Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Donovan”

Page 1 de 1

VIVA DONOVAN…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

 

Amis des sixties et du poulet fermier réunis, bonjour !

Nous voici le 10 mai, 21è jour de floréal dédié à la statice, rien à voir avec l’Insee, c’est une petite plante que l’on peut apercevoir sur nos côtes. C’est aussi l’anniversaire de Donovan Leitch né en 1946 à Maryhill près de Glasgow, en Ecosse. Enfant, il contracte la poliomyélite qui le laissera boiteux toute sa vie. Sa famille s’installe à Londres quand il a dix ans où il apprend la guitare en s’inspirant des musiques folkloriques anglaise et écossaise. Après de brèves études aux Beaux-Arts, il voyage en « beatnik » depuis sa découverte de Bob Dylan, et écrit des chansons.

En enregistrant la maquette de « Catch The Wind », il fait la rencontre de Brian Jones et de celle qui va devenir sa muse, Linda Anne Lawrence. Remarqué par le producteur de l’émission Ready Steady Go!, son passage en 1965 lance sa carrière. Le 45 tours est aussitôt suivi par « Colours ». Alors considéré comme un clone de Dylan aux Etats-Unis, Donovan jouit d’une renommée en Europe, notamment en France où paraît le sautillant « Hey Gyp ». Bon, on écoutait aussi Malicorne et Led ZepBrigitte Fontaine et Higelin, The Doors et Ferré.

La première grande apparition publique de Donovan a lieu le 11/4/1965 à Wembley. Pour la première fois, un journaliste utilise le terme « folk rock ». Quelques semaines plus tard, Donovan fait la connaissance de Joan Baez et de Dylan alors en tournée anglaise. Son premier album Catch the Wind est un gros succès en Angleterre et fait de lui la vedette du festival américain de Newport en juillet. Il reprend la chanson « Universal Soldier » de Buffy Sainte-Marie en réaction à la guerre au Vietnam.

Donovan s’éloigne alors du folk rock et s’oriente avant la lettre vers le psychédélisme. « Sunshine Superman » (voir la pochette à gauche) sort aux Etats-Unis en juillet 1966 où il atteint la première place au Billboard ; cette chanson est considérée à juste titre comme le premier hit du genre psychédélique. Début 1966, un documentaire intitulé A Boy Called Donovan le montre fumant un joint. Adepte du LSD et de la marijuana, Donovan est la première pop star à être arrêtée pour possession de drogue. Le gouvernement américain lui interdit alors l’entrée sur le territoire.

Sous son aspect angélique et inoffensif, sa voix mélodieuse et sensuelle, Donovan est non seulement un novateur mais aussi un provocateur : en 1966 sort le sulfureux Mellow Yellow (dont j’ai glissé la vidéo ci-dessus) d’aspect anodin et où il est question de vibromasseur et de détournement de mineure… Le single est un succès international (n°2 aux Etats-Unis et n°11 dans son pays), les stations de radio ne remarquant rien de « répréhensible » au texte caché. En 68 il se rend en Inde en compagnie des Beattles, nous sommes en plein Flower power, peace and love, combi VW et déjà, le shilom s’apprétait à supplanter la bouffarde…

Allez, merci d’être passé par ici, portez vous bien et à demain peut-être.

IMAGINE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

Ce matin en faisant un peu de rangement parmi mes vieilleries, je suis tombé sur un disque des Beatles. Curieusement, c’est un 8 décembre que disparu le plus fameux d’entre eux, John LENNON, assassiné par un malade, Mark Chapman, en 1980 à New York. Il était né quarante ans plus tôt à Liverpool, sous le blitz, et, personne n’imaginais qu’il ressemblerait un jour à Harry Potter, à moins que ce ne soit l’inverse. Après avoir quitté le groupe mythique, il avait créé le Plastic Ono Band avec celle qui allait devenir sa femme Yoko ONO. Quand bien même il n’a pas de tombe, à la différence de J. Harisson, tous les ans des milliers de personnes se retrouvent pour commémorer sa disparition. J’ai une tendresse particulière pour « Hey Jude » et pour « Mother », en 1970 je crois, morceau dans lequel il hurle littéralement sa douleur observant en cela les préceptes du docteur Arthur Janov et son fameux « cri primal » ceux qui on fait un peu de psy s’en souvienne. Bien sur, « Imagine » aussi… Et le fameux album blanc que tous les fans recherchent dans les vides greniers. C’est lui qui avait créé les « Silver Beetles » qui allaient devenir « les Beatles » en hommage à la beat génération des Dylan, Donovan et autres. De son coté « peace and love », je me souviens d’une interview où il professait que le christianisme disparaitrait avant le rock’n roll…Wait and see !

Et voila pour le billet du jour. A Copenhague, les experts de l’expertise vont causer du climat, je prépare un billet sur l’affaire du « climat gate » qui anime le Net ces jours ci, en attendant les conclusions du sommet mondial, et le temps n’incitant guère à la promenade, je vais me lancer dans le bricolage que j’ai quelque peu négligé ces dernières semaines. Je reprends la perceuse et, c’est parti: J’fais des trous, des p’tits trous, encore des p’tits trous… Allez, portez vous bien et, à demain peut-être.