Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Duchesse Anne”

Page 1 de 1

Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, ,

Amis des sciences occultes et des coups de pied au cul réunis, bonjour ! Nous sommes le Lundi 25 janvier 2016, sixième jour de Pluviôse dédié laurier_tin_01au Laurier-tin et non au laurier-thym comme on le rencontre parfois orthographié. On le nomme aussi, Viorne-tin voire lauretin. En Bretagne certains vont célébrer les Konhouarn? Un prénom très ancien et très peu usité que l’on doit au vieux breton Kon (guerrier) et Houarn (le fer). Il s’agirait d’un moine ayant été le compagnon de Konwoïon en l’abbaye de Redon…

Le 25 janvier 1477 à Nantes, naissance d’Anne de Bretagne. Fille et héritière de François II, dernier duc de Bretagne, Anne est mariée par procuration à l’empereur Maximilien 1er dans l’espoir de soustraire le duché à l’avidité du gouvernement de Charles VIII, roi de France. ElleAnnedeBretagnereduit n’en est pas moins contrainte d’épouser celui-ci en 1491, au château de Langeais. Le couple aura cinq ou six enfants dont aucun ne survivra. Après son veuvage, redevenue duchesse de plein droit, elle négocie chèrement son remariage avec le successeur de Charles VIII, son cousin Louis d’Orléans, devenu Louis XII. Le couple aura cette fois huit enfants dont survivront seulement deux filles. Anne voudrait que l’aînée, Claude, épouse l’empereur Charles Quint (le petit-fils de son ex-fiancé Maximilien !). C’est  toujours pour préserver l’indépendance de son cher duché, dans lequel, depuis son premier mariage, elle n’a eu l’occasion de séjourner que quelques mois au total. Mais sitôt après sa mort (O9 janvier 1514 à Blois), le 8 mai 1514, Claude épouse François d’Angoulême, cousin et héritier légitime de Louis XII, qui deviendra roi le 1er janvier suivant sous le nom de François 1er. 

https://youtu.be/WdAzl-X-OiM

Sa sœur cadette Renée est mariée en 1518 au duc de Ferrare. La reine statue RennesClaude, chère au cœur des Français, mourra en 1524, à 24 ans après avoir donné le jour à sept enfants et laissé son prénom à… une prune. L’avenir de la Bretagne sera définitivement scellé lors de la signature du traité de 1532, que l’on qualifie de traité d’union et qui cache en réalité une annexion. L’Union de la Bretagne et de la France, monument conçu par Jean Boucher en 1911, représentait la Duchesse Anne et le roi Charles VIII. Situé dans une niche de la façade de l’hôtel de ville de Rennes, il fut détruit par des séparatistes bretons en 1932, et depuis lors jamais remplacé.

Et voila pourquoi, les imbéciles heureux qui sont nés quelque part dansent le plinn en se pâmant devant les sœurs Goadec… Allez, merci d’être passé par ici, portez vous bien et à demain peut-être.

ANNE, MA SOEUR ANNE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

ANNE, MA SOEUR ANNE NAS TU RIEN VU VENIR ?

Le 8 janvier 1499 la Duchesse Anne de Bretagne, notre Duchesse à nous qu’on avaient, épouse le roi de France Louis XII devenant par là même, Reine de France. Sa fille Claude épousera plus tard le Duc d’Angoulême, futur François 1er et ce sera le début de la fin pour ce qui aurait pu devenir un État Breton et qui ne le sera jamais. A la mort de la Duchesse, un anonyme rédigea un poème que, cinq siècles plus tard, les « Tri Yann » mirent en musique: « SI MORT A MORS », en voici un extrait.

Si les matins de grisaille se teintent
S’ils ont couleur en la nuit qui s’éteint
Viendront d’opales lendemains
Reviendront des siècles d’or
Cent fois mille et mille aurores encore.

Si mort a mors Duchesse Noble Dame
S’il n’en sera plus que poudre de corps
Dorme son cœur bordé d’or
Reviendront les siècles d’or
Cent fois mille et mille aurores encore.

Si moribonds sont les rois en ripaille
Si leurs prisons sont des cages sans fond
Vienne l’heure des évasions
Reviennent des siècles d’or
Cent fois mille et mille aurores encore.

 

HUMOUR.

C’est l’histoire d’une photographie qui a déjà fait le tour du monde sur internet. Il s’agit d’une photo de vacances prise par Melissa Brandts, au bord du lac Minnewanka, au Canada.Le couple souhaitait s’immortaliser sur fond de paysage lacustre et sur pellicule, pour ce faire, ils ont posé leur appareil sur un rocher et se sont assis sur un autre. Puis, ils ont mis en marche le retardateur, laissant la technique faire le reste.C’était sans compter sur le hasard et dame nature qui se sont invités sur la photo au moment du clic. Sous la forme de ce sciuridé frondeur légèrement interdit et interrogatif devant l’objectif.

Allez, portez vous bien, n’oubliez pas les vitamines (ça ne se réchauffe pas) et, à demain peut-être.