Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Eodez”

Page 1 de 1

A en perdre la tête…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé, TRADITION

, ,

Amis de la vérité historique et du chouchen chaud réunis, bonjour! Nous voici le Mercredi 28 novembre 2018 qui correspond au 8è jour de frimaire habituellement dédié au miel. Au jour d’aujourd’hui en Bretagne armoricaine nous célébrons Eodez. Celle-là Haude-Tanguy-248x300même qui perdit la tête sous l’épée de son propre frère, Tangi, qui n’en finit pas moins saint lui même. Tous deux étaient enfants du seigneur de Trémazan. Comme disait mon aïeule qui maîtrisait le subjonctif: « Plût au ciel que ces choses là ne fussent point advenues.» Des légendes comme celle là, il y en a plein par chez nous. Elles sont toutes plus gore que n’importe quel film de Brian de Palma et font passer La nuit des morts vivants pour une aimable bluette. Je vous la fait courte.

Or vint à trépasser la mère de nos deux héros. Passé le temps du veuvage, leur père prit en tremazanseconde noce une femme qui haïssait plus que tout Eodez (mauvais choix). Voici la façon dont Albert le Grand nous présente la chose:  « Cette nouvelle dame ne fut gueres en son ménage, qu’elle commença à regarder de travers nos jeunes Saints & se montrer vraye marastre en leur endroit ; elle les rudoyoit & maltraitoit de parole & de fait & leur tint ces rigueurs huit ans durant ; lesquels expirez, Gurguy, déja grand, & à qui le sang commençoit à boilillonner dans les veines, ennuyé d’estre si mal-traité par cette femme, dans la maison de son pere, se résolut de quitter le pays pour quelque temps, & en obtint congé de son Eodez.jpegPere, lequel luy donna une bonne somme d’argent & train honorable. » Et notre Tangi fut envoyé à la cour du roi des francs Childebert. Revenant de France et face aux faux-propos qui lui avaient été rapportés, Tangi décapita sa sœur afin de laver l’affront fait à l’honneur de la famille (un coup à faire passer les Talibans pour d’agréables jouvenceaux…). Celle-ci prit ses jambes à son cou et sa tête sous le bras et s’en retourna à la maison familiale affronter la méchante belle-mère… Il existe encore dans le Léon une gwerz (complainte) qui raconte la légende. On me demande souvent ce qu’est une gwerz, en voici une: Gwerz Ar Vezhinerien, autrement dit, la complainte des goëmoniers, interprétée par Denez Prigent.

Vous voyez que la violence n’a pas attendu les films hollywoodiens pour déferler sur les écrans de l’histoire (tiens, c’est pas mal ça !). Tout au long de la vie des saints, on s’étripe et on se décapite joyeusement, on se démembre en famille, on s’assassine pieusement et tout cela était raconté aux petits n’enfants le soir à la veillée…Les évangélisateurs avaient compris, bien avant Paris-Match, l’importance du poids des mots et du choc des photos…

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

LE POIDS DES MOTS…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

Amis de la vérité historique et du chouchen chaud réunis, bonjour!

Nous voici le 28 novembre qui correspond au 8è jour de frimaire habituellement dédié au miel.

Au jour d’aujourd’hui nous célébrons,sainte Eodez. Celle-là même qui perdit la tête sous l’épée de son propre frère, Tangi, qui n’en finit pas moins saint lui même. Tous deux étaient enfants du seigneur de Trémazan. Comme disait mon aïeule qui maîtrisait le subjonctif: « Plût au ciel que ces choses là ne fussent point advenues.»

Des légendes comme celle là, il y en a plein par chez nous. Elles sont toutes plus gore que n’importe quel film de Brian de Palma et font passer Carrie pour une aimable bluette. Je vous la fait courte :A droite, les ruines du chateau de Trémazan

Donc, envoyé à la cour du roi des francs Childebert, Tangi laissait à sa solitude Eodez lorsque leur mère mourut. Drame de la décohabitation déjà!
Passé le temps du veuvage, leur père prit en seconde noce une femme qui haïssait plus que tout Eodez (mauvais choix). Elle accusa de tous les maux la pauvre fille et fit parvenir de fausses informations à Tangi quant à la pureté et aux vertus de sa soeur. Revenant de France et face aux faux-propos qui lui avaient été rapportés, Tangi décapita sa soeur afin de laver l’affront fait à l’honneur de la famille (non mais, ça rigolait pas de c’temps là). Celle-ci prit ses jambes à son cou et sa tête sous le bras et s’en retourna à la maison familiale affronter la méchante belle-mère… Il existe encore dans le Léon une gwerz (complainte) qui raconte la légende. On me demande souvent ce qu’est une gwerz, en voici une Gwerz Ar Vezhinerien, autrement dit, la complainte des goëmoniers, interprétée par Denez Prigent.

 

 

 


Et les paroles de la notre de gwerz:

A Castel Tremazan, e parrez Landunvez   

Galon, eun digentil euz ar c’haëra lignez,

A zeuas da eureugi, evit quenta pried,

Merc’h ar Prins euz a Vrest Florence voa hanvet, 

Bugale o dévoé, mez oll n’hon hanvon quet :

Unan eo sant Tangi, eun ail santez Eodet. 

 

Du château Trémazan, en paroisse Landunvez

Galon, un gentilhomme de la plus belle lignée

Vint à se marier, et pour première épouse

A fille du Prince de Brest, Florence était appelée.

Des enfants ils avaient, mais tous ne les connaissons pas

Un était saint Tanguy, une autre sainte Haude.

Et vous trouverez toujours quelqu’un dans le bourg de Landunvez pour vous assurer que les lieux ont gardé la mémoire de l’évènement par les fleurs rouges qui y poussent. L’oeillet de Sainte Haude (Jenofl Santez Eodez) rappelle son sang versé et le géranium sanguin (bouzellou an itron) rappelle la mort affreuse de la marâtre. A gauche, la chapelle St Sansom à landunvez.

Vous voyez que la violence n’a pas attendu les films hollywoodiens pour déferler sur les écrans de l’histoire (tiens, c’est pas mal ça !). Tout au long de la vie des saints, on s’étripe et on se décapite joyeusement, on se démembre en famille, on s’assassine pieusement et tout cela était raconté aux petits n’enfants le soir à la veillée…Les évangélisateurs avaient compris, bien avant Paris-Match, l’importance du poid des mots et du choc des photos…

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

CACHEZ CE SAINT…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,


Amis de l’imparfait du subjonctif
et du saucisson à l’ail réunis, bonjour !


Nous voici le 28 novembre qui
correspond au 8è jour de frimaire habituellement dédié au miel.

Hier, je vous parlais de Tangi et
bien aujourd’hui, c’est sa soeur qui est à la fête. Santez
Eodez
. Celle-là même à qui il coupât la tête. Comme disait
mon aïeule qui maîtrisait le subjonctif: « Plût au ciel que
ces choses là ne fussent point advenues.
» Il existe encore
dans le Léon une gwerz (complainte) qui raconte la légende: A droite, les ruines du chateau de Trémazan.


A
Castel Tremazan, e parrez Landunvez   

Galon,
eun digentil euz ar c’haëra lignez,

A
zeuas da eureugi, evit quenta pried,

Merc’h
ar Prins euz a Vrest Florence voa hanvet,

Bugale
o dévoé, mez oll n’hon hanvon quet :

Unan
eo sant Tangi, eun ail santez Eodet. 

 

Du
château Trémazan, en paroisse Landunvez

Galon,
un gentilhomme de la plus belle lignée

Vint
à se marier, et pour première épouse

A
fille du Prince de Brest, Florence était appelée.

Des
enfants ils avaient, mais tous ne les connaissons pas

Un
était saint Tanguy, une autre sainte Haude.

Et vous trouverez toujours
quelqu’un dans le bourg de Landunvez pour vous assurer que
les
lieux ont gardé la mémoire de l’évènement par les fleurs rouges
qui y poussèrent. L’oeillet de Sainte Haude,
Jenofl
Santez Eodez
en breton,
rappelle son sang versé et le géranium sanguin,
bouzellou
an itron
en breton (les
entrailles de la dame) rappelle la mort affreuse de la marâtre. A gauche, la chapelle St Sansom à landunvez.

Vous voyez que la violence n’a
pas attendu les films hollywoodiens pour déferler sur les écrans de
l’histoire (tiens, c’est pas mal ça !).

Hersart de la
Villemarqué,françois-Marie Luzel ou Emile Souvestre ont récolté
de nombreuses gwerz, particulièrement en basse bretagne et
aujourd’hui encore, Denez Prigent ou Yann-Fanch Kemener en sont les
meilleurs interprètes. Les plus célèbres sont « la veuve de
keroulaz » ou encore « Ar markiz Pontkalleg ».



Celle-ci, interprétée par yann-Fanch kemener en est une bonne illustration même si, en règle générale, les gwerz sont contées « a capella ». Bon d’accord, ça fera pas un malheur à la star’ac mais, la culture madame Michu, la culture…
Allez tiens, je vais m’arrêter là pour ce jour d’hui: comme dit l’autre, faut qu’je fait mes commissions. Ce soir, saucisses (de Morteau evel just) et lentilles pour faire face à l’offensive de l’hiver. Portez vous bien et à demain peut-être.