Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “JOFFRIN”

Page 1 de 1

Engagez-vous, rengagez-vous qu’y disaient…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

,

Amis de la tristesse infinie et du bacalao réunis, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 23 juillet 2020, 5è jour de thermidor dédié au bélier. En breton on dit ar maout. Dans le Gouren (la lutte bretonne) le vainqueur reçoit comme récompense un bélier, symbole de force et de vaillance. ar maoutC’est aussi, la saint Sève au nom aussi énigmatique que sa vie. Elle serait la soeur de Tugdual et donc la fille de Koupaia. Les experts de l’expertise ne sont même pas d’accord pour affirmer qu’il s’agit d’un saint ou d’une sainte… On sait très peu de chose sur cette sainte, semi-légendaire du VIè siècle, non reconnue par l’Église de Rome. Elle a pourtant laissé son nom à une commune proche de Morlaix (29). Le nom de la commune en breton est Sant-Seo qui fut francisé en Sant Sev, donc, bien masculin, puis redevenu féminin sous le nom de Sainte Sève. Il existe en Gironde une commune du nom de Saint-Sève mais qui viendrait de saint Sévère de Vienne. Et voila pourquoi votre sœur est muette.

Et saint Joffrin ressuscita la gauche…

Mais si, vous savez, Laurent Joffrin, de son vrai nom Laurent Mouchard (cela ne s’invente pas). Son père, Jean-Pierre Mouchard, fut éditeur, propriétaire des Éditions François Beauval, devenu homme d’affaires, puis gestionnaire de fortune. Proche de Jean-Marie Le Pen,  il a longtemps contribué au financement du Front National. Notre pJoffrin 2etit Laurent passe une partie de sa jeunesse au château de Moncé, que sa famille possédait à Limeray, près d’Amboise (Indre-et-Loire). Il a passé sa vie à naviguer entre le nouvel Obs et Libération. Bref un social démocrate puis social libéral et enfin libéral tout court. Et voila t-y pas qu’il se met en tête de créer un mouvement politique baptisé «Engageons nous» pour tenter de sauver une gauche sous assistance respiratoire. Selon la rédaction du Monde, Laurent Joffrin a reconnu avoir parlé de son initiative à François Hollande, tout engagez-vouscomme à l’ancien ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve, mais aussi à Ségolène Royal et à Jean-Christophe Cambadélis. Bref, que des perdreaux de l’année.  La plate-forme de Laurent Joffrin est propulsée par un appel signé par 150 personnalités parmi lesquelles des gens sympas. le démographe Hervé Le Bras, le  sociologue Alain Touraine, Pierre Lescure, Serge Moati, Benjamin Biolay, Denis Podalydès, François Morel, Agnès Jaoui… Bien entendu, comme c’est désormais la règle en politique, il ne s’agit surtout pas de créer un nouveau parti mais… Mais quoi ? Sinon nous refaire le coup d’ En Marche ! Rendez-vous fin août pour l’assemblée constituante.

En attendant, portez vous bien et à bientôt peut-être.

SINE M’ETAIT CONTE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Amis
de la presse libre et du pot-au-feu réunis, bonjour !


En ce
dimanche 19 décembre qui correspond au 29è jour de frimaire, jour
de l’olive, je reviens un moment sur l’affaire SINE.

Non
seulement
parce que j’aime beaucoup ce vieux monsieur indigne mais
aussi, et surtout, parce que une fois de plus, je suis stupéfait du
silence assourdissant des médias. Que n’a t-on entendu lorsque cette
histoire a été lancée par Claude Askolovitch sur l’antenne de
RTL:« un article antisémite dans un journal qui ne l’est
pas, Charlie Hebdo »
  et  qu’il informait l’auditeur que
Philippe Val allait « faire son éditorial pour expliquer
que Siné est une ordure, a dérapé totalement et devrait partir »
.
Le feu avait aussitôt embrasé la plaine médiatique, et les
chasseurs de fantômes antisémites y allèrent tous de leur
commentaire.(dessin sans l’aimable autorisation de LARGE)

BHL,
forcément, qui dans une tribune publiée dans Le Monde,
estimait que « Philippe Val, le directeur de « Charlie
Hebdo », a raison de demander à Siné de s’excuser ou de
démissionner, pour avoir publié une chronique antisémite »
.
Alexandre Adler, évidemment, qui pontifiait dans Le Figaro :
« Il ne devrait pas y avoir le moindre doute sur le
caractère antisémite des propos de l’auteur »
. Ou
encore Laurent Joffrin et… Philippe Val.

Deux ans et demi plus
tard
, le Tribunal de Grande Instance de Paris répond à Philippe
Val, dans un jugement dépourvu de toute ambiguïté : « Il
ne peut être prétendu que les termes de la chronique de Maurice
Sinet sont antisémites, (…) ni que celui-ci a commis une faute en
les écrivant (…). [De plus], Il ne pouvait être demandé à Siné
de signer et faire paraître une lettre d’excuse »
. Une
dépêche AFP a circulé, reprise sur les sites internet de plusieurs
quotidiens et hebdomadaires, sans aucun commentaire. Pas d’article
dans les versions papier. Pas de long développement sur l’affaire,
bien entendu, sur l’antenne de France Inter. Mais peut-être
n’est-ce qu’une question de temps…

Philippe
Val
va-t-il, comme il l’avait exigé de Siné, présenter des
excuses publiques dans Charlie Hebdo ? Ou alors, sur
France Inter, comme lorsqu’il s’était invité à l’antenne
pour justifier les renvois de Stéphane Guillon et Didier Porte ?
BHL va-t-il écrire une tribune enflammée dans laquelle il reconnaît
s’être trompé ? Laurent Joffrin va-t-il consacrer une page
« Rebonds » de Libération à démentir ce qu’il
avait écrit dans ces mêmes pages au moment de « l’affaire » ?
Que vont faire Alexandre Adler, Claude Askolovitch, et tant
d’autres ? Les médias vont-ils, plus d’une semaine après
la publication du jugement rendu contre Charlie Hebdo, se
faire l’écho de cette nouvelle qui clôt une affaire en cours
depuis deux ans et demi, et qui avait fait couler tant d’encre ?

(D’après
une info développée sur Acrimed, lien colonne de droite
)


voilà
pour aujourd’hui, le dimanche aussi, les cénobites se reposent. En
attendant la suite portez vous bien et à demain peut-être.