Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “fleurs du mal”

Page 1 de 1

Spleen toi même…

Posté par erwandekeramoal dans LECTURE

, , , ,

Nous sommes le lundi 19 janvier 2015, 30è et dernier jour de nivôse dans le calendrier républicain, officiellement dédié au Crible. Demain débute pluviôse mais, sans attendre, il pleut sur Brest… Et qui mieux que Baudelaire aurait pu illustrer cette fleur du malpériode au cœur de l’hiver, de la mort. Les fleurs du mal. Ce livre a accompagné mes errances adolescentes; c’est vous dire que cela ne date pas d’hier. Je trouve qu’il n’a pas perdu une miette de sa modernité. Sa préface déjà était prémonitoire : « Malgré les secours que quelques cuistres célèbres ont apportés à la sottise naturelle de l’homme… Ce monde a acquis une épaisseur de vulgarité qui donne au mépris de l’homme spirituel la violence d’une passion. » On y voit le portrait d’un dirigeant de TF1 vendant à Coca Cola du temps de cerveau disponible. Ainsi dans Spleen

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Pluviôse, irrité contre la ville entière,
De son urne à grands flots verse un froid ténébreux
Aux pâles habitants du voisin cimetière
Et la mortalité sur les faubourgs brumeux.

Mon chat sur le carreau cherchant une litière
Agite sans repos son corps maigre et galeux ;les-fleurs-du-mal-de-charles-baudelaire-illustrees-par-la-peinture-symboliste-et-decadente
L’âme d’un vieux poète erre dans la gouttière
Avec la triste voix d’un fantôme frileux.

Le bourdon se lamente, et la bûche enfumée
Accompagne en fausset la pendule enrhumée,
Cependant qu’en un jeu plein de sales parfums,

Héritage fatal d’une vieille hydropique,
Le beau valet de cœur et la dame de pique
Causent sinistrement de leurs amours défunts.

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.