Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Gillespie”

Page 1 de 1

AND NOW, DIZZY GILLESPIE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

Amis de la pédale wah-wah et du lapin au cidre réunis, bonjour !

Nous
sommes le 6 janvier de l’an 2011 après J.C. Et c’est normalement
l’Epiphanie, les Orthodoxes disent Théophanie. Du grec épiphanéia:
«apparition» – de épiphainéin: «paraître ou briller sur». La
Solennité de l’Épiphanie célèbre la manifestation de Jésus comme
Messie, mais si.

Tiens
c’est le jour anniversaire de la disparition du grand Dizzy, le voici
en 1952 en compagnie de Charlie Parker, le morceau s’appelle
Hot
house
.
Dans l’almanach Vermot on disait « hot house en emporte le vent »
bien sûr.


John
Birks « Dizzy » Gillespie
, né à Cheraw en Caroline du Sud le
21 octobre 1917, mort le 6 janvier 1993, était
un trompettiste, compositeur et chef d’orchestre de Jazz. Avec
Miles Davis et Louis Armstrong, il est l’un des trois plus importants
trompettistes de l’histoire du jazz (c’est mon avis et je le
partage), ayant participé à la création du style Bebop et
contribué à introduire les rythmes latino-américains dans le jazz.
Dizzy Gillespie se distinguait en particulier par sa trompette au
pavillon incliné vers le haut, il bouchait sa trompette d’un
bouchon. Ses joues gonflées à bloc comme celles d’un crapaud, ainsi
que sa joie de vivre et son humour ravageur sont pour beaucoup dans
sa popularité auprès du public. En tant que musicien, il avait une
technique époustouflante et une vitesse de jeu impressionnante.

Après avoir joué avec Cab Calloway il fonde son propre groupe dans
lequel on retrouve, excusez du peu, John Coltrane et Thelonious Monk.
Personnellement je suis un fan de ses duos avec Charlie Parker.
N’oublions pas que ce monsieur a donné des cours de trompette
à…Miles Davis ! Gillespie se déclare candidat à l’élection
présidentielle aux États-Unis de 1964. Il promet que, s’il était
élu, la Maison Blanche serait renommée « The Blues House »,
que Ray Charles serait nommé président de la Bibliothèque du
Congrès, Miles Davis directeur de la CIA, et Malcolm X Attorney
General… Etonnant, non ?

Voilà, je ne suis pas certain d’avoir réussi à intégrer la vidéo, petit problème technique.Pour le moment je dois me préoccuper de la galette, histoire de respecter la tradition comme disait Boris Vian. Je vous souhaite plein de bonnes choses, portez vous bien et à demain peut-être.

ELLA, ELLE A…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Amis du Jazz et de la purée andouille, bonjour !

Ce n’est pas parce que l’on aime le scat que l’on est scatophile. La preuve.

Décédée un 15 juin en 1996, elle était née au mois d’avril 1917.Elle s’appelait ELLA FITZGERALD. Un timbre de voix remarquable, une grande capacité d’improvisation, particulièrement en scat, voila ce qui a fait son succès. Personne n’a oublié cette interprétation de « Mack the knife » d’après « l’opéra de quat’sous » (vidéo). Au cours d’un concert à Berlin en 1960, elle est victime d’un trou de mémoire…Elle poursuit en improvisant alternativement, scat et paroles inventées.

Elle commence à chanter dès l’age de seize ans au théatre Apollo de Harlem à New York. Elle commence véritablement sa carrière solo en 1941. Au début, chanteuse de swing, elle aborde aussi le bebop, elle est la reine du scat, et elle a joué du blues, de la samba, du gospel etc., et même des chants de Noël. Ses concerts sont souvent enrichis par des imitations d’autres chanteurs; elle imite en particulier à la perfection les voix et les gestes aussi bien de Rose Murphy que de Louis Armstrong.

ELLA FITZGERALD a interprété les plus grands compositeurs comme Cole Porter, Gershwin, Duke Ellington, avec qui elle fera une tournée fantastique en Europe. Elle a accompagné aussi bien Dizzy Gillespie que Count Basie ou Franck Sinatra. S’il fallait citer un ou deux disques de sa production, je garderai, « Porgy and Bess » et « Ella and Louis ». Mais toute son oeuvre est à consommer sans modération.

A la fin de sa vie, victime d’un terrible diabète, elle était devenue pratiquement aveugle et du être amputée des jambes.

Je vais m’arrêter là pour aujourd’hui mais hier, j’en ai poster deux, ça compense. Merci de votre visite, portez vous bien et à demain peut-être.

LE GRAND DIZZY…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

John Birks « Dizzy » Gillespie, né à Cheraw en Caroline du Sud le 21 octobre 1917, mort le 6 janvier 1993, était un trompettiste, compositeur et chef d’orchestre de Jazz.

Avec Miles Davis et Louis Armstrong, il est l’un des trois plus importants trompettistes de l’histoire du jazz, ayant participé à la création du style Bebop et contribué à introduire les rythmes latino-américains dans le jazz.

Dizzy Gillespie se distinguait en particulier par sa trompette au pavillon incliné vers le haut, il bouchait sa trompette d’un bouchon. Ses joues gonflées à bloc comme celles d’un crapaud, ainsi que sa joie de vivre et son humour ravageur sont pour beaucoup dans sa popularité auprès du public. En tant que musicien, il avait une technique époustouflante et une vitesse de jeu impressionnante. Après avoir joué avec Cab Calloway il fonde son propre groupe dans lequel on retrouve, excusez du peu, John Coltrane et Thelonious Monk. Personnellement je suis un fan de ses duos avec Charlie Parker. N’oublions pas que ce monsieur a donné des cours de trompette à…Miles Davis ! Gillespie se déclare candidat à l’élection présidentielle aux États-Unis de 1964. Il promet que, s’il était élu, la Maison Blanche serait renommée « The Blues House », que Ray Charles serait nommé président de la Bibliothèque du Congrès, Miles Davis directeur de la CIA, et Malcolm X Attorney General... Etonnant, non ?

VIDE GRENIER.

Nom d’un petit Bachelot, voila qu’il va falloir organiser un vide grenier pour se débarrasser des vaccins en stock. Personnellement, je préconise de les renvoyer à l’expéditeur avec obligation de se faire piquer jusqu’à épuisement du dit stock. Le gouvernement dit qu’il a résilié les commandes non livrées !!! Il aurait mieux fait de décommander la grippe, on l’aurait davantage pris au sérieux. A moins qu’avec le début des soldes, le Tamiflu devienne accessible aux pays émergents.

RECHAUFFEMENT.

Je ne sais pas comment ça se présente par chez vous mais ici, ce matin, tout est blanc et le thermomêtre extérieur indique -2°. Le resto du coeur ouvert pour mésanges, moineaux et autres rouge-gorges commence à attirer le reste de la faune locale. Tout cela semble se dérouler avec une certaine hiérarchie dans la distribution et, ce ne sont pas forcément les plus gros qui sont servis les premiers. Ah, décidément, nous avons beaucoup à apprendre de la nature.

LA RUCHE.

Je voulais aussi vous parler de Sébastien FAURE.Figure importante de l’anarchisme français.
Il fut séminariste avant d’être libre-penseur, et socialiste du parti ouvrier avant de devenir anarchiste en 1888. En 1895, il fonde avec Louise Michel : « Le Libertaire ». Lors de l’affaire Dreyfus, il soutient activement celui-ci et créera « Le journal du Peuple ».
En 1904 il crée, près de Rambouillet, une école libertaire « 
La Ruche
« . Elle ne cessera de se développer (jusqu’à la guerre qui la contraindra à fermer en 1917). En 1916, Sébastien Faure lance le périodique « Ce Qu’il Faut Dire », qui sera de nombreuses fois censuré. En 1918, il est emprisonné pour avoir organisé un meeting interdit. Il meurt à Royan, le 14 juillet 1942. Mourir un 14 juillet pour un révolutionnaire, avouez que c’est ce qu’on fait de mieux dans le genre.
Outre ses qualités de pédagogue et d’orateur, il est aussi l’auteur de nombreux livres. « La douleur universelle » (1895), « L’imposture religieuse » (1923), « Propos subversifs », etc.

Bon allez, on va s’arrêter là pour aujourd’hui, c’est assez copieux pour un mercredi et, les affaires domestiques n’attendent pas. Surtout, portez vous bien et, à demain peut-être.