Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Draconides”

Page 1 de 1

FAITES UN VOEU…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

Amis de la concorde universelle et du velouté de potimarron réunis, bonjour !

Nous sommes le 21 septembre, dernier jour complémentaire avant le début de l’année de l’ère républicaine. Demain c’est Vendémiaire, le temps des vendanges.

 


Dans l’actualité, Mahmoud Abbas (président de l’autorité Palestinienne) a confirmé lundi à Ban Ki-moon (secrétaire général de l’ONU) qu’il comptait mettre à exécution son projet de demande de reconnaissance à part entière d’un Etat palestinien par les Nations unies, ce vendredi.

Voici une copie du courrier adressé par la Ligue des Droits de l’Homme au président de la République Française concernant la demande de la Palestine de rejoindre le concert des nations au sein de l’ONU.

« Monsieur le Président,

Plus de soixante ans après l’adoption d’un plan de partage de la Palestine, si l’Etat d’Israël a été effectivement créé, l’Etat palestinien n’existe toujours pas. Les différentes résolutions des

Nations unies sont restées lettres mortes et le peuple palestinien, en Cisjordanie comme à Gaza, continue à supporter occupation et blocus. La colonisation israélienne ne s’est jamais arrêtée, même pendant la période où les accords d’Oslo ont été appliqués. Aujourd’hui, contre toute légalité internationale, le Golan est passé sous souveraineté israélienne, des pans entiers de la Cisjordanie sont de fait annexés et les quartiers palestiniens de Jérusalem sont rongés par une colonisation rampante parce qu’Israël a fait de cette ville sa capitale exclusive, là aussi au mépris du droit.

Dans quelques jours, l’Assemblée générale des Nations unies sera saisie d’une demande de reconnaissance de la Palestine en tant que membre de l’ONU. Cette reconnaissance ne permettra pas à elle seule de résoudre le conflit actuel ni de faire cesser l’occupation israélienne.

En même temps, elle permettra de réaffirmer ce qui tend à être oublié : le droit des Palestiniens à un Etat souverain dans des frontières aussi sûres et reconnues que celles de l’Etat d’Israël.

Cette reconnaissance de la Palestine en tant qu’Etat, membre de la communauté internationale, permettra surtout de restituer aux négociations leur point de départ : les frontières de 1967, et non la politique d’annexion de fait suivi depuis plus de soixante ans par les différents gouvernements israéliens.

S’insérant dans l’immense revendication démocratique qui se lève partout dans la région, la reconnaissance d’un Etat palestinien fera des représentants du peuple palestinien des acteurs de plein droit de la communauté internationale, avec les mêmes droits mais aussi avec les mêmes responsabilités et ouvre de nouvelles possibilités en faveur de la paix.

Nous appelons le gouvernement français, l’Union européenne et ses Etats membres à soutenir de leur vote la reconnaissance par les Nations unies de l’Etat de Palestine.

Nous vous informons que cette lettre sera rendue publique.
Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma haute considération. »

J’ajoute qu’une centaine de faux-culs parlementaires français ont demandé au Président de la République de faire usage de son droit de véto. La liste est ICI. Mais dans quel monde vivons nous?

Il ne reste plus qu’à faire un vœu pour que la raison l’emporte. L’occasion se présente très prochainement avec cette pluie d’étoiles filantes que sont les Draconides. Si l’on en croit l’Institut de Mécanique Céleste et de Calcul des Ephémérides (IMCCE) : la pluie de météores des Draconides sera exceptionnelle cette année, avec un maximum de 600 météores par heure (après correction), ce qui correspond à trois météores par minute visibles à l’oeil nu dans toute l’Europe.

L’événement aura lieu dans la nuit du samedi 8 au dimanche 9 octobre 2011, entre 20h00 et 23h00 locale. Nul besoin de gros télescope : il suffira juste de lever les yeux au ciel et attendre que les « étoiles filantes » apparaissent dans le ciel.

En attendant, portez vous bien et à demain peut-être.