Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “électricité”

Page 1 de 1

L’estuaire tranquille…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, , , ,

Amis de la marine à voile et du thé au jasmin réunis, bonjour! Nous sommes le mercredi 26 novembre 2014, 6è jour de frimaire dédié à la Mâche. Encore appelée « la doucette », elle est très cultivée dans le pays nantais mais elle existe aussi à l’état sauvage. On dit qu’elle est très riche en oméga 3 et peu calorique… Pour ma part, même en oméga, je ne suis pas riche mais je me soigne!

C‘est un 26 novembre 1966 que la centrale électrique sur la Rance fut connectée au réseau breton. À l’ouest, la pointe de la Brebis, à l’est celle du Briantais. À l’extrémité de l’estuaire  110929-rance-22de la Rance, l’usine marémotrice utilise inlassablement, depuis bientôt cinquante ans, la puissance des marées montantes et descendantes entre Saint-Malo et Dinard. Depuis, sans pétrole, sans charbon, sans nucléaire, elle fournit une partie significative ( La production de l’usine marémotrice de la Rance correspond à la consommation de la ville de Rennes.) des besoins régionaux.Un premier chantier d’usine marémotrice commence à l’Aber-Wrac’h (Finistère) en 1925, mais est abandonné en 1930 faute de financement.

Les plans de cette usine serviront d’ébauche pour ceux de la suivante. L’utilisation de l’énergie des marées n’est cependant pas nouvelle, puisque de longue date des moulins à marée ont existé en des lieux touchés par la marée, et en particulier le long de la Rance. L’idée de construire une usine marémotrice sur la Rance revient à Georges Boisnier, en 1921. Les Rance_1507premières études visant à la conception d’une usine marémotrice sur la Rance remontent à 1943, par la Société d’étude pour l’utilisation des marées (SEUM). Cependant, les premiers travaux ne commencent qu’en 1961.  Pourquoi n’y a t-il pas d’autres réalisations de ce genre dans un pays où nous avons des taux de marnage exceptionnels ? Il est vrai que La construction du barrage a profondément modifié les équilibres écologiques de l’estuaire au point que l’on peut parler de « crise environnementale ». Quand aux lobbys pro nucléaire, ils ne désespèrent pas de monter une jolie petite centrale en Bretagne.                                                                     Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

C’EST LA PANNE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

,

Depuis ce matin, ça grouille de petits hommes bleus tout autour de la maison. Il y en a partout, en haut, en bas, sur des échelles, dans des nacelles…L’explication c’est que l’on est privé de courant depuis cette nuit et, il est déja 14h. C’est dans ces moments là que l’on mesure à quel point on est complètement addict a l’électricité. Le congélateur, la cafetière, l’ordinateur, l’éclairage, bref, la moindre tache devient une galère. Je profite du fait qu’il me reste un peu de batterie sur le portable pour rédiger ce petit billet. Car, autre addiction, un jour sans blog cela n’est plus envisageable. D’autant que celui-ci s’inscrit dans la catégorie des journaux intimes. Par définition un journal, c’est journalier et, le journalier c’est quasiment du quotidien. Hilarant non ?

Aujourd’hui, il y a un petit suroît sur la pointe finistérienne, gageons qu’il va chasser les nuages et que les jours à venir seront moins humides. Voila une phrase digne du café du commerce ou d’une rédaction de CM2 mais, le métier de blogueur ne s’apprend pas en un jour.

Je soupçonne la panne d’avoir frappé jusqu’à mon inspiration que vous avez pu pourtant juger débordante. En attendant le retour de la fée électricité et d’une idée lumineuse pour mon prochain billet, je vous souhaite de vous bien porter et vous dit: A demain peut-être.