Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Fillon”

Page 1 de 1

La chanson du mal aimé…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

,

Amis de la poésie et de saint Tujen réunis, bonjour ! Nous sommes le 290px-Fomes_fomentarius_2010_G2Jeudi 26 janvier 2017, septième jour de Pluviôse dédié à l’amadouvier. Si j’évoque la poésie c’est parce que un 26 janvier (1855) vit la disparition de Gérard Labrunie, plus connu sous son nom de poète, Gérard de Nerval, l’une des figures les plus émouvantes de la poésie française. Quant à Tujen que l’on célèbre aujourd’hui, il est invoqué contre les maux de dents et la rage.

Alors se dirige t-on vers un Pénélope gate ? La dame du châtelain sourcilleux, candidat de la Droite aux élections présidentielles à venir, aurait, selon le Canard, été rémunérée pendant huit ans comme attachée parlementaire de son mari, puis de son suppléant Marc Joulaud. Pour cela, elle aurait perçu une rémunération d’environ « 500 000 euros brut » au total. Le fait d’embaucher des proches comme collaborateurs n’est pas interdit pour les parlementaires, à condition que ce ne soit pas un emploi fictif, mais le journal émet des doutes sur la réalité de ce travail. Et dans ses colonnes, le palmipède satirique, révèle aussi que madame Fillon aurait été salariée, entre mai 2012 et décembre 2013, de la Revue des deux mondes, une propriété de Marc manoirLadreit de Lacharrière (PDG de Fimalac), un ami de François Fillon, milliardaire et membre du groupe de Bilderberg. Or le directeur de la revue, Michel Crépu, répond au Canard qu’il n’a « jamais rencontré Pénélope Fillon et je ne l’ai jamais vue dans les bureaux de la revue » tout en précisant qu’elle a signé « deux ou peut-être trois notes de lecture ». En vérité, l’ombrageux sarthois laissait en province sa femme et ses cinq enfants et gagnait la capitale pour faire son dur métier: servir son bon maître Sarko et éviter la faillite de la France. Dans le manoir de Beaucé, près d’un tapis de haute lisse, sa femme attendait qu’il revînt (oui je sais, aujourd’hui on écrit haute lice). Oui da, madame Michu, il faut en finir avec tous ces assistés, cette sécu qui nous coûte la peau des fesses, ces chômeurs qui fainéantent à longueur de journées, ces trop nombreux fonctionnaires qui font vivre les services publics mais qui empêchent le secteur marchand de commercialiser l’air, l’eau, le soleil, la santé, le savoir et le droit de contempler les coccinelles…

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Un hobereau à l’Elysée…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, ,

Amis du mutualisme social et des pieds paquets réunis, bonjour ! Noufrimaires sommes  le Lundi 21 novembre 2016 qui correspond au 1er jour de frimaire habituellement dédié à la Raiponce, jolie petite fleur bleue. Oui je sais, il se trouve encore quelques pataphysiciens pour affirmer que Le 21 Novembre 2014 est en réalité le Jeudi 19 As 144 St Courtial des Péreires, aérostier et inventeur. L’allégorie qui représente frimaire est toute symbolique. La scène de chasse ne fait pas qu’allusion à la saison, mais aussi au signe du Sagittaire (symbolisé en filigrane, en haut à droite) correspondant à cette période.

Ainsi donc, les jeux sont faits, ou presque ! C’est Fillon le ténébreux qui emporte, largement, les suffrages lors de ce premier tour de la primaire de la droite et du centre. C’est donc une droite très droitière qui affrontera une gauche atomisée sous le regard hilare d’une droite extrême repeinte en bleu Marine. Une fois de plus, les observateurs avisés qui hantent les plateaux télé depuis des décennies se sont bigrement fourvoyé; autant que leurs compères sondeurs et leurs acolytes analystes politiques, commentateurs, éditocrates. Tout comme ils se sont trompé pour le brexit, pour les élections américaines et autres billevesées tout autant importantes pour l’avenir du Monde. En fillon chateau2006, les sondages donnaient Ségolène Royal présidente ; cinq mois plus tard, c’est Nicolas Sarkozy qui est entré à l’Élysée. En 1995, les instituts annonçaient Edouard Balladur vainqueur de la présidentielle : il n’a même pas passé le premier tour. Lionel Jospin aurait dû gagner celle de 2002 : lui non plus n’était pas au second tour. Au référendum européen de 2005, les sondages donnaient le «oui» large vainqueur ; les Français ont voté «non». Les sondeurs, repris en chœur par les experts de l’expertise n’ont pas vu que Sarko ne passerait pas le premier tour. Ils n’ont pas vu venir la manif pour tous, au sortir de la messe du dimanche, se rendre en famille au bureau de vote pour béatifier l’ombrageux de la Sartre. Fort à parier que dès demain ces mêmes instituts prédisent pour 2017, l’arrivée d’un hobereau de province sous les ors de l’Elysée…

Amusant, non ! Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

LA VICTOIRE EN CHANTANT…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

Amis de l’apologue et de l’omelette au haddock réunis, bonjour !

Nous voici (déjà) le 24 septembre, troisième jour de vendémiaire dans le calendrier républicain, dédié à la châtaigne. A propos de châtaigne, c’est pas l’envie qui me manque… Quand on voit c’qu’on voit et qu’on entend c’qu’on entend comme le disait Jean Carmet, on ressent un désir irrépressible de distribuer des baffes. Je vous fait grâce des tribulations des amis du petit Nicolas embourbés dans leurs histoires de valises. C’est juste nauséeux. Chaque malette pleine de billets c’est un point de sondage en plus pour le front national et les gars de la Marine. Du coup, l’austère Fillon tente de détourner l’attention en lançant un ballon d’essai sur la retraite à 67 ans. Histoire de faire comme les cousins Germains dit-il. Ah oui, mais non, dit le secrétaire général de la CGT, tel un corbeau sur son arbre perché, nous allons protester solennellement. D’ailleurs, avec Maître Chérèque nous sommes d’accord pour exprimer notre désaccord. Alors, en avant pour une grande manif, protestation, grève générale, expression de notre déception face à cette politique antisociale. En gros, 55 minutes d’arrêt de travail dans les services publics (ceux qui restent) faut pas déconner non plus !

Pendant ce temps, l’UMP sort de son chapeau le dernier lapin blanc de la série: l’allégeance aux armes!!! Je mets trois points d’exclamation car là, je vous avoue, ça me la baille belle. Je me souviens que dans les années cinquante, les maîtres d’école nous apprenaient à marcher au pas en chantant « la victoire en chantant nous ouvre la barrière… Un français doit viiiiiivre pour elle, pour elle, un français doit mourir ». C’était pour préparer le défilé de la fête des écoles, démonstration de la vitalité des écoles publiques face à la concurrence. Je revois encore monsieur Le L… et son béret basque, la cour de la communale et ses marronniers, son préau et la distribution de lait à la récré… 68 est passé par là et nous avons jeté aux orties les blouses grises et les chants martiaux. Mais Mariton & Copé nous refont le coup de la patrie. Et pourquoi pas « Maréchal nous voila » pendant qu’on y est!

Non décidément, il se fait dans ce pays une politique aux relents nauséabonds et je ne vois guère se développer d’alternative, sauf peut-être ma cousine Bette qui s’est fait faire une indéfrisable…

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.


VOUS R’PRENDREZ BIEN UN PEU DE RIGUEUR…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , , ,

 

Amis de la rigueur et de l’austérité réunies, bonjour !

Oui, nous sommes bien le 26 août, 9è jour de fructidor dédié à la réglisse. Hier notre premier sinistre a tenté de nous dorer la pilule et de nous faire accroire que, nom d’un petit bonhomme, on allait bien voir que son altesse Nicolas 1er était capable de faire payer les riches. La preuve, sur les 11 milliards qu’il conviendrait d’économiser, 300 millions seront ponctionnés (exceptionnellement) sur les très hauts revenus…

Soit ! Onze milliards, madame Michu, cela équivaut à 11 000 millions et, donc, les hauts revenus vont en payer 300:11 000 x 100 = 2,72% de l’addition. C’est-y pas une juste répartition de l’effort ça ? Vous me direz, ils sont moins nombreux que les pauvres. Et les très pauvres eux, ne payent pas d’impôts directs. Résultat, il ne va pas faire bon appartenir aux classes moyennes dans les temps qui viennent…

Le Fillon avec sa tête de premier de la classe il m’a fait penser à une citation de Cicéron à propos de Démosthène: Son style sent un beuveur d’eau, un grand travail, et ensemble une aigreur et austérité de nature… En réalité, il est là pour éviter à l’autre d’avoir à annoncer les mauvaises nouvelles. Ils sont en train de nous faire le numéro des deux flics au commissariat: le vachard et le pote qui veut arranger le coup.

Mais revenons à nos pauvres qui, comme chacun le sait, sont accros à la gitane maïs et à la Kronembourg et abreuvent leurs enfants (nombreux) avec des sodas enrichis au sucre. Il vont devoir cracher au bassinet au motif que nos dirigeants s’inquiètent de leur santé et de l’augmentation dangereuse de leur tour de taille. A l’heure de se serrer la ceinture, avouez que cela ferait désordre. Fort heureusement il leur restera les heures supplémentaires défiscalisées, sauf pour les entreprises, et comme c’est le patron qui choisit…Devinez qui gagne la montre en bois avec la ficelle du même métal.

Chez moi, l’austérité c’est comme les nouilles sans sel, la galette sans saucisse, Jim sans Jules, Castor sans Pollux, ça ne passe pas. Je me rallie volontiers à cette phrase de Bossuet: les vues de faire des autérités me sont devenues suspectes. Il est vrai qu’on le surnommait l’aigle de Meaux ce qui doit faire plaisir à son maire J.F. Copé qui attend 2017 en rongeant son frein.

Bref, Sarkozy est en train d’enterrer le sarkozysme au nom de la rigueur et de la gestion en « bon père de famille » ce qui pourrait être considéré comme une bonne nouvelle, quoique…Je crains fort que le remède soit pire que le mal.

Allez, gardez le sourire, portez vous bien et à demain peut-être.

LA MOBYLETTE BLEUE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

 

Amis de la mobylette Peugeot (la bleue) et de la truite (au bleu) réunies, bonjour !

Nous sommes le 14 avril, 25è jour de germinal, dédié au pigeon. J’aurai pu vous narrer les aventures grandguignolesque de Nadine Morano mais le buzz a déjà fait le tour du Net. Confondre Renault et Renaud, pour un ministre, même fatigué, c’est du plus haut niveau. Après Lefebvre qui confond Zadig et Voltaire, marque de vêtements avec l’oeuvre de notre grand philosophe, Zadig ou la destinée; on atteint des sommets, pourquoi pas Marx et spencer… Je préfère vous remettre en mémoire les aventures de Gérard Lambert puisqu’elles sont survenues dans la nuit du 14 avril 1977 si l’on en croit Renaud, le chanteur pas le collabo.


Et voila, Quelques minutes de bonheur loin du tumulte inepte de nos gouvernants dont la médiocrité crasse s’affiche chaque jour sur nos petis écrans.

Tiens, hier, monsieur Hulot mettait fin à ses vacances (oui je sais elle est facile) pour annoncer sa candidature à la présidentielle. Ca commence à se bousculer au portillon de l’Elysée. Les communistes ont dit oui-mais-non à Mélenchon, les centristes ont dit peut-être à Borloo, les socialistes ont dit Faut voir à…Euh, on ne sait pas, les Raëliens devraient nous sortir un extra-terrestre de leur chapeau, Fillon n’en a cure, Copé ne pipe Meaux, Boutin sonne le tocsin et on voudrait que le cénobite soit serein comme un anachorète;

Allez, merci de votre visite, portez vous bien et à demain peut-être.

DEAMBULATIONS…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Amis de l’anthropologie philosophique et du tajine de poulet citron réunis, bonjour !

C‘est à n’y pas croire, nous sommes le 18 brumaire, jour de la dentelaire. Les nostalgiques du petit caporal doivent célébrer son coup d’Etat qui mis fin au Directoire et inaugura le Consulat. Notre petit caporal à nous qu’on a, non content de m’avoir gâché ma visite parisienne en recevant son homologue chinois, consulte les astres avant de choisir son futur gouvernement. Vous ne serez pas surpris si je vous dit que je m’en soucie comme de ma première  crêpe. Fillon, Borloo, blanc bonnet et bonnet blanc. Jeu de chaises musicales entre Guéant et Hortefeux, c’est un peu comme remplacer Pujadas par Ferrari, Fadela Amara par la mère Denis et Eric Besson par Iznogoud…

Tout de même, si vous le voulez bien, quelques échos de la virée parisienne au-delà de  l’expérience pratique de notre organisation des transports que le monde entier nous envie. tout d’abord une certaine déception lors de la visite de l’expo des photos de Larry Clark au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris. Cet artiste phare de la contre-culture méritait mieux que cet accrochage à la va-vite. Les portraits réalisés par sa maman en Oklahoma dans les années cinquante et présentées en guise d’introduction, n’accrochent pas véritablement le regard. Seul le mur où s’accumulent de manière obsessionnelle des dizaines de portraits d’adolescents m’est apparu comme oeuvre artistique digne de ce grand talent. La polémique autour de l’interdiction au moins de dix huit ans a semble t-il fait davantage pour la réussite de l’expo que la renommée du photographe. Cette expo me laisse une impression de « bricolage » sans doute davantage liée aux organisateurs qu’à l’artiste.

Pour se remettre de cette petite déception, rien de tel qu’un bon bistro parisien. Direction le Marais, rue saint Antoine.
Ca s’appelle L’éléphant du Nil,(les vieux fumeurs se souviennent de cette marque de papier à cigarette) ambiance gargote, décor début du siècle (l’autre), cuisine familiale style coq au vin, Pot-au-feu et choux farci cet ancien bouchon auvergnat a conservé tout son charme.
Aujourd’hui, les tenanciers sont bretons et sympas et les desserts sont « fait maison« . Bref, un vrai troquet, coincé dans ce quartier Bobo-branché et qui résiste aux vents de la mode.
Contrairement à son nom, cela n’a rien d’éléphantesque, c’est un petit boui-boui minuscule mais qui vaut le déplacement.
A noter sur vos tablettes.

Voila donc pour les dernières nouvelles du front. Vous pouvez maintenant éteindre votre ordinateur et reprendre une activité normale. J’en ferais autant après vous avoir remercié pour votre visite et vous avoir dit, portez vous bien et à demain peut-être.