Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Gien”

Page 1 de 1

REGARD EN COING…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , , ,

Amis de la bio-diversité et de la perdrix aux lentilles réunies, bonjour !

Nous voici le 18 novembre c’est à dire le 28 de brumaire et c’est le jour du coing. J’ai découvert cet été qu’au milieu du jardin de Keramoal, dans un embrouillamini buissonneux, se cachait un cognassier qui ne demandait qu’à s’épanouir. Après une bonne taille, il conviendra d’en surveiller la croissance… du « coing » de l’oeil.
Tiens, petit coucou à Dany la Giennoise, je suis sûr que, pareille à la madeleine de Proust, le coing lui évoque les fameux Cotignac d’Orléans, cette sucrerie que l’on dit être l’ancêtre du Roudoudou et qui fait la fierté du Loiret dans leur non moins fameuse boite en bois. Chacun connait la pucelle d’Orléans, la porcelaine de Gien, mais les Cotignac, j’avoue que ça m’en bouche un…Coing.. Le coing est très parfumé d’où sa présence dans toutes sortes de préparations depuis les tartes jusqu’aux confitures et gelées. Je me souviens en avoir dégusté au Portugal, en accompagnement du fameux Leitao, le cochon de lait et où il porte le joli nom de Marmelo qui a donné en français marmelade qui signifiait à l’origine confiture de coings.
C’est pas beautiful ça, mes body boys ? On apprend tous les jours quelque chose sur « les cénobites tranquilles ».

Tout à fait autre chose.

Je vous ai dit ma déception relative à l’expo consacrée à Larry Clark au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris. Et bien voila qui va peut-être me réconcilier avec cette institution.




C‘est le photographe allemand Kai Wiedenhöfer qui accroche cette fois ci ses clichés aux murs du musée. Cela s’appelle GAZA 2010. 85 photographies en couleurs, l’exposition s’articule autour de deux thèmes majeurs les décombres et les portraits : 35 photographies de bâtiments détruits dont 10 panoramiques montrant les stigmates des bombardements. 50 portraits de Gazaouis blessés au cours de l’opération « Plomb durci ». Vous ne serez pas surpris si je vous dis que le CRIF (Conseil représentatif des institutions juives en France) a tenté de faire interdire cette expo. Le CRIF qui avait manifesté son soutien à l’armée  israélienne  lors de
l’opération Plomb durci en 2008,  au cours de  laquelle Tsahal avait
bombardé des populations civiles au phosphore  blanc,  s’indigne dans un
communiqué de l’exposition photos  du Musée  d’art moderne consacrée à
Gaza. Dépèchez vous, c’est jusqu’au 5 décembre.

J‘ajoute, pour ceux que la lecture ne rebute pas que le prix Gondecourt 2010,du nom d’une petite ville
nordiste, a été décerné lundi au journaliste Charles Enderlin

Le correspondant de France 2 à
Jérusalem est récompensé pour son livre « Un enfant est mort »
(Don Quichotte), racontant la façon dont il a été harcelé après
la diffusion des images de la mort à Gaza d’un jeune Palestinien
en 2000.

Ce prix, qui récompense une
enquête journalistique, a une valeur symbolique de 7,62 euros, à
l’instar du Goncourt.

Enderlin, est persécuté depuis
dix ans pour avoir diffusé les images de la mort d’un enfant
palestinien. Dans son livre, il raconte comment, en Israël mais
surtout en France, des militants proches de la droite et
l’extrême-droite israélienne le harcèlent et le traînent en
justice depuis une décennie pour les images montrant la mort de
Mohammed al-Dura.


Allez, on s’arrête là pour aujourd’hui, à chaque jour suffit sa peine, comme disait mon aïeule, jamais en reste d’un proverbe. Merci d’avoir fait le détour par « les cénobites tranquilles », portez vous bien et à demain peut-être.