Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Hoël”

Page 1 de 1

La sainte et le baron…

Posté par erwandekeramoal dans LES BEAUX SAINTS

, , , , , ,

 

Amis de l’onomastique et du Télégramme de Brest réunis, bonjour !

Nous sommes le lundi 23 juillet, 5è jour de Thermidor dédié au bélier (ar maout en breton). C’est aussi, la sainte Sève au nom aussi énigmatique que la vie. Les experts de l’expertise ne sont même pas d’accord pour affirmer qu’il s’agit d’un saint ou d’une sainte…

En effet, on trouve aussi bien: Sev (breton), Sewo (gallois), Sewa, Loève, Loaven (breton), mais aussi Santsegne (XIè siècle), Sentseguot(1128), sainte Scevat (1598). On sait très peu de chose sur cette sainte, semi-légendaire du VIè siècle, non reconnue par l’Église de Rome. Et pourtant…

Fille de Hoël Ier, roi de Domnonée  et de sainte Koupaia (Pompée), sœur de saint Tugdual, évêque, l’un des sept fondateurs de la Bretagne christianisée, sœur de saint Lunaire (Léonor) et de Hoël II.

Albert le Grand de Morlaix (1637) raconte que son saint frère Tugdual

parcourant l’Armorique avec ses disciples, reçut au cours de ses prêches, en dons, plusieurs terres (appelées paroisses dans les textes), où il installa des monastères. Sur le domaine de l’actuelle village de Sainte-Sève, où se trouve le joli manoir du Grand-Plessis, près de Morlaix, il fonda une abbaye pour sa sœur, vers 530.

Sainte Sève est la patronne des paroisses de Sainte-Sève et de Langoat. Elle a donné son nom à l’île de Loaven (située à deux encablures dans l’Ouest-Nord-Ouest de Roc’h Skeiviec face à Plougrescant, je peux assurer par expérience, qu’elle offre un très bon mouillage par gros temps.) où est inhumée, dans sa chapelle, sainte Elibouban aussi mystérieuse qu’elle, dont j’ai déjà parlé ici.

Tout à fait autre chose.

Amis sportifs, vous en aviez ras le bob Ricard de tour de France de la seringue; voici les JO de Pierre de Fredy de Coubertin, baron de son état. C’est à lui que l’on doit cette magnifique affirmation:   »le seul véritable héros olympique est le mâle individuel, une olympiade femelle est impensable, elle serait impraticable, inesthétique et incorrecte. » in: pédagogie sportive 1922.

Bref, un grand progressiste qui applaudirait certainement devant les sprinteuses voilées et les marathoniens qui refusent de s’alimenter durant l’épreuve because ramadan.

Allez, c’est assez pour aujourd’hui, portez vous bien et à demain peut-être.