Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “droits de l’homme”

Page 1 de 1

Te fais pas de Mouron…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, ,

Amis de la cause féministe et du poulet basquaise réunis, bonjour ! Nous sommes le Mardi 08 mars 2016, 18è jour de ventôse dédié au Mouron. Allez, vous faites pas de bile, c’est seulement dans le mouron-rouge-150x150calendrier Républicain. Il existe tout un tas de variétés de Mouron; le rouge, le bleu, le mouron des oiseaux, le mouron délicat et même, la véronique faux mouron d’eau… Pour Capelo je précise que le mot « Mouron » vient du vieux français signifiant « chevelure ». D’où l’expression se faire des cheveux blancs, se faire du souci quoi (on revient aux fleurs) et en définitive: se faire du mouron. Et quand on voit c’qu’on voit et qu’on entend c’qu’on entend, y’a largement de quoi s’en faire du mouron, madame Michu…

Par exemple, chez nos voisins turc, dans un silence assourdissant. La police turque a investi vendredi 04 mars au soir les locaux du journal Zaman, hostile au président Erdogan, utilisant gaz lacrymogène et canon à eau pour disperser la foule. Le quotidien turc à gros tirage Zaman, très critique du président Recep Tayyip Erdogan, est paru dimanche 06 mars pour sa première édition depuis sa mise sous tutelle en affichant une ligne nettement favorable à Erdogan. Quand je dis 4877033_6_8200_la-police-turque-a-investi-vendredi-soir-les_17385038cf00c6cc9274f01ff32727dbsilence assourdissant de la part de l’Europe, ce n’est pas tout à fait juste: Cette reprise en main a soulevé l’inquiétude de l’UE, qui a rappelé M. Erdogan au respect de la liberté de la presse (sans blague). Elle survient juste avant un sommet lundi entre l’UE et la Turquie sur la crise des migrants, au cours duquel Bruxelles attend d’Ankara des efforts pour enrayer le flot des candidats à l’exil (tiens, tiens). En résumé Erdogan dit aux européens: vous me lâchez la grappe sur les droits de l’homme ou j’ouvre en grand le robinet du flux migratoire…

Non mais, c’est vrai, on rigole pas avec les droits de l’homme. Tenez par exemple: Le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Nayef, également ministre de l’Intérieur, a été décoré de la légion d’honneur vendredi par le président François Hollande, qui l’a reçu à arabie-saoudite-oct-2013l’Elysée, a indiqué la présidence de la République. Et chacun sait que le prince en question est un grand humaniste défenseur des droits de l’homme et, je vous explique pas pour ceux de la femme dont c’est la journée internationale… En 2015, 153 personnes ont été exécutées en Arabie saoudite, selon un décompte de l’AFP basé sur des chiffres officiels, un niveau inégalé depuis 20 ans dans ce royaume ultra-conservateur régi par une interprétation rigoriste de la loi islamique. Il est vrai(ou pas) que des rumeurs font régulièrement état d’un intérêt de l’Arabie Saoudite pour le Rafale français, et même d’une possible commande de 72 appareils.

Et tout cela ça fait d’excellents alliés aurait chanté Maurice Chevalier ! Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

Les femmes sont des hommes comme les autres…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, , ,

Amis de l’égalité des sexes et des soeurs Tatin réunies, bonjour !

Et bien voilà, à force d’en parler ça devait finir par arriver, nous sommes le 3 novembre. Treizième jour du mois de brumaire consacré au Topinambour. Curieuse plante à la vérité qui doit son nom à celui d’une tribu brésilienne dont certains membres furent
amenés en France au début du XVIIè les Topinamboux (tupinambas) ce qui amena Carl Von Linné à croire en l’origine brésilienne de la plante. On la nomme aussi artichaut de Jérusalem; cela viendrait là encore d’une déformation linguistique de l’Italien Girasol, le topinambour appartenant à la même famille que le tournesol.


Le 5 septembre 1791, Olympe de Gouges présentait la déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. Ce texte devait être présenté à l’assemblée Nationale le 28 octobre de la même année. Ainsi se voyait dénoncé le fait que la révolution oubliait les femmes dans son projet de liberté et d’égalité.  La phrase la plus célèbre de sa Déclaration est : « La Femme a le droit de monter sur l’échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la Tribune ». Elle ne croyait pas si bien dire et est morte guillotinée le 03 novembre 1793.

Marie-Olympe de Gouges est une des très rares femmes de l’histoire ancienne a avoir été exécutée pour la publication d’écrits politiques. Pourtant cette femme engagée, belle figure humaniste de la fin du XVIIIe siècle, n’a été redécouverte que récemment au titre de précurseur dans l’histoire des idées. Elle demeure en effet une figure d’exception, non seulement pour son engagement politique dans la durée, mais surtout pour ses positions d’avant-garde, courageusement exprimées, sur la condition des Noirs et celle des femmes. Il a fallu attendre que les grandes questions de société sur les femmes, le racisme et les minorités se posent avec une nouvelle acuité au lendemain de la seconde guerre mondiale pour mettre enfin en lumière le souvenir tragique de de Gouges.

Cette Déclaration est sans valeur légale car ce projet fut refusé par la Convention à laquelle elle avait été proposée et resta à l’état de projet. D’une part, elle n’a paru qu’en cinq exemplaires et a été politiquement complètement ignorée tandis que, de l’autre, il a été dit que « la Déclaration a fait sensation dans toute la France, et même à l’étranger. » Il faut attendre 1840 pour que quelques extraits de cette Déclaration soit publiée, et l’intégralité du texte ne l’a été
qu’en 1986, par Benoîte Groult.

On peut-être révolutionnaire et néanmoins macho… Et Olympe est resté sur son petit nuage en attendant que ces messieurs daignent se rendre compte que les femmes sont des hommes comme les autres. Le terme anglo-saxon de Human Right semble plus approprié en parlant de droits humains.

Les hommes (et les femmes) naissent et demeurent libres et égaux en droits… Quelle belle et magnifique phrase. Je propose qu’elle soit affichée dans tous les commissariats de France et de Navarre et qu’elle soit éditée sous forme de carte postale afin que chaque « expulsé » puisse nous donner de ses nouvelles. Sources

Allez, merci d’être passé par ici, portez vous bien et à demain peut-être.