Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Expo Shangai”

Page 1 de 1

POCHEDBEZ…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Amis de l’art contemporain et de la bouillabaisse réunis, bonjour !


Le musée d’art moderne (MAM, rien à voir avec Michelle Alliot Marie) à Paris avait programmé une expo de Larry Clark à partir du 8 octobre. Cet artiste Etatsunien s’est consacré pendant une grande partie de sa carrière au monde des ados, les kids, comme on dit là bas. Et dans la vie des adolescents il y a, entre autre, la découverte de la sexualité, que Larry Clark a intégré dans son travail. Seulement voilà, les bonnes âmes se sont émues, le politiquement correct a dit « ce qu’il convenait d’en penser » et… La mairie de Paris dirigée par Delanoë a décidé d’interdire l’expo aux moins de dix huit ans.

Larry Clark estime dans le Monde que « cette
censure est une attaque des adultes contre les adolescents ». « C’est une
façon de leur dire : retournez dans votre chambre (…) nous ne voulons
pas que vous alliez dans un musée voir de l’art qui parle de vous, de ce
qui vous arrive ». « Je trouve qu’on devrait faire le contraire,
interdire l’expo aux plus de 18 ans », lance-t-il.

« Oui, dit encore le photographe, il y a du sexe et de la nudité, mais ça fait partie de la vie ». Le photographe de 67 ans est réputé pour ses clichés crus montrant la
vie et les dérives d’une adolescence américaine découvrant les joies et
les peines de la vie, entre sexe, drogue et rock’n’roll. Une œuvre
certes brute, mais sans voyeurisme ni ambiguïté. « Larry Clark
travaille la photo autour d’un thème récurrent qui est celui de
l’adolescence et tout ce qui a trait au passage à l’âge adulte, à la
frontière du journal intime, personnel et du documentaire
», explique Sébastien Gokalp, commissaire de l’exposition intitulée Kiss the Past Hello.

Ainsi va la vie, et, comme l’a dit avec humour un élu « Vert » de Paris, on pourrait même interdire l’expo au public pour être sûr de ne choquer personne !

Tout à fait autre chose.

j’ai enfin réussi à me dégotter des pousse pieds que je me suis empressé de mitonner hier soir. J’avais oublié ce goût iodé, en fermant les yeux je me suis retrouvé à Brézellec ou à Kerandraon, au ras des roches, dans l’écume bouillonnante de la baie de Douarnenez, prenant des risques insensés pour gratter quelques poignées de Pochedbez (en breton). Ce crustacé, car c’est un crustacé, et non pas un mollusque comme on le croit communément, est un vrai régal et sa chair à une saveur égale et peut-être supérieure à celle du homard. Du coup j’ai choisi de les cuisiner à l’ancienne, juste cuits dans de l’eau très salée, avec du goëmon c’est encore meilleur, pain noir et beurre salé, une petite vinaigrette et de l’accompagner d’un Grolleau gris…Quel festin !

Voilà, si l’occasion se présente à vous, n’hésitez pas une seconde…Goutez cette merveille.

Encore autre chose.

A défaut de pouvoir s’en débarrasser, vous pouvez noter les membres du gouvernement. C’est à mourir de rire. Rendez vous ICI.

En attendant, portez vous bien et à demain peut-être.

A VOUS COUPER LE SIFFLET…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Un fidèle parmi les fidèle de ce blog m’a fait parvenir cette petite merveille signée Roger Whittaker. Je ne résiste pas au plaisir de vous la faire découvrir pour fêter le printemps. Merci Jean-Yves.

Tout à fait autre chose et qui n’a rien à voir.

Exposition universelle de Shangai.

Je ne sais pas combien cela va couter au contribuable Français et, très franchement, je m’en bats l’oeil, mais quand on entend ce que l’on entend et quand on lit ce que l’on lit sur le site officiel; il y a de quoi se poser des questions sur la santé mentale des (irr) responsables d’un tel projet…

Le pavillon Français mettra en scène l’équilibre entre « technicité » et « sensualité », entre « création » et « permanence », entre « innovation » et « qualité », entre « action » et « pensée » entre « ville » et « territoire ». Cet équilibre est à la base du « message simple et dense » qui va donner une identité remarquable et mémorable à la France dans le cadre de l’Exposition universelle de 2010. Cette idée d’équilibre créatif et dynamique efface l’opposition entre « la France traditionnelle et moderne » qui pourrait être évoquée. On croit rêver non ?

Et ça continue: Le goût, la vue, le toucher, l’odorat, l’ouïe, l’équilibre, le mouvement : à travers l’idée simple et mémorable de la ville sensuelle, nous traiterons les approches de l’identité française de façon fusionnelle. Le thème de l’exposition « Meilleure ville, meilleure vie » est décliné au sein du Pavillon de la ville sensuelle. Acadabrantesque !

Mais le top du top, c’est la mascotte. Elle s’appelle Léon le chaton. Comble de ringardise elle porte un béret Basque…Il ne manque que la baguette. Quand je pense qu’il y a des jeunes boites de com. qui ne demandent qu’à exprimer leur talent et leur créativité (suivez mon regard) c’est à désespérer ! Je vais demander à Magik studio d’en faire un Mighty…

Et, cerise sur le gateau,selon les informations du site du Pavillon de la France pour l’Expo 2010, Alain Delon sera le Parrain du Pavillon de la France à l’Exposition Universelle de Shanghai du 1er mai au 31 octobre 2010. La star Française a été choisie, avec la bénédiction du Président français Nicolas Sarkozy, par José Frèches, qui préside la COFRES, la Compagnie Française pour l’Exposition de Shanghai.

Mieux qu’une marque, le mot « Delon » est devenu un nom commun en Chine, un sigle «synonyme de beauté masculine chez les jeunes Chinois qui l’utilisent entre eux, ignorant même qu’il s’agit là du nom d’un acteur Français », confie ainsi l’un des proches de ce dernier. Il n’y a que le pouvoir Chinois qui fait la gueule quand il entend la délégation française entonner Lama Delon…

Voila, vous pouvez recommencer à respirer normalement.

Allez, merci d’être passé et de vous être arrêté un moment à la station « Les cénobites tranquilles », le bureau de vote est toujours ouvert (colonne de droite, en haut), portez vous bien, respirez à fond, un long week-end s’annonce néanmoins, à demain peut-être.