johnny Burnette, Link Wray, Patsy Cline, Dolly Parton, Mountain, Eric Clapton ou encore The Stray Cats. Il meurt en 1998 d’une rechute de son cancer de la gorge et après plusieurs mois de souffrance. Il est enterré au cimetière de Ridgescrest à Jackson (Tennessee).

PS: je m’aperçois, mais un peu tard que j’ai déja évoqué cette chanson ici même. Bof, abondance de biens ne nuit pas… Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui, portez vous bien et à demain peut-être.

 

JUNE CARTER AVANT J. C. …

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

Fille de la célèbre chanteuse Maybelle Carter, Valérie June Carter Cash est née le 23 juin 1929 aux États-Unis dans la ville de Scott County en Virginie. C’était une chanteuse de musique country américaine qui aurait pu connaître une toute autre carrière malheureusement, elle épousa le plus célèbre de tous les chanteurs de Country, alors forcément…. Elle faisait partie de la famille Carter, première grande famille de la musique country. Elle fut l’épouse de Johnny Cash (on dit que celui-ci était le descendant de Malcom IV d’Ecosse qui fut roi au 12è siècle) pendant 35 ans, ils eurent ensemble un fils du nom de John Carter Cash. Leur mariage fut également le témoignage d’une union entre deux grands musiciens qui enregistrèrent ensemble tout au long de leur vie. Dans sa biographie, elle raconte sa vie avant J.C. c’est à dire avant Johnny Cash, amusant non ! June Carter mourut 4 mois avant son célèbre mari.Son talent fut récompensé par un Grammy Award en 1999 et deux autres, à titre posthume, pour son dernier album en 2003.

2003, sale temps pour les CASH.

June Carter Cash est décédée à Nashville, Tennessee de complications cardiaques le 15 mai 2003 à l’âge de 73 ans. Johnny Cash la suivit le 12 septembre 2003 , et la seconde fille de June, Rosie, mourut un mois plus tard, le 24 octobre 2003. Sur la vidéo, on voit June et Johnny au cours d’un de leurs célèbres duos.

La musique adoucit les moeurs mais, pas partout.


Faut-il en rire ou en pleurer ? L’histoire est parue dans le journal Haaretz de jeudi dernier (6 mai) et nous est contée par Gidéon Levy sur le site « le grand soir ».

Un clown espagnol – ça commence comme une blague, n’est-ce pas? – a atterri en Israël. Pas n’importe quel clown, le plus grand clown d’Espagne, Ivan Prado. Il pensait traverser le contrôle des passeports rapidement (un citoyen espagnol, même clown, n’a pas besoin d’autorisation spéciale pour entrer dans l’état démocratique d’Israël) prendre ses bagages et aller à Ramallah.

Ce plaisantin voulait organiser un festival de clowns à Ramallah et pas ailleurs. Ce fut l’erreur de sa vie, une idée vraiment idiote. D’abord quel besoin les Palestiniens ont-ils de voir des clowns d’autres pays? Mais, les gardiens de l’orthodoxie sioniste ne laissent rien passer… Bref, après six heures d’attente pénible à l’aéroport international de Ben Gourion, un officiel du Ministère de l’Intérieur a dit à Prado:  » Vous êtes expulsé. Prenez le premier avion pour Madrid, c’est la place des plaisantins comme vous ».

Prado n’est pas le seul. Si tout cela n’était pas si insensé, grotesque et horripilant nous nous tordrions de rire. Mais des dizaines de visiteurs étrangers ont été refoulés de la même manière ces derniers mois, parce qu’ils étaient soupçonnés de sympathie envers les Palestiniens.

Quelqu’un a-t-il jamais entendu dire qu’une personne venue soutenir moralement ou financièrement les colons les plus extrémistes ait jamais été expulsée? Décidément, l’humour Juif n’est plus ce qu’il était…

Aie, et bien voila, c’est fait, je vais encore me faire traiter d’antisémite, de Dieudonniste,et de suppôt du terrorisme international. La vie du blogueur n’est pas un long fleuve tranquille.En attendant les représailles, portez vous bien et à demain peut-être.