Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Douarnenez”

Page 2 de 3

ENTRE L’ESPOIR ET LE FROMAGE…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, ,

Amis des causes désespérées et des cailles aux raisins réunies, bonjour!

Nous sommes le 08 décembre, 18è jour de frimaire dédié au Lierre… Oui je sais, je l’ai annoncé hier par erreur alors que hier, c’était le jour du Cyprès. Bel arbre que l’on préfère voir de loin car il sert souvent d’ornement à nos cimetières. On dit que l’on s’en sert pour fabriquer le cercueil des papes car il symbolise l’immortalité. Mea maxima culpa donc! Même sur un blog, vitesse et précipitation font rarement bon ménage…

Allez savoir pourquoi, hier soir j’ai ressorti de ma bibliothèque un vieux manuscrit de Georges PERROS. Nostalgie peut-être de nos rencontres douarnenistes. ce sont quelques feuillets griffonnés sur des bristols, dont il fit cadeau à mon aïeule, celle-là même que j’évoque souvent ici, pour la remercier de ses soins attentionnés. Je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager cet inédit.

« On meurt de rire, on meurt de faim, 

On meurt pour blessure à la guerre,

On meurt au théatre, à la fin

D’un drame où le ciel est par terre.

Il est cent façons de mourir.

Pour vivre on est beaucoup plus sage,

Il suffit de savoir moisir

Entre l’espoir et le fromage. »

Je n’oserai aucun commentaire, j’attends les vôtres. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.


COURS, CAMARADE, LE VIEUX MONDE EST DERRIERE TOI…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis des commémorations et du goulash de bœuf réunis, bonjour !

Nous sommes le 04 novembre 2011, 14è jour de brumaire dédié à l’endive…

Il y a maintenant fort longtemps de cela, un petit bonhomme vit le jour dans la maison familiale sur les bords du Port-Rhu à Douarnenez. Très tôt il montra tous les signes du révolté chronique, vilipendant la famille, l’école, l’armée, les patrons, les curés, les flics et tutti quanti. Comme Jean kemener, de Recouvrance, il grandit puis il devint grand…Il fêta son vingtième anniversaire en 1968 ; autant dire que l’air du temps lui convenait parfaitement. Le stalinisme et les atermoiements de la sociale-démocratie achevèrent sa conversion et il se rangea définitivement dans le camp des non-alignés. Aujourd’hui, après une carrière, somme toute bien remplie, il coule des jours heureux dans son ermitage de Keramoal et vous abreuve quotidiennement de ses modestes billets sous le pseudonyme du cénobite.

 

C‘est aussi un 04 novembre que disparut cette ardente militante que futVictorine BROCHER qui vit le jour à Paris un 4 septembre de l’an 1839. Internationaliste, Communarde, anarchiste et pédagogue, voila une carte de visite comme on les aime chez « les cénobites tranquilles« .
Elle naît, Victorine Malenfant, dans une famille de Républicains pur jus (son père, Franc-maçon et Républicain fut contraint à l’exil en 1851), en 61 elle épouse Jean Rouchy et le couple ira s’installer à Paris. Elle travaille comme couturière puis participe à la création d’une boulangerie coopérative. Dès le début, elle va participer à la Commune de Paris et s’engagera comme cantinière de bataillon. Puis on la retrouve qui prend part aux combats (bataillon des Turcos) comme ambulancière. ici en compagnie de Paule Mink et Louise Michel.


Condamnée à mort par contumace comme « pétroleuse », elle se réfugie en Suisse; son mari sera emprisonné deux ans.
De Suisse, elle part enseigner en Hongrie puis reviendra à Genêve à la libération de son mari où elle va créer une coopérative de la chaussure et venir en aide aux proscrits de la Commune. De retour à Paris après l’amnistie elle va fréquenter les anarchistes (Malatesta fut arrêté en sa compagnie), à la mort de son mari, elle se lie avec le libre penseur Gustave Brocher, ils adopteront cinq enfants de communards et feront de leur maison un asile pour de nombreux exilés.
En 1890, la voici institutrice dans une école libre initiée par Louise Michel. Elle va mourir le 4 novembre 1921 à Lausanne où, avec Gustave, elle avait fondé une école. En 1909, elle publiera souvenirs d’une morte vivante.
C‘est à ces gens que nous devons l’école laïque (donc libre) l’école émancipatrice, l’école de l’égalité des chances, bref, l’école de la République. Et aujourd’hui, on assiste à un retour en arrière au motif qu’une bande de gougnafiers (certes élus !) se  sont mis en tête de dépecer un à un deux siècles d’acquis sociaux: L’école, la sécu, l’âge légal de départ à la retraite, le temps de travail, le droit d’asile, etc. La prochaine fois que tu mettras un bulletin dans l’urne, réfléchis petit scarabée…

voilà pour ce jour anniversaire, on n’est jamais si bien servit que par soi même, n’est-il pas ? Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

A DOUARNENEZ, LE CARNAVAL EST CHOUETTE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

Amis des Penn-Sardinn et du thé au jasmin réunis, bonjour!

Nous sommes le 08 septembre 2011 et je vous trouve encore devant votre ordi. C’est le 22è jour de fructidor dédié à la noisette. Autant dire que c’est le moment de faire ses provisions pour l’hiver. D’autant plus que si l’on en croit les gazettes, l’hiver sera rude…

Cela devait bien finir par arriver, j’ai dégotté un douarneniste pour ma galerie de portraits. Je rappelle à ceux qui l’ignore qu’un douarneniste est un habitant de la ville de Douarnenez dans le finistère sud; ville qui a connu son heure de gloire, à l’instar de Marseille, grâce à la sardine et qui aujourd’hui décline doucettement au fond d’une baie qui reste la plus belle du monde. Ai-je besoin de préciser qu’elle a vu naître votre serviteur il y a maintenant fort longtemps. A droite, une photo du marché des halles, où ma grand mère allait acheter son beurre. Voici l’histoire d’un personnage étonnant et pour le moins pittoresque:Hervé COATMEUR.

Le 12 avril 1924, à Brest, sortie du numéro 4 de l’hebdomadaire « Le Tam Baz » (le morceau de bâton). Ce journal satirique, humoristique et naturien est réalisé par l’anarchiste Brestois Hervé COATMEUR. On ne sait pas grand-chose sur la durée de ce journal paraissant le samedi, mais il fait partie des nombreux titres publiés par Coatmeur et le Foyer Naturien de Brest. On retrouve des traces notamment du « Sphinx » puis du « Sphinx d’après guerre », de « l’écho naturien » etc.

Fils de pêcheur, né à Douarnenez en 1879, (il a du user ses fonds de culottes sur les mêmes bancs d’école que mes grand-pères) resté jeune à la charge de sa mère, Hervé Coatmeur, travailla comme ouvrier à l’Arsenal de Brest, fut plusieurs fois condamné et, finalement renvoyé en 1910 et inscrit au Carnet B. Il exerça alors bien des métiers : docker, portefaix à la gare de Brest, livreur de sciure de bois… Anarchiste individualiste, il eut un kiosque à journaux, un magasin de bouquiniste, un étalage volant parmi les forains, ne voulant être ni commerçant, ni fonctionnaire, ni exploiteur, ni exploité. Il propagea un individualisme dérivé de celui de Han Ryner.

Responsable du Foyer Naturien de Brest (85 rue E. Zola), il avait été le fondateur, animateur et principal rédacteur du journal Le Sphinx individualiste (Brest) qui connaitra de nombreuses séries difficiles à reconstituer.

Propagandiste, il distribuait tracts et prospectus, fonda un cercle d’études, s’attacha dans les années 1920 à la diffusion de l’En Dehors d’Emile Armand auquel il collaborait, devint végétarien, s’alimentant de légumes et de fruits crus et de pain de seigle. Il collaborait également à la revue Le Néo Naturien .

Il se maria le 6 août 1931 « avec une jeune paysanne qui, après avoir été violée par son père, se réfugia à Brest où elle devint la proie des marins », on se croirait dans Les misérables. Il voulut faire d’elle un être nouveau. Mais elle le quitta et revint avec un jeune bébé « à l’état de santé pitoyable ». Elle le quitta à nouveau en emportant « une pile de pièces de cent sous patiemment économisées en vue d’éditer un numéro du Sphinx » (E. Armand, L’Unique, op. cit.) Le divorce fut prononcé le 15 juin 1935. Sur la photo à droite, une vue de Brest après les bombardements. Malgré mes recherches, je n’ai pas trouver de photo représentant Hervé Coatmeur. Par contre j’ai déniché un logo qui est celui des anarchiste végétarien. Etonnant non !

Hervé Coatmeur vécut ses dernières années dans les conditions les plus misérables : il habitait une cabane où tombait la pluie et couchait sur un lit de sangles : il était vêtu de guenilles et chaussé de spartiates. Le 8 septembre 1944, il périt avec plusieurs centaines de personnes au cours de l’explosion d’un abri civil à Brest, place Sadi-Carnot lors d’un bombardement de la ville.

Allez, voila pour aujourd’hui, portez vous bien et à demain peut-être.

EN AVANT LA MUSIQUE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

 

Amis de la métaphore et du Sèvre et Maine réunis, bonjour !

Nous sommes le 09 août 2011, autant dire que les jours raccourcissent, celui ci correspond au 22 de thermidor et était dédié au câprier.

C‘est cet arbuste méditerranéen dont les boutons floraux, confits dans le vinaigre, donnent les fameuses câpres. En Crête, les feuilles du câprier commun sont utilisées en salade. Par ailleurs, les racines et l’écorce trouvent leur utilité dans la pharmacopée naturelle. On dit que ses grandes et belles fleurs très odorantes ne vivent qu’une seule journée. Avant de préparer votre tartare soyez vigilant, les vraies câpres sont vendues sous l’appellation « câpres surfines » sinon, il s’agit souvent de boutons de capucine préparés de la même façon mais beaucoup moins chers évidemment.

 

En Bretagne, le 9 août on fête les Herlé, nom d’un petit saint de seconde catégorie qui a laissé son nom à la commune de Ploaré (plo Erlé) dans le Finistère. C’est d’ailleurs, à ma connaissance, la seule trace que l’on trouve de ce saint. Quimperlé par exemple n’a rien à y voir et vient de Kemper (confluent) et Ellé, une des rivières qui traversent la ville. La commune de Ploaré est considérée comme le berceau rural de Douarnenez. Les deux ne forment plus qu’une seule et même commune depuis l’après guerre. Herlé est représenté en diacre portant la dalmatique dans l’église paroissiale, un livre dans une main et la palme du martyre dans l’autre. Mais, Herlé évoque pour moi l’harmonie municipale qui portait son nom, on disait « la Cipale ». Elle était dirigée par François Cuadrat puis par son fils Fernando, famille de réfugiés républicains espagnols qui trouvèrent asile en terre bretonne. J’en ai retrouvé une photo amusante où l’on voit sous le porche de l’église de Ploaré, les retrouvailles d’un républicain espagnol et d’un représentant de la sainte église. Alleluhia !!!

 

Tout à fait autre chose.

Les États-unis ne produisent pas que des va-t-en-guerre et, pendant que Obama prépare une intervention militaire en Somalie, il y a des chercheurs qui méritent qu’on leur prête une oreille attentive :

L’avertissement que la NASA vient d’émettre est très rare. Il y aura une immense tempête dans l’espace comme on en voit une seule fois dans une vie. Quelque part en 2013, le soleil va se réveiller d’un profond sommeil et provoquer des dégâts au moins équivalent à vingt fois ce qu’a produit l’ouragan Katrina d’un point de vue économique. L’agence spatiale américaine averti que cette super tempête solaire va endommager dramatiquement les systèmes de services d’urgence, les équipements hospitaliers, les systèmes bancaires et les dispositifs de contrôle aérien, sans oublier les archives des ordinateurs domestiques. Si les gouvernements ne prennent pas des mesures dans les mois qui viendront, les scientifiques américains annoncent des dégâts irréversibles et la paralysie de l’ensemble de tous les systèmes fonctionnant à partir de l’informatique.
Aveu du Dr Richard Fisher à un journaliste qui l’a interviewé pour le Daily Telegraph : « Nous savons que cela va se produire avec certitude, mais nous ignorons quelles en seront toutes les conséquences ». Le Dr Richard Fisher est directeur de la division héliophysique à la NASA. Il a expliqué que cela s’était déjà produit à une époque où notre monde n’était absolument pas dépendant du télégraphe. A notre époque, c’est différent ! « Le problème aujourd’hui est que toute notre société moderne est totalement dépendante de l’électronique, des téléphones mobiles et des satellites… »

 

Je ne suis pas certain que ce blog soit encore en activité mais, en attendant, portez vous bien et à demain peut-être.

 

AU FEU…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

 

 

Amis de la tradition et de la poule au pot réunies, bonjour !

Le 24 juin est effectivement le jour de la saint Jean, quand bien même nos amis républicains l’avaient dédié au romarin. Je me souviens qu’enfant, le feu de St Jean mobilisait tout le quartier. Jeunes et moins jeunes se démenaient des jours et des jours avant l’événement pour réaliser le tas de bois le plus grand qui soit. Et puis il fallait assurer sa surveillance car, une tradition tenace voulait  que les bandes des autres quartiers tentent de s’emparer du butin ainsi stocké. Il y avait une expression intraduisible, on disait; « faire an hi erez », c’est du douarneniste qui vient du verbe « jalouser » je crois. Le quartier du Port Rhu qui était le théâtre de nos exploits voyait s’affronter les bandes de l’Enfer, du Treiz et de l’usine à gaz (la seule à revendiquer l’appellation d’origine port-Rhu).

 

On n’étonnera personne en déclarant que fêter la Saint Jean n’a pas grand chose de catholique (!) ni même de très chrétien. Une fois de plus, un vernis chrétien est venu s’ajouter à une tradition particulièrement ancienne et qui fleure bon le paganisme. Mais si puissant était le culte du feu que l’église se garda bien d’y toucher. Au pire elle tenta de l’apprivoiser et les fêtes du solstice furent dédié à Jean-Baptiste (y-a pas de petit profit).

Mais la Saint-Jean n’avait pas que ses feux : elle avait aussi ses herbes, ses fameuses herbes de la Saint-Jean qui, cueillies le matin, pieds nus, en état de grâce et avec un couteau d’or, donnaient pouvoir de chasser les démons et de guérir la fièvre. On sait que, parmi ces fleurs mystérieuses, se trouvait la verveine, la plante sacrée des celtes. On la cueille encore sur les dunes de Saintonge en murmurant une formule bizarre, nommée la verven-Dieu et dont le sens s’est perdu.

De quelqu’un qui se couchait tard, on disait jadis : « Il est allé ramasser un charbon de Saint-Jean ». Le fait est que ces charbons passaient en Bretagne pour avoir toutes sortes de propriétés merveilleuses. Il en suffit d’un recueilli dans les cendres du tantad et dévotement placé, au retour, dans un coin du foyer, pour préserver la maison de l’incendie et de la foudre. On disait encore qu’en balançant les nouveau-nés devant la flamme de trois tantads, on les gardait à tout jamais contre le mal de la peur…

En quelques paroisses de la Haute-Cornouaille, la cérémonie avait d’ailleurs une conclusion assez funèbre : quand les danses avaient cessé et que le feu était près de s’éteindre, on l’entourait de grandes pierres plates destinées, à servir de siège aux anaon, aux mânes grelottants des pauvres morts de l’année, avides de se reposer quelques heures en tendant leurs mains débiles vers les cendres…

Aujourd’hui, le Port-Rhu s’est transformé en marina, les cendres de nos feux sont à jamais dispersées et c’est Naguy qui anime la fête de la musique à la télé…

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

BOLOMIG TAL-AR-GROAZ…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

,

 

Amis de l’Egypte ancienne et du brocolis réunis, bonjour !

 

Ah misère de misère, je rentre de Douarnenez la larme à l’oeil. Figurez vous qu’on a volé le Bolomig. Ce petit bonhomme, porteur d’eau à l’allure égyptienne était devenu le symbole de la ville depuis 1861 date de son implantation sur la fontaine de la croix; d’où son nom Bolomig tal-ar-groaz. Il y avait par ailleurs un autre Bolomig au dessus de la glacière Courtois, que l’on appelait Bolomig war-an-aod. Mon aïeule, toujours pédagogue, me racontait que les soirs d’hiver, les enfants suivaient le préposé à l’allumage des becs de gaz en chantant: allume ar gaz, bolomig tal-ar-groaz…

Bref, le vandalisme n’est plus ce qu’il était. S’en prendre à notre manneken piss à nous qu’on a c’est « spontuss » comme on dit à Douarnenez.

Autrefois on le maudissait lorsque la pêche à la sardine était mauvaise mais aussi on le décorait comme par exemple quand Ronan Pensec endossa le maillot jaune du tour de France, « on » fit de même avec le Bolomig. Allez savoir, peut-être que ses cinquante kilos de bronze ont attiré des malfaisants.

Si on le retrouve, je suis d’avis de l’offrir aux insurgés de la place TAHRIR, eux, ils ont réussi à se débarrasser de leur den paolig en deux temps et trois mouvements. Bon, voila un court billet couleur locale; que ceux qui ne sont pas rompus au folklore finistérien me pardonnent. Et qu’ils se consolent en se disant que je leur ai épargné la photo de mon déguisement.

Allez, merci à vous d’être passé par ici. Portez vous bien et à demain peut-être.


LE CERCLE DES POETES DISPARUS…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis du cercle des poètes disparus et de la « Guiness is good for you », bonjour !

Il y a un an disparaissait Yan Balinec à l’âge de 81 ans. Mais, disparaître n’est pas le terme approprié. Il faisait partie de ces gens qui restent présents longtemps, longtemps après que leurs chansons aient disparues. Qui se souvient de cette silhouette traversant les rues de Douarnenez juchée sur son vieux vélo ? L’oeil clair, la tignasse ébouriffée, d’une élégance un peu vieille France, il était né dans la Sarthe et exerçait le métier de prothésiste dentaire. Sa première oeuvre, le faux pli du drapeau. Journal d’un objecteur, en dit long sur le personnage.

Je me souviens de ces longues discussions sur une table du rosmeur? Etait-ce chez Marie-Rose ou chez Micheline ? Georges Perros n’était pas loin et René Quéré tout à côté. On refaisait le monde en s’interrogeant sur les choses de la vie. Yan Balinec n’était pas homme de concession. « Les mots peuvent changer l’avenir de l’humanité » se plaisait-il à dire. Il pensait que l’on pouvait relier l’esprit et la matière et son recueil « Chair, âme » résume bien cette posture. Solitaire et néanmoins fraternel il était un être complexe, à la fois véliplanchiste, cycliste et poète. « Mes certitudes d’aujourd’hui me donnent le vertige en débouchant partiellement sur le néant » disait-il.

En dehors des dogmes, en dehors des modes, Yan était un homme comme je les aime: Libre !

Son oeuvre est restée confidentielle à tel point qu’il créa sa propre maison d’édition « Remuage ». Humaniste, libertaire,écologiste, non-violent, il était tout cela et plus encore. Que les dieux de la poésie t’accompagnent en ta dernière demeure et, j’adresse une supplique pour que ce soit au cimetière marin de St Jean à Tréboul.


Bon et bien voila, Keramoal à retrouvé son calme, les lapins peuvent reprendre leurs activités sur leur pelouse. La mi-août s’approche et, on entame notre marche vers l’hiver au rythme des jours qui raccourcissent. Mais je vois que votre fidélité ne faiblit pas alors, un grand merci à vous, portez vous bien et à demain peut-être.

POURQUOI N’ALLEZ-VOUS PAS A PARIS ?

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

Amis de la révolution tranquille et de la peinture à l’eau réunies, bonjour !

Juillet tire à sa fin, les agités de la seringue arrivent à Paris et du coup, ma fiancée et moi même avons reporté notre visite à la capitale pourtant programmée de longue date. N’y voyez pas une relation de cause à effet mais, mauvais temps, chassé croisé des vacanciers sur les routes, impératifs professionnels, bref, les conditions n’étaient pas réunies pour une ballade des plus tranquilles.

J‘emprunte le titre de ce billet à René-Guy Cadou, vous savez…L’odeur des lys.

Pour compenser, on est allé visiter une table locale qui nous tentait depuis un certain temps: L’hôtel restaurant « La butte » à Plouider. Accueil sympathique, service impeccable et, en entrée une terrine de foie gras fondante après une coupette d’un champagne « maison » (ils ont leur propre cru – veuve Becam), suivi d’un lieu jaune relevé à l’anis étoilé accompagné d’un Rully blanc de chez Jadot. Je passe sur la petite coquille au gingembre avec l’apéro et la mise en bouche du meilleur effet quoique un peu trop axé sur le poivron à mon goût. Une table tout à fait recommandable et qui se trouve à proximité des dunes de Keremma dont je vous ai déjà parlé à propos d’une tentative de phalanstère au début du siècle dernier.
Et puis tiens, puisque j’en parle, voici un conseil de lecture pour l’été: KEREMMA de François Lunel aux éditions Riveneuve.
Roman, poème d’amour, chacun se fera son op
inion. Ca se lit d’une traite et on se laisse prendre par ce tête à tête singulier, corps à corps éperdu entre un homme et une femme dans la solitude des dunes de Keremma.

A Douarnenez, le rassemblement de bateaux a permis de découvrir la mascotte « Poru » ! C’est à n’y pas croire, il s’agit d’un lapin…Quand on sait à quel point la bête est interdite de séjour sur les navires, c’est assez rigolo.
Le clou du spectacle restera sans aucun doute les tentatives pour faire entrer le Bélem dans la ria du Port-Rhu. Et pourquoi pas dans une bouteille pendant qu’on y est…

Pour ce qui me concerne, je préfère de Port-Rhu ce cimetière marin, théâtre de nos jeux d’enfant avant que les rond-de-cuir n’inventent le principe de précaution qui empêche aujourd’hui les gosses de grimper aux arbres.

Allez, vivement l’hiver, portez vous bien et à demain peut-être.

ROCK AROUND THE CLOCK…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,


Amis du Rythm and Blues et du maquereau vin blanc réunis, bonjour !

Vous connaissez dorénavant ma tendresse particulière pour le saxo et ceux qui en jouent. Voici un salut tout particulier à l’un d’entre eux qui fût sans doute le premier à enregistrer un disque de Rock et dont le titre est resté dans l’histoire: « We’re gonna rock, We’re gonna roll ».

Il s’agit de WILD BILL MOORE, né à Houston au Texas en 1918, c’était un 13 juin. Il est décédé en 1983 à Los angeles.

Son tout premier disque, il l’a enregistré avec Christine Chapman qui n’était autre que la femme de Memphis Slim. On lui doit aussi d’avoir collaboré au désormais mythique « What’s Going on » de Marvin GAYE.

Chacun se souvient du fameux « Rock around the clock » et de la reprise tout aussi fameuse que l’on doit à Bill Haley et qui fit sa réputation après la sortie du film « graine de violence » en 1955. Ce morceau, emblématique de la série « Happys days » a été enregistré en 1952 et marque sans doute le début du succès que va connaître le Rock. Et bien, « We’re gonna rock » date lui de 1949… Sur 33t.

En France à la même époque, Boris Vian et son ami Henri Cording (qui deviendra célèbre sous le nom de Henri Salvador) tente d’implanter le rock face à la variété.

Je me souviens que dans les années 60, sur le jukebox de «chez Marie-rose», sur le port, à Douarn’, il y avait surtout de la chanson française: Brel, Brassens, Aznavour… Mais on y trouvait quelques perles made in USA, Bill Haley, Little Richard, Elvis Presley. C’était avant que la pop music débarque. Ah, le jukebox de Marie rose… Nous on écoutait « dans le port d’Amsterdam » en buvant un rouge lim’ tout en refaisant le monde. Parfois passait Georges Perros à peine débarqué de son invraisemblable moto et on se rapprochait de lui comme dans le cercle des poètes disparus. En règle générale ça se terminait à cinq mètres de là, chez « Micheline ».

Voila pour la séquence nostalgie alors que l’actualité mobilise toute notre attention. L’équipe de France de fouteballe vient de s’enorgueillir d’un score nul (O-O) face à l’Uruguay réduit à 10 joueurs. Commentaire de Raymond la science: » dans le collectif, on a été très performant  » . C’est à désespérer !

Bon allez, c’est suffisant pour un dimanche. Je le redis encore une fois, c’est sympa à vous de visiter les « cénobites tranquilles ». Portez vous bien et à demain peut-être.

UN DOUARNENISTE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Cela devait bien finir par arriver, j’ai dégotté un douarneniste pour ma galerie de portraits. Je rappelle à ceux qui l’ignore qu’un douarneniste est un habitant de la ville de Douarnenez dans le finistère sud; ville qui a connu son heure de gloire, à l’instar de Marseille, grâce à la sardine et qui aujourd’hui décline doucettement au fond d’une baie qui reste la plus belle du monde. Voici l’histoire d’un personnage étonnant et pour le moins pittoresque: Hervé COATMEUR.

Le 12 avril 1924, à Brest, sortie du numéro 4 de l’hebdomadaire « Le Tam Baz » (le morceau de bâton). Ce journal satirique, humoristique et naturien est réalisé par l’anarchiste Brestois Hervé COATMEUR. On ne sait pas grand-chose sur la durée de ce journal paraissant le samedi, mais il fait partie des nombreux titres publiés par Coatmeur et le Foyer Naturien de Brest. On retrouve des traces notamment du « Sphinx » puis du « Sphinx d’après guerre », de « l’écho naturien » etc.

Fils de pêcheur, né à Douarnenez en 1879, (il a du user ses fonds de culottes sur les mêmes bancs d’école que mon grand père) resté jeune à la charge de sa mère, Hervé Coatmeur, travailla comme ouvrier à l’Arsenal de Brest, fut plusieurs fois condamné et, finalement renvoyé en 1910 et inscrit au Carnet B. Il exerça alors bien des métiers : docker, portefaix à la gare de Brest, livreur de sciure de bois… Anarchiste individualiste, il eut un kiosque à journaux, un magasin de bouquiniste, un étalage volant parmi les forains, ne voulant être ni commerçant, ni fonctionnaire, ni exploiteur, ni exploité. Il propagea un individualisme dérivé de celui de Han Ryner.

Responsable du Foyer Naturien de Brest (85 rue E. Zola), il avait été le fondateur, animateur et principal rédacteur du journal Le Sphinx individualiste (Brest) qui connaitra de nombreuses séries difficiles à reconstituer.

Propagandiste, il distribuait tracts et prospectus, fonda un cercle d’études, s’attacha dans les années 1920 à la diffusion de l’En Dehors d’Emile Armand auquel il collaborait, devint végétarien, s’alimentant de légumes et de fruits crus et de pain de seigle. Il collaborait également à la revue Le Néo Naturien .

Il se maria le 6 août 1931 « avec une jeune paysanne qui, après avoir été violée par son père, se réfugia à Brest où elle devint la proie des marins », on se croirait dans Les misérables. Il voulut faire d’elle un être nouveau. Mais elle le quitta et revint avec un jeune bébé « à l’état de santé pitoyable ». Elle le quitta à nouveau en emportant « une pile de pièces de cent sous patiemment économisées en vue d’éditer un numéro du Sphinx » (E. Armand, L’Unique, op. cit.) Le divorce fut prononcé le 15 juin 1935. Sur la photo à droite, une vue de Brest après les bombardements. Malgré mes recherches, je n’ai pas trouver de photo représentant Hervé Coatmeur.

Hervé Coatmeur vécut ses dernières années dans les conditions les plus misérables : il habitait une cabane où tombait la pluie et couchait sur un lit de sangles : il était vêtu de guenilles et chaussé de spartiates. Le 8 septembre 1944, il périt avec plusieurs centaines de personnes au cours de l’explosion d’un abri civil à Brest, place Sadi-Carnot lors d’un bombardement de la ville.

Et bien voila, nous sommes le lundi 12 avril, vous êtes encore devant votre écran d’ordinateur, et notre président n’a pas péri dans un accident d’avion. Merci de votre visite, portez vous bien et à demain peut-être.