Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Jean-Pierre Mocky”

Page 1 de 1

Le grand manitou…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , , ,

Amis du chiasme* et de la compotée de tomates réunis, bonjour !

*Exemple: « Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie. »
(Jacques Prévert / 1900-1977 / Spectacle)

Déjà le 15è jour de prairial, dédié à la caille, qui n’est jamais en si bonne compagnie qu’avec des raisins de Corinthe…

L‘homme du jour fait partie de ces artistes inclassables dont on continue à fredonner les rengaines en ayant oublié leurs auteurs. Je me souviens du personnage et de son côté Pierrot lunaire. Un peu de Boby Lapointe, un peu de Boris Vian et voici, René-Louis Lafforgue, chanteur, compositeur, interprète et libertaire.

Avec ses parents anarchistes du Pays Basque Sud, il subit la guerre d’Espagne, puis l’exil en France, où son frère trouve la mort en participant à la résistance. Après avoir exercé plusieurs métiers, il devient comédien puis chanteur compositeur. Les années cinquante voient son talent reconnu, après les premières parties des spectacles de Georges Brassens, il passe à l’Olympia. Au théatre, il a joué notamment « l’équarissage pour tous » de Boris Vian. Au cinéma, il a collaboré avec Jean-pierre Mocky sur le film « La cité de l’indicible peur ». Avouez qu’il y a pire comme fréquentations. Il est le 467ème « je me souviens » de Georges Perec.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Ses chansons comme: « Julie la Rousse » lui assurent la popularité. Avec sa compagne Claudie, il ouvre un cabaret rue Mouffetard « L’Ecole Buissonnière », lieu de rendez-vous des libertaires et pacifistes pour qui il anima de nombreuses fêtes. Ah, la rue Mouffetard, ses cabarets, la Contre-escarpe, le Discophage, le bateau ivre et tous les autres… Ou sont ils aujourd’hui ces lieux qui ont vu s’épanouir tant de talents ? Il est mort le 3 juin 1967 dans le sud de la France (Albi) lors d’un accident de voiture. René-Louis LAFFORGUE qui, selon les souvenirs de témoins oculaires, chantait « Le Grand Manitou » (plus haut en vidéo) en se tenant ostensiblement à l’ordre d’Apprenti, était membre de la Loge parisienne L’Etoile Polaire. L’une de ses chansons rappelle son appartenance maçonnique:

Quand je passerai l’arme à gauche

S’il faut me faire pendre ailleurs,

Pour le pire et pour le meilleur,

Je ne raterai pas le coche.

Par la route la plus directe,

Si Dieu n’est pas un chicanier,

J’irai jusqu’au Grand Architecte,

Le jour du jugement dernier.

Bon et bien voilà, pour un dimanche. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.