Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “déchets”

Page 1 de 1

Si Davos m’était conté…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, , , ,

Amis de la gastronomie et de la brasse coulée réunies, bonjour ! Nous sommes le Mardi 17 janvier 2017, 28è jour de nivôse dédié au Zinc (mais pas au bar).

L’édition 2017 du Forum économique mondial s’ouvre ce mardi à Davos, dans les Alpes suisses. Cette semaine a commencé avec des propos très déstabilisants de Donald Trump exposant à deux journaux des-policiers-deployes-le-19-janvier-2016-a-davos_5499883-300x199européens son dédain de l’OTAN, de l’Union européenne et de la chancelière allemande. Le même homme sera, à la fin de la semaine, sacré 45e président des Etats-Unis. D’ici là, la première ministre britannique, Theresa May, aura expliqué, comment elle entend organiser la sortie de leur pays de l’UE. Deux jours plus tard, jeudi, elle viendra à Davos tester les réactions d’une audience internationale aux modalités de son plan, sans précédent.

Ayant compris assez tôt qu’il y aurait cette année une sorte de vacance du pouvoir à Davos, entre deux administrations américaines, les Chinois ont décidé de combler le vide massivement : non seulement le Forum accueille la plus grosse délégation chinoise de son histoire, mais celle-ci est emmenée par le président Xi Jinping lui-même.
Fossé entre patrons et grand public. C’est la première fois qu’un président chinois fait le déplacement à Davos. Loin de Xi Jinpingl’abandonner, pourtant, ces élites aujourd’hui si contestées y viennent encore plus nombreuses : quelque 3 000 participants, dont 1 200 patrons et une cinquantaine de chefs d’Etat et de gouvernement se pencheront cette semaine sur le thème du « leadership réactif et responsable ». Ce thème est d’autant plus opportun qu’une étude PWC publiée à l’ouverture du Forum révèle un fossé béant entre les perceptions qu’ont les patrons et le grand public des effets de la mondialisation : 60 % des patrons les jugent positifs, tandis que ce chiffre n’atteint que 38 % dans la population. (d’après un article du Monde)

Et voila, pendant que les grands de ce monde se goinfreront de petits fours, chez nous c’est reparti ! Tous les ans, à l’approche de l’hiver, ils nous refont le coup de la panne. Enfin, celle qui devrait immanquablement se produire vu que la Bretagne est largement déficitaire en électricité. Le lobby nucléo-électrique ne désarme pas. Ils mettent tout en œuvre pour nous refiler une de leurs foutues centrales du 1er, 2ème, ou 3ème type. Nous pensions, pauvres de nous, qu’ils brennilisavaient compris la leçon après avoir du plier bagage dans le cap-sizun (Plogoff). Que nenni ! En attendant, la centrale de Brennilis, fermée en 1985, n’en fini pas de finir et n’est toujours pas démantelée. La faute à ICEDA qui disent… le petit nom de ce qui doit être une « installation de conditionnement et d’entreposage des déchets de moyenne et longue activité ». Autrement dit : l’entreprise pouvait démanteler le réacteur, mais ne serait pas en mesure de stocker ces déchets, susceptibles de rester dangereux pendant des milliers d’années. En construction à la centrale du Bugey, dans l’Ain, Iceda doit être opérationnelle un de ces jours mais elle est pour le moins controversée. Surtout, elle s’implante sur un site qui fait déjà l’objet d’une plainte, déposée en mars par la ville et le canton de Genève (Suisse) pour « mise en danger délibérée de la vie d’autrui et pollution des eaux ». Dans le paysage des monts d’Arrée, ce cadavre est encombrant. Mais son cercueil, en construction à l’autre bout de la France, l’est, semble-t-il, tout autant.

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

TROP PLEIN DANS LE VIDE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Amis des sciences naturelles et du chinchard poëlé réunis, bonjour !

Aujourd’hui c’est dimanche, c’est le jour ou jamais pour prendre de la hauteur.

Le 18 de fructidor était généralement dédié au Nerprun qui comme chacun le sait est un arbuste qui accueille volontiers les chenilles de papillons et notamment celle du phalène du marronnier et du Jason à deux queues.

 

Lassé par la médiocrité de notre actualité terrestre, je suis allé faire un tour dans les hautes sphères de notre vieille planète. Très franchement, c’est pas réjouissant non plus…

 

La pollution spatiale s’empire et la quantité de déchets en orbite a désormais dépassé le « point de basculement » selon le Conseil américain de recherches. Il a donc rappelé la NASA à l’ordre afin qu’elle trouve une solution à ce problème grandissant.

Pour y parvenir, les Etats-Unis comptent bien demander l’aide des autres nations et il y a urgence! « Nous allons avoir de plus en plus de collisions avec ces déchets », explique un ancien scientifique de la NASA ayant participé à la réalisation de ce rapport.

Liés à l’exploration de l’espace, ces débris ont des tailles variées allant de quelques millimètres à la taille d’un bus. Ils proviennent notamment des lanceurs spatiaux, des pièces qui se détachent de ces plus gros morceaux, des moteurs-fusées, etc.

Or, à grande vitesse, ces fragments prennent de la vitesse et deviennent une menace pour les astronautes et pour les satellites. Tous ces débris génèrent d’autres déchets plus petits lorsqu’ils entrent en collision, au point que la Terre est actuellement entourée d’un immense dépotoir spatial. Elle est propre la conquête de l’espace…(je ne sais plus sur quel site j’ai trouvé l’info.)

Tiens, je vais aller taquiner le goujon, si les taux de nitrate en ont laissés quelques uns frétiller en paix. Fort heureusement, il n’y a pas que des mauvaises nouvelles dans l’actu. La preuve.

 

Portez vous bien et à demain peut-être.