Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Herbie Handcock”

Page 1 de 1

Doucement les basses…

Posté par erwandekeramoal dans JAZZ, PORTRAIT

, , , ,

Amis du club Dorothée et de l’écrevisse sauce Nantua réunis, bonjour ! Nous sommes le samedi 21 septembre 2013, dernier jour complémentaire du calendrier républicain, dédié aux récompenses, et donc, à la veille du nouvel an républicain. Colchique dans les prés, c’est la fin de l’été, chantait mon aïeule qui, vous le constatez, avait tous les talents. Un autre qui possédait un talent inoui et qui nous a quitté prématurément c’est Jaco Pastorius. On dirait un nom de Général 57221722_promain mais en fait c’était un musicien de jazz et, nous sommes quelques uns à le considérer comme le plus grand bassiste de jazz de tous les temps. Il nous a quitté dans des conditions tragiques le 21 septembre 1987, assassiné par un gérant de boite de nuit. Son père, d’origine allemande, était lui même musicien. Il débute dans des orchestres locaux qui jouent des reprises de Otis Redding, Aretha Franklin et James Brown. Il avoue son admiration pour Herbie Hancock qui l’a fortement influencé. Mais on pourrait citer tout autant, Charlie Mingus, Ray Charles, Charlie Parker ou Tony Bennet. En 1975 il enregistre son premier album intitulé Jaco Pastorius qui va lui apporter la célébrité. Album sur lequel on retrouve la fameuse reprise de Dona Lee (en vidéo) de Charlie Parker. Puis il va rejoindre le groupe Weather Report  dans lequel il jouera jusqu’en 82. Entre temps il accompagne de nombreux artistes, on le trouve même sur un morceau de Michel Polnareff « une simple mélodie ».

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Dès cette époque il consomme beaucoup de drogue et souffre de comportements bipolaires. Son mode de vie de plus en plus chaotique alimente la presse à scandale plus souvent qu’à l’ordinaire. Il est enimages-1 plein divorce et en procès avec sa maison de disque qui le contraint à dissoudre son big band. Sans orchestre et sans maison de disque, ses problèmes psychiatriques s’aggravent; il multiplie les excentricités et les accidents. A partir de 84, son comportement lui ferme la porte de la plupart des scènes musicales. On considère que Jaco Pastorius a apporté au jazz un vent de folie (une de ces compositions est intitulée « Punk jazz »), il a hissé au top niveau l’utilisation de la fameuse Fender Jazz Bass.

Il devient carrément sans domicile fixe et erre avec des clochards. En juillet 86 il est interné à New York et interdit de séjour dans de nombreux clubs de jazz. Un soir de septembre 87 il est violemment tabassé par Luc Havan, responsable du Midnight Bottom Club. Il meurt quelques jours plus tard. Un sacré musicien, un peu agité du bocal certes, mais virtuose de la basse comme il n’y en a plus. Allez écoutez un de ses morceaux, portez vous bien et à demain peut-être