Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Domnonée”

Page 1 de 1

Le moine et le roi…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, , ,

Amis de l’art universel et de la matelote d’anguille réunis, bonjour ! Nous voici le Samedi 16 décembre 2017, si tout se passe comme prévu, c’est bientôt Noël… Ce jour correspond au 26 de frimaire consacré au pignon produit par le pin parasol. Tiens, à propos de  l’Espagne, il faudra que je vous trouve la recette des épinards à la Catalane qui se préparent précisément avec des pignons, c’est excellent.

Aujourd’hui nous fêtons les Judicaël un des principaux rois de Bretagne, fils aîné de Judael, roi du Trégor-Goëlo. Il régna à la suite de son frère Haeloc puis renonça à la couronne et devint moine. Notre Judicaël , n’aurait sans doute pas les honneurs du calendrier si son nom n’était pas revenu à la mode, notamment sous les forJudicael piedmes francisées Gaël et Gaëlle. Il est également connu en Bretagne sous les formes Jézéquel, Jezekel, Jezekael, Jekel, Jezekelig, Jikael, Jikel et enfin Giquel. Il naquit vers l’an 590. Fils aîné de Judhaël, roi de Domnonée (en gros, de la rade de Brest jusqu’à Dol) et de la reine Pritelle, fille aînée d’Ausoche, prince au Comté de Leon. Il était l’aîné de quinze frères et une sœur, dont plusieurs font partie de la longue liste des saints bretons, notamment Josse et Winoc. A la mort de Judhaël vers 605, pourtant aîné et héritier, il préféra se retirer au monastère Saint-Jean de Gaël que Saint Méen venait d’ériger. Il quitta cependant le monastère pour prendre la direction du royaume de Domnonée. Vingt ans, il gouverna le royaume avec autorité et carte-armoriquesagesse. Il aurait été couronné en 632 et serait avec Saint Éloi à l’origine du traité de 636 signé à Clichy donnant au roi Dagobert Ier la suzeraineté de la Bretagne aux Francs; soit quasiment un millénaire avant qu’Anne, ma sœur Anne, ne voyant rien venir, fit de même avec Charles VIII puis louis XII. Vers 640, il se serait ensuite retiré dans un monastère à Gaël (certains disent au monastère de Paimpont qu’il avait fondé), et serait mort dans la nuit du 16 au 17 décembre 658. Il fut enseveli à côté de son maître Saint Méen. Ses héritiers naturels : Judoc son frère et Winoc son neveu ou son fils s’étant eux aussi désistés du pouvoir pour se retirer dans des monastères on ne sait pas qui prit ensuite la tête du royaume de Domnonée.

Et voila, il y a ceux qui ont piscine, nous, on a histoire… Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

La fin des haricots…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, , , ,

Amis de l’art lyrique et du gigot d’agneau réunis, bonjour !

Nous sommes (déjà) le mercredi 11 juillet de l’an 2012. Les républicains chargés du calendrier, dans leur immense sagesse et leur infinie ruralité, avait dédié ce jour au Haricot… Alors, sans plus attendre et spécialement pour vous, amis lecteurs, ce chef- d’oeuvre de la littérature française, magistralement interprété par Bourvil:

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Comme vous pouvez le constater, les cénobites ont pris leurs quartiers d’été. Petit billet, pédale douce mais, le rythme reste quotidien histoire de ne pas perdre le fil qui lui, est davantage à la pêche qu’au rasoir (humour dévastateur et néanmoins Vermotien)…

Aujourd’hui par chez nous on célèbre les Judoc. Difficile d’écrire l’histoire de celui-là tant l’orthographe du nom a subi de modifications. On trouve les formes aussi diverses que le vieux breton Iudoc ou Judoce, ou encore la forme francisée de Judosse mais aussi chez nos amis d’outre-Manche, Joder, Josse, Joyce, Joost, Jost, Judganoc… En tous cas, il semble bien qu’il fut l’un des nombreux enfants du roi Judaël, souverain de Domnonée (le Nord de l’Armorique à partir du VIè) et donc frère du futur roi Judikaël et de Winnoc… Je ne les cite pas tous, ils étaient quinze autour de la table familiale.

Le nom de Domnonée vient des Dumnonii, peuple celte brittonique de l’île de Bretagne, habitant le Devon et peut-être les Cornouailles. Le royaume aurait été fondé par Riwal (du comté de Gwent, au Pays de Galles).

La première bande, arrivée sur nos côtes armoricaines vers 465, aurait eu pour chef Fracan, père de  Gwenolé, et elle se serait établie sur les bords du Gouët (à Ploufragan dans les Côtes-d’Armor).

Elle fut suivie de trois autres colonies qui se fixèrent autour de la baie de Saint-Brieuc et qui obéissaient à des chefs nommés Riwal, Conan et Conothée. Ces derniers furent rejoints, vers 480, par  Brieuc, qui fonda un grand monastère, berceau de la ville portant encore son nom.

Et bien voilà, après cela vous pouvez participer à « questions pour un champion ». En attendant, portez vous bien et à demain peut-être.