Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Grèce”

Page 2 de 2

TARPÉ DIEM…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Amis des paradis artificiels et de la sardine à l’huile réunis, bonjour !

Nous sommes le 13 septembre qui correspond au 27 de fructidor et, c’est pas pour me vanter, mais c’est le jour de la verge d’or ! On dit que LINNÉ, père de la terminologie binomiale latine, donna à la verge d’or le nom scientifique de Solidago (littéralement, « je rends entier », « je consolide ») en raison de sa réputation à favoriser la guérison des plaies. Considérée dans la tradition européenne comme stimulante, sudorifique, tonique, carminative, apéritive et pectorale, on a utilisé la verge d’or pour les rhumes, les affections pulmonaires, les nausées et les douleurs causées par les « vents ».

Tout à fait autre chose.

Pour les amateurs de tarpé et autres douceurs, la crise n’a pas que des désavantages, la preuve :

 La Grèce va dépénaliser la consommation et la possession « en petites quantités » de toutes les drogues, a indiqué mercredi le ministre de la Justice. Le trafic de drogue restera un crime passible de 10 ans de prison.

En pleine crise de la dette, Athènes devient plus tolérant envers les consommateurs de stupéfiants. Le ministre de la Justice Miltiades Papaïoannou a ainsi annoncé solennellement mercredi que la Grèce allait dépénaliser la consommation et la possession « en petites quantités » de toutes les drogues. A noter qu’en Europe, l’Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas, l’Espagne et le Portugal étaient jusqu’alors les pays où la législation en la matière était jugée la plus tolérante. Mais aucun de ces pays n’est allé jusqu’à dépénaliser l’usage de toutes les drogues, se bornant à  ne pas condamner explicitement l’usage du cannabis.

« Le droit grec doit être harmonisé avec la législation européenne et la personne qui est arrêtée avec de petites quantités consacrées à son propre usage ne sera pas considérée comme criminelle », a affirmé le ministre au cours d’une conférence de presse. Le ministre a précisé que ces « petites quantités » seraient définies lors du dépôt de la loi au parlement dans les prochaines semaines avant son élaboration par une commission parlementaire spéciale et des experts. « L’usager de stupéfiants est un malade et non pas un criminel« , a souligné M. Papaïoannou. En revanche, « le trafic de drogue restera un crime passible de peines de prison de 10 à 20 ans », a-t-il souligné. Le projet de loi a été approuvé mardi soir en conseil des ministres.

Selon l’actuelle législation pénale en Grèce, l’une des plus sévères, la consommation de drogue et leur détention à usage personnel, même en petite quantité, entraîne des peines de prison allant jusqu’à cinq ans.

Mais le Premier ministre socialiste Georges Papandréou s’est déclaré à plusieurs reprises dans le passé en faveur de la légalisation du cannabis, estimant que cela serait « un pas dans la bonne direction » . Papandréou fait partie d’une « Commission mondiale sur les politiques contre les drogues » réunissant des intellectuels, d’anciens ou actuels chefs d’état européens ou sud-américains, l’ancien secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, ou des personnalités comme l’ancien patron de la Réserve Fédérale américaine Paul Volcker. Début juin, ce « club » mondial de lobbyistes a estimé dans un rapport que le combat mondial contre la drogue avait « échoué » et que le seul recours était désormais un arrêt de la pénalisation des consommateurs de drogue.

Attention, « les cénobites tranquilles » ne sont pas en train de faire l’apologie de la défonce. Il s’agit simplement d’une info transmise aux citoyens éclairés que vous êtes…

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

VOUS AVEZ DIT PRIMAIRE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

 

Amis de la démocratie participative et du cochon de lait réunis, bonjour !

Figurez vous, chers lecteurs, que ce 30 juin n’est rien moins que l’équivalent du 12 messidor, dédié à l’artichaut. Quand on réside dans le Léon comme votre serviteur, le jour de l’artichaut c’est un peu la fête nationale.

Je parle du camus de Bretagne, pas le violet de Provence, ni même l’épineux de Sicile. Non, il s’agit bien de ce bon gros chardon qui, comme disait le regretté Coluche : « Les artichauts, c’est un vrai plat de pauvres. C’est le seul plat que quand t’as fini de manger, t’en as plus dans ton assiette que quand tu as commencé ! ».

Inutile de vous dire que c’est aussi l’anniversaire de la disparition de Bakounine, notre maître à tous…Enfin, façon de parler, il utilisait souvent le fameux ni dieu ni maître, titre du journal de Blanqui.


 

Tiens, à propos de pauvres, c’est les grecs qui vont se régaler. Ils ont aimé Dominique, ils vont adorer Christine. Une main de fer dans un gant de velours, mais le dépeçage va continuer, la vente à l’encan est déjà programmée, les fonds de pension aiguisent leurs crocs, à toi les ports, à moi la distribution de l’eau, à l’autre les routes…Tout doit disparaître, pour les Hellènes c’est les soldes d’été !

Chez nous, les pauvres n’ont plus de soucis à se faire, tout ce que la gôche compte de chevalier blanc est déjà dans les stalles de départ. A ma gauche Martine, casaque rouge toque blanche spécialiste des longues distances ; à ma droite Valls avec les loups, casaque bleu pâle toque avec cocarde ; au centre, le batave, casaque mimolette toque dégarnie, il bénéficie d’un allègement substantiel ; à ses côtés Ségo du Poitou, casaque immaculée qui tente un retour sur les pistes. L’opposition viendra de Mélanchonpatou, casaque pourpre faucille-marteau, un amateur des courses d’obstacles. Mais il ne faudrait pas négliger parmi les autres partants de ce grand prix du président de la République quelques vieux chevaux qui connaissent le parcours et qui sont toujours en mesure de créer la surprise.

Et pendant que l’électeur-turfiste fait son papier et le blogueur le sien, la rumeur va bon train. Lorsque il s’agit de décrocher un marocain le bal des lèche-bottes est toujours très animé. Qui pour remplacer la reine Christine à Bercy, telle est la question. Ensuite nous assisterons au traditionnel jeu des chaises musicales et nous subirons les commentaires des spécialiste et des experts qui viendront nous expliquer le pourquoi du comment et ce qu’il convient de penser de ce non-évènement.

Dans la rubrique des faits divers d’été, je voulais signaler une disparition inquiètante. Oui, ma libellule a disparu ! Je répète, ma libellule a disparu ! Jusqu’à hier elle décorait joliment un coin des jardins de Keramoal et le soir venu s’illuminait de mille couleurs. Mais au matin, horreur, apocalypse divine, damned, foutredieu, jarnicoton, ma libellule avait disparu…S’est-elle lassée d’être en butte aux lazzis (c’est du Brassens) des merles moqueurs et autres mésanges impertinentes ? A t-elle décidé d’aller voir ailleurs si j’y suis ? Un coquin en aurait-il fait l’objet de son méfait croyant que tout ce qui brille était or ? Je me perds en conjectures.

Quand même une bonne nouvelle, la libération de Guesquières et Taponnier…Nous les oublieront sans doute…

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

DE SOLON A GOLDMAN-SACHS…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , , , ,

 

Amis de la démocratie et du pâté d’alouette réunis, bonjour !

C‘est aujourd’hui le 23 juin, jour anniversaire de ma filleule Salomé que j’adore, tellement qu’elle est belle, tellement qu’elle est intelligente, tellement qu’elle fait du cheval comme d’autres font de la trottinette… Quinze ans déjà, que cela passe vite quinze ans, comme disait le poète. J’aurai voulu parler d’espoir, d’avenir, de projets, d’insouciance, bref de toutes ces choses qui devraient illuminer le ciel d’une adolescente. Et puis, patatras, je tombe sur ce texte, un appel à la solidarité des grecs à l’initiative de Mikis Théodorakis et je ne résiste pas au désir de vous en livrer un extrait.

 

« La démocratie est née à Athènes quand Solon a annulé les dettes des pauvres envers les riches. Il ne faut pas autoriser aujourd’hui les banques à détruire la démocratie européenne, à extorquer les sommes gigantesques qu’elles ont elle-même générées sous forme de dettes. Comment peut-on proposer un ancien collaborateur de la Goldman Sachs pour diriger la Banque centrale européenne ? De quelle sorte de gouvernements, de quelle sorte de politiciens disposons-nous en Europe ?
Nous ne vous demandons pas de soutenir notre combat par solidarité, ni parce que notre territoire a été le berceau de Platon et Aristote, Périclès et Protagoras, des concepts de démocratie, de liberté et d’Europe.

Nous ne vous demandons pas un traitement de faveur parce que nous avons subi, en tant que pays, l’une des pires catastrophes européennes aux cours des années 1940 et nous avons lutté de façon exemplaire pour que le fascisme ne s’installe pas sur le continent.

Nous vous demandons de le faire dans votre propre intérêt. Si vous autorisez aujourd’hui le sacrifice des sociétés grecque, irlandaise, portugaise et espagnole sur l’autel de la dette et des banques, ce sera bientôt votre tour. Vous ne prospérerez pas au milieu des ruines des sociétés européennes. Nous avons tardé de notre côté, mais nous nous sommes réveillés. Bâtissons ensemble une Europe nouvelle ; une Europe démocratique, prospère, pacifique, digne de son histoire, de ses luttes et de son esprit. Résistez au totalitarisme des marchés qui menace de démanteler l’Europe en la transformant en tiers-monde, qui monte les peuples européens les uns contre les autres, qui détruit notre continent en suscitant le retour du fascisme. »

 

Espérons avec Moustaki qu’il soit encore temps…

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.