Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “islamisme”

Page 1 de 1

Le dimanche à Bamako…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités, HUMEUR

, , ,

Amis de la xyloglossie* et du pâté Hénaff réunis, bonjour !

*Figure de rhétorique consistant à détourner la réalité par les mots. C’est une forme d’expression qui, notamment en matière politique, vise à dissimuler une incompétence ou une réticence à aborder un sujet en proclamant des banalités abstraites, pompeuses, ou qui font appel davantage aux sentiments qu’aux faits.

Nous sommes le vendredi 17 août, trentième et dernier jour de Thermidor dédié au moulin. Vous me voyez ci, Gros-Jean comme devant en proie aux affres du doute et de la perplexité (poil au nez). En effet, je m’interroge encore et encore sur les événements de Syrie et leurs significations réelles. Un certain nombre de va-t-en-guerre en appellent à nouveau à la croisade, rassemblés derrière la chemise blanche de notre philosophe de bistro.

« Le philosophe « humaniste », BHL, considère qu’il est temps que le chef de l’État français, François Hollande, prenne exemple sur Nicolas Sarkozy dans sa gestion du conflit libyen. Le cœur brisé, BHL ne peut plus cacher son mécontentement du président Hollande qui, selon lui, a oublié les promesses qu’il avait faites pendant sa campagne électorale. BHL en rappelle le président Hollande, en lui demandant d’être assez courageux pour prendre une décision ferme et historique et pour donner le feu vert au bombardement de la Syrie, en suivant le scénario libyen. Après un long soupir, BHL enfin exprime sa déception : « Je suis déçu par Hollande », déclare-t-il dans une interview avec Le Parisien. » Je cite Fida Dakroub dans son billet paru sur le site Le grand soir.

Je veux que notre prophète Germano-pratin m’explique  comment à un certain moment historique, les grandes valeurs fondamentales de l’Occident sur la liberté, la démocratie et les droits de l’homme, se mélangent allègrement avec celles du despotisme obscurantiste arabique et de l’islamisme califal turc, pour créer ainsi une Sainte-Alliance contre la Syrie. Car c’est bien de cela qu’il s’agit, l’union sacrée de l’Occident Otanisée et des féodaux arabiques, le sabre et le goupillon en quelque sorte, version XXIè siècle, les avions de l’OTAN et la loi Salafiste. Car bien entendu, la thèse qui voudrait que le régime de Bachar soit la cible d’une révolte populaire ne résiste pas à un examen sérieux. Pas plus que les armes de destruction massive de Kadhafi ni le plan  génocidaire de Ben Ali…   « Parmi les groupes qui affrontent l’armée syrienne figurent plusieurs milliers d’étrangers infiltrés, provenant de Libye, du Qatar, d’Arabie saoudite ou d’Afghanistan, et souvent liés à l’organisation terroriste al-Qaida. Ces mercenaires sont pourvus d’armes, notamment d’armes lourdes comme des dispositifs antichars et des lance-roquettes, fournies par l’OTAN via la Turquie ou les monarchies du Golfe. Comme pour la Libye, les groupes armés promus par l’OTAN sont appuyés clandestinement par des agents des forces spéciales de certains pays, comme la France et la Grande-Bretagne » comme le rappelle le site « le petit Blanquiste« .

Maintenant à chacun de se forger sa propre opinion car demain il faudra traiter avec des régimes islamistes qui se torchent avec les droits de l’homme, relèguent la femme au rang d’objet utilitaire, détruisent les mausolées au Mali et imposent la charia à tout un chacun. Décidément madame Michu, le dimanche à Bamako, ça va pas être drôle toutes les semaines. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

BOBBY SANDS…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

BOBBY SANDS.

Bobby Sands est né à Rathcoole, un quartier de Newtownabbey en Irlande du Nord, il rejoint les forces de l’IRA en 1972, avant la fin de l’année, il est arrêté et emprisonné. À sa libération, Sands devient rapidement un des principaux activistes de sa communauté. Il ne reste en liberté qu’une année. Il est arrêté avec quatre de ses compagnons et est condamné et envoyé en prison pour une durée de 14 années.Il est emprisonné à la prison de Maze (On le voit ici en fresque sur un mur de Belfast avec son coté Mike Brant). Les détenus de l’IRA réclament que leur soit accordé un statut spécial de prisonnier politique. Ils demandent que les règles de droit commun ne s’appliquent pas à eux et qu’ils bénéficient de plusieurs prérogatives comme le droit de garder des habits civils. Une première grève de la faim a lieu fin 1980, qui se termine par un accord ambigu. Ainsi les prisonniers obtiennent-ils le droit de porter des habits civils mais pas leurs propres habits. L’accord est dénoncé le 4 février 1981 par les prisonniers. Bobby Sands refuse de s’alimenter le 1er mars 1981 et entame ainsi sa grève de la faim. Peu de temps après le début de la grève, un député républicain du Fermanagh et du sud Tyrone meurt et des élections anticipées sont provoquées. Les supporters de Sands et de son combat le proposent donc comme candidat à l’élection législative. Après une campagne électorale fortement médiatisée, Sands remporte le siège le 9 avril 1981. Le gouvernement conserve cependant une attitude de fermeté. Le premier ministre, Margaret Thatcher, déclare : « Nous ne sommes pas prêts à accorder un statut spécial catégoriel pour certains groupes de gens accomplissant des peines à raison de leurs crimes. Un crime est un crime et seulement un crime, ce n’est pas politique. ». Le gouvernement change la loi électorale en introduisant le Representation of the People Act pour prévenir l’élection d’autres prisonniers de l’IRA. Cette loi interdit aux prisonniers condamné à plus d’un an de prison de se présenter à des élections.

Bobby Sands meurt à l’hôpital de la prison après 66 jours de grève de la faim. L’annonce de sa mort provoqua de nombreuses émeutes dans les quartiers nationalistes en Irlande du Nord. Deux personnes trouveront la mort à cette occasion (un laitier et son fils). Plus de 100 000 personnes suivirent le cortège lors de ses funérailles (photo de droite). En réponse à une question parlementaire relative à la mort de Bobby Sands, Margaret Thatcher déclara à la Chambre des communes: « Monsieur Sands était un criminel condamné. Il a fait le choix de s’ôter la vie. C’est un choix que l’organisation à laquelle il appartenait ne laisse pas à beaucoup de ses victimes ». En plus de Bobby Sands, neuf autres personnes moururent des suites d’une grève de la faim. L’image de Sands auprès de la plupart des républicains irlandais et des sympathisants du groupe terroriste est celle d’un martyr. Dans les mois qui ont suivi la mort de Sands et de ses compagnons, de par sa couverture médiatique, l’IRA a vu les dons et le nombre de ses membres augmenter sensiblement, et une nouvelle vague de violence remarquable par le durcissement des positions tant des nationalistes que des unionistes.

Et bien oui, nous sommes le 1er mars et la tempête vient de nous rappeler que l’hiver n’était pas fini. C’est pas très charitable mais pendant qu’Eole se fachait, ma fiancée et moi même, nous passions une fort agréable soirée chez nos voisins Paul et Daniele devant une tartiflette à vous faire baver. Malgré ou peut-être à cause d’une étrange manie qui consiste à mélanger du Malibu à son pastis, Paul est un redoutable rhétoricien et nous avons eu un échange d’idées fort instructif sur « les dangers de l’islam(isme) pour les civilisations occidentales…Il m’a semblé que mon interlocuteur épousait les thèses de Samuel Huntington et de son livre « le choc des civilisations » qui dépeint un occident assiègé par des hordes vociférantes dont la religion ne serait pas soluble dans la République; opinion que je ne partage pas. Tant pis pour vous, je développerais ma propre pensée sur ce thème dans un de mes prochains billets.

En attendant ce jour, portez vous bien et à demain peut-être.

ATTENTION, DANGER…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

ATTENTION, DANGER.

La fatwa est un plat qui se mange froid. Plus de quatre ans après la première parution des caricatures de Mahomet au Danemark, qui avaient suscité une vague de protestations dans le monde musulman, un des auteurs des dessins a été victime d’une tentative d’assassinat. Son agresseur, un Somalien de 28 ans, est, semble t-il, lié à un groupe islamiste somalien qui vient d’annoncer son ralliement à la mouvance Al Qaeda. La tentative d’assassinat de Kurt Westergaard, quatre ans après les faits, rappelle le sort de Salman Rushdie, l’auteur des Versets sataniques, frappé par une fatwa de l’ayatollah Khomeini lui-même, et qui vit depuis entouré de mesures de sécurité permanentes.

Elle rappelle aussi le destin tragique de Theo Van Gogh, le réalisateur néerlandais assassiné en 2004 par un islamiste d’origine marocaine, pour avoir fait un film jugé blasphématoire par les intégristes.

LE TEMPS QUI PASSE.

Déja le 3 janvier, à cette allure là, on va se retrouver en train de fêter les gras avant d’avoir dégrisé du réveillon. Tiens, histoire de faire bisquer un peu Stéphanie et comme il me restait du foie gras, sous la pression amicale mais ferme de ma fiancée, je me suis lancé dans la réalisation d’un tournedos Rossini…Aye, mamma mia, qu’est-ce que c’est bon ce truc ! D’autant plus qu’il s’est présenté à nous en compagnie d’un Saint Julien 2004, un chateau Talbot, divin… Par tous les saints de la vallée du même nom, c’est le bon côté de ces fêtes de  fin d’année, pour le reste, il faut se farcir pour la 78ème fois « la grande vadrouille », « la tulipe noire » et autres « Astérix ». Encore que cette année, nous avons pu apprécier quelques Chaplin du meilleur cru.

Allez, avant que les barbus ne nous dégoutent à jamais de toutes ces bonnes choses, portez vous bien et, à demain peut-être.