Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Incendie du Reichstag”

Page 1 de 1

Le bouc émissaire…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, ,

Amis de l’analyse concrète et de la bisque de homard réunies, bonjour ! Nous sommes le Samedi 27 février 2016 correspondant au 9ème jour de ventôse et c’est le jour de Sophie, heu non, de Marsault (jeu de mot Capelo). En vérité, c’est la Ste Honorine et, comme disait mon aïeule: saule-marsault-chatons-zoom-300x225«À la sainte Honorine, bourgeonne l’aubépine. » Le saule marsault donc est une espèce de saule commune en Europe et en Afrique du Nord. Le nom scientifique Salix caprea (saule des chèvres) vient sans doute de la première illustration connue de l’espèce dans le livre de Hiéronymus Bock (bien connu dans son immeuble) où on voit la plante broutée par une chèvre. L’espèce a été historiquement largement utilisée comme fourrage pour les chèvres. On dit par ailleurs, mais aussi par ici, qu’elle est excellente pour le miel car elle fleurit très tôt.

Le 27 février 1933, au soir, à Berlin, incendie du Reichstag (Parlement Allemand). L’incendiaire, un jeune conseilliste (dissident communiste partisan des conseils) hollandais, Marinus van der LUBBE est arrêté à Reichstag_incendiel’intérieur du Parlement. Ce jeune idéaliste de 24 ans revendique aussitôt son acte individuel contre ce monument « symbolique » comme un signal destiné à réveiller le mouvement ouvrier. Calomnié par les nazis qui tenteront de faire croire à un prétendu complot communiste, il sera également sali par les staliniens qui le dénigreront en le présentant comme un simple d’esprit manipulé par les nazis. Cet évènement servira de prétexte aux nazis pour s’emparer totalement du pouvoir et, dès le lendemain, des milliers de militants communistes et anarchistes seront arrêtés, dont Erich Mühsam.

Marinus van der LUBBE qui fera une grève de la faim dans sa prison avant d’être alimenté de force, sera jugé à Leipzig à partir du 21 lubbe1septembre 1933. Condamné à mort le 23 décembre, il sera décapité le 10 janvier 1934 dans la prison de Leipzig. En dehors des militants du « Radencommunist » hollandais et de quelques anarchistes allemands et français comme André Prudhommeaux (qui constituera un « Comité Marinus van der Lubbe ») ou Alphonse Barbé, rares seront les personnes qui soutiendront Marinus et tenteront de faire la lumière sur cet évèmement crucial. Lire à ce sujet le livre: Carnet de route de l’incendiaire du Reichstag (présenté par Yves Pagès et Charles Reeve). Sources: éphéméride anarchiste

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

C’ETAIT AU TEMPS OU LISBOA DANSAIT…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Amis de la planète enchantée et du bacalao réunis, bonjour!

Nous sommes le 17 décembre, Joachim s’est calmée, la sérénité est revenue sur l’ermitage de Keramoal, c’est le 27è jour de frimaire dédié au Liège.

Je me souviens avoir marché dans les grandes forêts de chêne-liège au Portugal du côté de Setubal…En ces temps là, la tempête Salazar s’était calmée elle aussi; les oeillets fleurissaient les canons, les jeunes capitaines faisaient danser les filles, le fado résonnait dans l’Alfama, tous les espoirs étaient permis… C’était avant, bien avant…

 

Tiens, encore un anniversaire.

Né à Vannes, en Bretagne, titulaire du seul certificat d’études primaires, ouvrier meunier, puis représentant pour la vente à crédit, Alphonse Barbé part en 1912 à Paris travailler comme triporteur. C’est là qu’il embrasse l’idée anarchiste, après avoir entendu Sébastien Faure parler à la tribune d’un meeting. Entre-temps devenu marchand ambulant en Bretagne, il est de retour à Paris en 1914, à l’approche de la guerre, convaincu que la classe ouvrière organisée déclenchera une grève générale insurrectionnelle contre l’imminent fratricide. Ses espoirs, comme ceux de tant de ses camarades, sont déçus par la trahison des leaders socialistes et syndicalistes, et il n’échappe pas à la mobilisation.

Blessé au front en septembre 1915, il déserte un an plus tard et se cache à Paris où, sous une fausse identité, il milite contre la guerre et pour l’anarchisme. Arrêté en juin 1917 avec d’autres camarades pour avoir publié un numéro clandestin du Libertaire, il est condamné à trois ans de prison ; libérable avec l’amnistie d’octobre 1919, il est arrêté à sa sortie de prison et replonge un an pour désertion. À sa libération, il rejoint sa compagne à Caen, et retourne faire les marchés. La Révolution russe le décide un temps à participer aux activités du parti communiste, mais il revient très vite sur cette erreur.

En 1923, Barbé fonde Le Semeur de Normandie, organe de libre discussion, qui est alors l’un des rares journaux à prendre parti pour les objecteurs de conscience, qui commencent à s’organiser en France à cette époque. Rebaptisé en 1925 Le Semeur contre tous les tyrans, organe bi-mensuel de culture individuelle, il paraîtra jusqu’en novembre 1936. Il fera paraître un appel en faveur de la réhabilitation de VAN DER LUBBE qui incendia le Reichstag et que vous pouvez lire en cliquant sur le lien.

Voila pour aujourd’hui, portez vous bien et à demain peut-être.