Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Francis Lemarque”

Page 1 de 1

Ah, les beaux jeudis…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

,

Amis de la flute à bec et du sauté de mouton réunis, bonjour ! Nous sommes le lundi 20 avril 2015, premier jour de Floréal dédié à la rose.

C‘est la rançon de l’âge, il arrive un moment où vous avez toujours, surgissant du fond de la mémoire, une madeleine qui vous renvoie un tas d’années en arrière. Alors que je préparais ce petit billet sur Francis Lemarque, je me suis revu, enfant, collectionnant les « bons points » dans les tablettes de poulainchocolat. Lorsque le compte y était, on renvoyait tout cela à monsieur Poulain ou madame Suchard et, quelques semaines plus tard on recevait une jolie boite en fer blanc qui servait plus tard à ranger le sucre. Dans cette boite, outre le chocolat, il y avait toujours un album de chansons françaises qui permettait d’y coller les photos que l’on trouvait dans les fameuses tablettes. Et voilà ma madeleine, dans chaque album il y avait immanquablement une ou plusieurs chansons de Francis Lemarque. Marjolaine, le p’tit cordonnier, à Paris

S‘il est bien un chanteur français qui symbolise la ville de Paris, c’est certainement Francis Lemarque. Au cours d’une carrière longue et discrète, il a écrit près de quatre cents chansons, dont A Paris, devenue un standard international reprise par des dizaines d’interprètes à travers le monde entier. Et pour commencer, Quand un soldat:

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Francis Lemarque, de son vrai nom Nathan Korb, naît le 25 novembre 1917 dans un petit deux pièces au second étage du 51 de la rue de Lappe à Paris au-dessus du bal des Trois lemarque gauchecolonnes. Sa mère, Rose, est originaire de Lituanie, tandis que son père, Joseph, tailleur pour dames, est polonais. L’enfant grandit avec son frère Maurice et sa sœur cadette Rachel, dans le quartier de la Bastille, bercé par les bals musettes de la rue de Lappe. Avec son frère il connaît une enfance délurée et joyeuse avant de quitter l’école dès l’âge de onze ans pour travailler en usine. Il gardera tout au long de sa vie un véritable amour pour ce quartier et il fêtera ses soixante-quinze ans au Balajo. Fasciné par les bals musette depuis son enfance, Nathan et son frère Maurice intègrent après une rencontre en 1934 avec Sylvain Itkine en 1934 le groupe Mars que ce dernier a créé dans l’esprit du Groupe Octobre, affilié à la Fédération des Théâtres ouvriers de France. Il a alors dix-sept ans. Sur les conseils de Louis Aragon, les deux frères créent un duo, « Les frères Marc » qui profitera des événements du Front populaire pour se produire dans les usines et se faire connaître. Ils rencontrent Jacques Prévert, et Joseph Kosma qui est un temps leur pianiste.

En 1940 il passe en zone libre et s’installe à Marseille. C’est là qu’il rencontre Jacques Canetti, qui deviendra par la suite son agent artistique. Il fait quelques tournées en Afrique du Nord dont une semaine de récitals avec le guitariste gitan Django Reinhardt. Sa mère déportée en 1943 meurt à Auschwitz. Il rejoint le maquis puis s’engage dans le régiment du douzième Dragon. Après la guerre, Lemarque chante dans des cabarets de Saint-Germain-des-Prés. L’année 1946 sera décisive : il rencontre Ginny Richès qui deviendra son épouse, et il voit lemarque droitepour la première fois Yves Montand sur une scène parisienne. Il fait sa connaissance par l’intermédiaire de Jacques Prévert. Montand, séduit par ses compositions, choisit immédiatement des titres : Je vais à pied, Ma douce vallée, Bal petit bal…Leur collaboration durera de longues années pendant lesquelles Francis Lemarque lui écrira près de trente chansons. Il compose la musique du film Playtime de Jacques Tati, sorti en 1967. Lemarque a été censuré dans les années 1950 avec sa chanson Quand un soldat. Sa carrière sera celle d’un auteur et d’un chanteur profondément attaché au Paris populaire et à la chanson française. Il s’éteint brutalement le 20 avril 2002 (il est alors dans sa quatre-vingt cinquième année) dans sa maison de la Varenne Saint Hilaire et il repose à côté d’Yves Montand dans le cimetière du Père-Lachaise à Paris.

Allez, c’est pas tout mais j’ai mon lait qu’est su’l'feu… Portez vous bien et à demain peut-être.

LA COMPLAINTE DE LA BUTTE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis de la liberté d’opinion et du gratin de courgettes réunis, bonjour !

Nous sommes le 16 septembre et c’est la date qui correspond au 30è et dernier jour de fructidor, dédié au panier. C’est aussi le jour anniversaire de la naissance de Mouloudji dont je suis un fan inconditionnel. Je vous propose de le rajouter à notre galerie de portraits, visitable tous les jours d’un simple clic, colonne de droite…

Marcel Mouloudji naît à Paris le 16 septembre 1922. Son père, Kabyle, est originaire d’Algérie. Emigré en France, il exerce le métier de maçon et s’inscrit au Parti communiste. Il épouse une Bretonne catholique très pratiquante, mais qui assez vite sombre dans l’alcoolisme et la folie. Elle sera internée.

La famille Mouloudji vit dans un modeste logis du XIXème arrondissement de Paris. Marcel suit son père aux meetings communistes, parti dont il se sentira proche une partie de sa vie. Enfant plutôt mignon, il décroche à 11 ans un rôle dans un film sur Ménilmontant.

Adolescent, Marcel s’inscrit aux Faucons Rouges, association issue du parti communiste, au sein de laquelle il monte un petit groupe avec son frère. En 1935, il fait la connaissance de Sylvain Atkine, metteur en scène dans le Groupe Octobre, organisation affiliée à la Fédération des théâtres ouvriers de France. C’est là qu’à 13 ans il rencontre déjà de grands noms de la scène dont Jean-Louis Barrault ou Roger Blin.

Plutôt doué, l’adolescent est adopté par le monde du théâtre. Il est même parrainé par l’homme de lettres Marcel Duhamel qui l’initie à la littérature et à la poésie. Celui-ci l’envoie travailler avec Jean-Louis Barrault chez qui Marcel vit quelques temps. Il prend également des cours avec Charles Dullin. En 1936, il joue dans son premier spectacle, « le Tableau des Merveilles » inspiré de l’Espagnol Cervantès et adapté en français par Jacques Prévert. Parallèlement au théâtre, Mouloudji démarre au cinéma.

Via Jacques Prévert, il rencontre Marcel Carné qui lui donne un petit rôle chantant dans « Jenny » en 1936 puis, « les Disparus de Saint-Agil » de Christian-Jaque en 1938 (Eric Von Stroheim, Michel Simon, Aznavour, Reggiani, imaginez la distribution) . A 16 ans, Mouloudji est déjà une vedette de l’écran.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, Mouloudji file dans le sud de la France, à Marseille, en zone libre, avec le Groupe Octobre. Il rencontre à cette occasion le chanteur Francis Lemarque (voir mon billet du 20 avril). Assez vite, il retourne à Paris où il effectue un tas de petits boulots en semi-clandestinité. Il chante au Bœuf sur le Toit et surtout, découvre le milieu artistique de Saint-Germain-des-Prés.

Pendant la guerre, en 1943, Mouloudji fait la connaissance de Louise Fouquet, dite Lola, qu’il épouse. Elle sera sa femme et son agent artistique jusqu’en 1969. Dans les cabarets en vogue, il chante Boris Vian ou Jacques Prévert. Certains de ses films sont devenus des classiques dont « Boule de suif » (Christian-Jaque, 1947) ou « Nous sommes tous des assassins » (André Cayatte, 1952).

En 1951, Mouloudji enregistre un tout premier disque avec quelques titres importants tels « Rue de Lappe », « Si tu ‘imagines » et « Barbara ». C’est également à cette époque qu’il monte pour la première fois sur la scène d’un grand music-hall, Bobino. Comme pour de nombreux débutants de l’époque, c’est Jacques Canetti, fameux agent artistique et patron du cabaret les Trois Baudets qui entraîne Mouloudji vers le succès. Il lui fait enregistrer « Comme un p’tit coquelicot » qui obtient un énorme succès et qui marque une étape dans son parcours de chanteur.

Toujours engagé et militant pacifiste, Mouloudji rencontre quelques soucis de censure lors de la Guerre d’Indochine. L’objet de discussion est la chanson « le Déserteur », manifeste anti-militariste écrit et créé par Boris Vian. Quand Mouloudji l’interprète au Théâtre de l’Œuvre le jour même de la chute de Diên Biên Phu, cela provoque un scandale et il devient la cible des censeurs et des politiques. La chanson est interdite d’antenne. Seule la station Europe1 la diffuse. Cette première censure le poursuivra et par la suite, d’autres titres connaîtront le même sort. Ici à gauche avec Prévert.

Mouloudji crée finalement sa propre marque de disques sous forme d’une coopérative. C’est ainsi qu’il lance en 1965 un jeune Néo-zélandais installé en France, Graeme Allwright. Peu enclin à se fondre dans l’industrie du disque, Mouloudji n’a pas le succès qu’il a connu dans les années 50 avec le cinéma. En 1966, il monte même un salon de coiffure.

Lorsque surviennent les événements de Mai 68, c’est le militant politique qui chante dans les usines comme en 1936. Rester intègre et ne pas sacrifier ses convictions à sa carrière est essentiel pour lui.

A sa façon, Mouloudji lutte contre l’industrie du disque qui ne lui laisse guère de place. Après avoir maintes fois été victime de la censure, il écrit sans se soucier de l’effet produit. Il sait que de toutes façons, il sera peu ou pas diffusé en radio. Dans « Autoportrait » en 70, il évoque son métissage : « Catho par ma mère, musulman par mon père« ; avec sa reprise de « Allons z’enfants » de Vian, il repart en guerre contre les militaires. Toujours présent lors de combats politiques, il participe en 1974 à l’enregistrement d’un album consacré aux chants et poèmes de la Résistance. On l’entend également sur une compilation de chants ouvriers et une autre sur la Commune. Sa lutte se passe aussi sur scène comme lorsqu’il participe à un gala de soutien à la gauche chilienne en 1974.

En 1980, il sort un album « Inconnus Inconnues » et donne d’innombrables concerts à travers le pays mais dont les médias se font rarement l’écho. Fatigué, il consacre plus de temps à l’écriture et à la peinture, ses anciennes amours. Il s’éteint le 14 juin 1994 alors qu’il avait de nombreux projets en route.

Sources:Wiki et les biographies de RFI ainsi que le livre de Gilles Schlesser éd. L’Archipel.

Voila, c’est un peu long mais quand on aime, on ne compte pas! Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

JOLIE BOITE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,


UN PAQUET DE MADELEINES.

C‘est la rançon de l’age, il arrive un moment où vous avez toujours, surgissant du fond de la mémoire, une madeleine qui vous renvoie un tas d’années en arrière.

Alors que je préparais ce petit billet sur Francis Lemarque, je me suis revu, enfant, collectionnant les « bons points » dans les tablettes de chocolat. Lorsque le compte y était, on renvoyait tout cela à monsieur Poulain ou madame Suchard et, quelques semaines plus tard on recevait une jolie boite en fer blanc qui servait plus tard à ranger le sucre. Dans cette boite, outre le chocolat, il y avait toujours un album de chansons françaises qui permettait d’y coller les photos que l’on trouvait dans les fameuses tablettes. Et voilà ma madeleine, dans chaque album il y avait immanquablement une ou plusieurs chansons de Francis Lemarque. Marjolaine, le p’tit cordonnier, à Paris


S‘il est bien un chanteur français qui symbolise la ville de Paris, c’est certainement Francis Lemarque. Au cours d’une carrière longue et discrète, il a écrit près de quatre cents chansons, dont A Paris, devenue un standard international reprise par des dizaines d’interprètes à travers le monde entier. Et pour commencer, « le petit cordonnier » version japonaise…Amusant, non ?

Francis Lemarque, de son vrai nom Nathan Korb, naît le 25 novembre 1917 dans un petit deux pièces au second étage du 51 de la rue de Lappe à Paris au-dessus du bal des Trois colonnes. Sa mère, Rose, est originaire de Lituanie, tandis que son père, Joseph, tailleur pour dames, est polonais. L’enfant grandit avec son frère Maurice et sa sœur cadette Rachel, dans le quartier de la Bastille, bercé par les bals musettes de la rue de Lappe. Avec son frère il connaît une enfance délurée et joyeuse avant de quitter l’école dès l’âge de onze ans pour travailler en usine. Il gardera tout au long de sa vie un véritable amour pour ce quartier et il fêtera ses soixante-quinze ans au Balajo.

Fasciné par les bals musette depuis son enfance, Nathan et son frère Maurice intègrent après une rencontre en 1934 avec Sylvain Itkine en 1934 le groupe Mars que ce dernier a créé dans l’esprit du Groupe Octobre, affilié à la Fédération des Théâtres ouvriers de France. Il a alors dix-sept ans. Sur les conseils de Louis Aragon, les deux frères créent un duo, « Les frères Marc » qui profitera des événements du Front populaire pour se produire dans les usines et se faire connaître. Ils rencontrent Jacques Prévert, et Joseph Kosma qui est un temps leur pianiste.

En 1940 il passe en zone libre et s’installe à Marseille. C’est là qu’il rencontre Jacques Canetti, qui deviendra par la suite son agent artistique. Il fait quelques tournées en Afrique du Nord dont une semaine de récitals avec le guitariste gitan Django Reinhardt. Sa mère déportée en 1943 meurt à Auschwitz. Il rejoint le maquis puis s’engage dans le régiment du douzième Dragon.

Après la guerre, Lemarque chante dans des cabarets de Saint-Germain-des-Prés. L’année 1946 sera décisive : il rencontre Ginny Richès qui deviendra son épouse, et il voit pour la première fois Yves Montand sur une scène parisienne. Il fait sa connaissance par l’intermédiaire de Jacques Prévert. Montand, séduit par ses compositions, choisit immédiatement des titres : Je vais à pied, Ma douce vallée, Bal petit bal…Leur collaboration durera de longues années pendant lesquelles Francis Lemarque lui écrira près de trente chansons. Il compose la musique du film Playtime de Jacques Tati, sorti en 1967.

Lemarque a été censuré dans les années 1950 avec sa chanson Quand un soldat. Sa carrière sera celle d’un auteur et d’un chanteur profondément attaché au Paris populaire et à la chanson française. Il s’éteint brutalement le 20 avril 2002 (il est alors dans sa quatre-vingt cinquième année) dans sa maison de la Varenne Saint Hilaire et il repose à côté d’Yves Montand dans le cimetière du Père-Lachaise à Paris.

Allez, c’est pas tout mais j’ai mon lait qu’est su’l'feu…Portez vous bien et à demain peut-être.