Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “drapeau Breton”

Page 1 de 1

A l’origine du Gwenn-ha-du…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, , ,

Amis de la métaphore et de la crêpe Suzette réunies, bonjour ! Nous sommes donc le Mercredi 15 janvier 2020, 26è jour de nivôse dédié à l’Etain.

Depuis quelques temps, les couloirs des réseaux sociaux bruissent d’une rumeur qui fait causer dans le Landerneau internetique: Un emoji drapeau breton sera bientôt gwen ha dudisponible! L’occasion est trop belle pour se priver d’une piqure de rappel. D’où vient ce drapeau breton  incontournable quelque soit l’évènement télévisé auquel on assiste: foot, cyclisme, festival, manifs… Le premier Gwenn-ha-Du est créé entre 1923 et 1925 par Morvan Marchal, architecte et militant nationaliste breton, premier directeur du journal Breiz Atao (Bretagne toujours) d’inspiration pan-germaniste. Ce drapeau a donc été dessiné au début du XXe siècle seulement. On pourrait penser qu’il s’est inspiré du drapeau américain et, c’est bien le cas. Mais pas que! Il s’est inspiré également du blasdrapeau bretonon de Rennes. Les bretons l’ont appelé le Gwenn-Ha-Du : littéralement « Blanc et Noir ». C’est la bannière herminée ! Les bandes du drapeau américain représentaient les 13 états unis à l’origine. Pour le drapeau breton, les 9 bandes du drapeau breton représentent les 9 anciens évêchés : les quatre bandes blanches pour la Bretagne bretonnante ou Breiz – les cinq bandes noires pour la Bretagne gallaise ou Bertaèyn.

 

Les hermines constituent l’héritage du duché de Bretagne. L’hermine était aux ducs de Bretagne ce que la fleur de lys était aux rois de France. Il en va de même pour le soi-disant hymne national crée par le barde Jaffrenou dit Taldir, à partir d’un chant gallois. Le « Bro Goz ma zadou » fut proclamé chant national par les maurrassiens dePavillon_de_Nantes_(20è_siècle).svg l’Union Régionaliste Bretonne à leur congrès de 1904. On peut donc affirmer, sans pour autant vouloir polémiquer, que, le gwenn-ha-du est un drapeau créé par une organisation raciste qui opérait une jonction avec les pangermanistes et les nazis; raison pour laquelle il fut interdit à la libération. Historiquement le drapeau breton c’est la croix noire sur fond blanc. Cet emblème fut adopté  en 1236-1237 quand Pierre Mauclerc fut pressenti par le pape Grégoire IX comme chef de la future croisade. Croix noire que l’on retrouve d’ailleurs sur le blason de la ville de Nantes.

Et voila pourquoi votre sœur est muette… Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

VENDREDI 13…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Amis de la française des jeux et de Freddy Krueger réunis, bonjour !

Nous sommes le vendredi 13 août c’est à dire le 26ème jour de Thermidor généralement consacré à la Myrte. Jolie plante du bassin Méditerranéen et que, dans l’antiquité, portaient les prêtresses du temple de Démeter lors des mystères d’Eleusis.
La Myrte est surtout utilisée en Corse, en Sardaigne et en Sicile pour aromatiser le gibier et les viandes grasses. Le gout de ses baies rappelle celui du Genièvre et elles sont utilisées pour entrer dans la composition de liqueur.
On dit que les infusions de Myrte sont très efficaces contre la diarrhée enfantine. D’où une expression devenue célèbre: « …Et bien, on est pas dans la myrte ».

Et la Bretagne devint française…

C‘est le 13 août 1532 que fut signé le fameux traité qui mit fin définitivement à l’indépendance du Duché de Bretagne.

Anne de Bretagne refuse tout mariage avec les princes et demande que cela soit le roi lui même qui l’épousât. Ce
sera le 6 décembre 1491 à Langeais. Elle est successivement l’épouse de
deux rois de France Charles VIII et Louis XII .
Le Duc d’ Orléans, Louis XII, ami de longue date d’Anne, sera un mari
aimant. Anne maintiendra les impôts seulement à destination des états de
Bretagne, les octrois et jugements aux pays. Ici à droite, le blason des Ducs de Bretagne. »Kentoc’h mervel eget bezan saotred » plutôt la mort que la souillure ou quelque chose comme cela…D’où l’hermine symbolisant la pureté.

Les héritiers du Duché de Bretagne sont par contrat de mariage
les descendants masculins d’Anne de Bretagne ou par défaut ses
descendants de sexe féminin. L’administration du Duché est attribuée au
roi de France. Sans descendant mâle, c’est donc sa fille Claude épouse de François 1er
qui devient duchesse de Bretagne. Le mariage n’aura pas lieu durant le
vivant d’Anne qui y était opposée (préférant voir sa fille mariée à
l’héritier espagnol Charles) : une clause avait été prévue au cas où
Anne pourrait encore avoir un fils. Elle mourut à 37 ans et Claude fut
mariée 4 mois après sa mort. Le fils de celle-ci, dauphin de France, est
couronné sous le nom de François III duc de Bretagne (1518-1536), mais
il décède à l’âge de 18 ans. C’est alors son frère, le futur Henri II,
qui devient le duc de Bretagne. A gauche, le « drapeau Breton » inventé en 1925.

En 1532, un traité d’Union de la Bretagne à la France est voté par les Etats de Bretagne,
après plusieurs unions matrimoniales entre les duchesses de Bretagne et
les rois de France. Les héritiers de la famille de Brosse sont
gouverneurs de la Bretagne, et il a pu être considéré que le frère de
François III. Henri II est le dernier duc de Bretagne lorsqu’il monte sur le trône de France en 1547, la Bretagne se trouve alors réunie à la Couronne de France comme faisant partie du domaine royal.

Et voila pourquoi nous ne sommes pas aujourd’hui résidents du grand Duché de Bretagne comme nos cousins du Luxembourg ou du Liechtenstein. Je voyais bien le Trégor où le pays Bigouden transformés en paradis fiscaux.

Allez, merci de votre visite, portez vous bien et à demain peut-être.