Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “De Gaulle”

Page 1 de 1

Paris s’éveille…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, , ,

Amis du matérialisme historique et du cachou Lajaunie réunis, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 20 Mai 2016, premier jour de Prairial dédié à la luzerne. Le mois de prairial était le neuvième mois du cPrairialalendrier républicain français. Il correspondait, à quelques jours près (selon l’année), à la période allant du 20 mai au 18 juin du calendrier grégorien. Il tirait son nom « de la fécondité riante & de la récolte des prairies de mai en juin », selon les termes du rapport présenté à la Convention nationale le 3 brumaire an II (24 octobre 1793) par Fabre d’Églantine, au nom de la « commission chargée de la confection du calendrier ». Quel poète ce Fabre… Et c’est donc le jour de la luzerne, nommée aussi le sainfoin (celui là n’aura pas sa statue à Carnoët) très appréciée par nos amis les bêtes, il parait que c’est plein de protéine et de carotène. Par ailleurs, un ami écolo me demande de préciser que la luzerne déshydratée remplace avantageusement les tourteaux de soja importés et aux origines douteuses (OGM), voila, j’ai fait ma b.a.

Le 20 mai 1968, en France, Le général de Gaulle fustige la « chienlit » , mais la chienlit comptait, en ce jour, plus de six millions de grévistes! Lesla chienlit étudiants des Beaux arts en firent une affiche célèbre. Quarante ans plus tard, mon fiston s’en était inspiré pour illustrer le carton d’invitation à mon pot de départ en retraite… A cette époque, après les usines ce sont les transports publics comme la SNCF et RATP qui ne fonctionnent plus, les magasins sont contraint de fermer leur portes, les poubelles s’amoncellent de façon impressionnante dans les rues, l’essence se fait rare et les gens tentent de retirer leur argent dans les guichets des banques qui ne sont pas encore en grève.

La veille, sur la Croisette, le Festival de Cannes s’est lui-même numérisation chienlit0001sabordé, après les interventions des cinéastes Truffaut, Godard et Lelouch qui proposaient d’occuper le Palais du festival pour y instaurer un forum permanent. Je crois que c’est Thucydide, historien grec, qui disait:  l’histoire est un perpétuel recommencement. A l’époque on cherchait la plage sous les pavés mais c’était pour déboulonner la statue du commandeur, pour renvoyer aux poubelles de l’histoire une vieille droite réactionnaire et conservatrice. Aujourd’hui, les ceusses qui nous gouvernent se disent socialistes (me faites pas rire, j’ai les lèvres gercées). Siné, Reiser, Cabu, Cavanna, Wolinski, Choron, ils ont tous disparu des écrans radar… Ah, madame Michu, qui saura croquer l’infinie vacuité de ce monde où se sont les flics qui manifestent ?

Allez, merci d’être encore là, portez vous bien et à demain peut-être.

LA MECHE EST DITE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis de la solidarité internationale et du Picon bière réunis, bonjour !

Nous voici en décembre, Kerzu en Breton, et comme le disait qui vous savez: A la saint Eloi, le cénobite reste coi. Enfin, pas longtemps non plus. La preuve, ce petit dialogue avec une de mes lectrices:


-Tiens, au fait madame Michu, vous vous
souvenez pourquoi il y a des soldats français en Afghanistan ?

-Mais pour défendre la démocratie
pardi !

-Et, ça marche ?

-Ben tiens, mon cousin, écoute cette
histoire: Deux Afghans convertis au christianisme risquent la peine
de mort pour avoir abjuré l’islam. Musa Sayed, qui travaillait au
comité international de la croix rouge et Amad Shah, sont incarcérés
à Kaboul. La constitution afghane (adoptée après la chute des
Talibans) repose sur la loi islamique et interdit l’abjuration de
l’islam…

-Qu’est-ce qu’on dit, Madame Michu ?

-Vive la démocratie ! Surtout quand elle est « installée » par G.I. Jo…

Il n’y a rien à faire, je ne m’y accommoderais jamais. Tant qu’on laissera les religieux de tous poils polluer la chose publique (Res publica) avec leurs croyances, leurs lois, leurs fatwas, leurs bulles papales, leur droit Canon (tiens c’est amusant ça) leurs femmes voilées, leurs curés en robe, et autres bondieuseries, il restera quelque chose de pourri au royaume de la République.

Pendant ce temps là, l’OTAN veille sur nous: Ces 20 et 21 novembre, les Etats européens membres de l’OTAN, réunis en
sommet à Lisbonne autour de leur protecteur d’outre-Atlantique, ont
décidé de financer la construction d’un « bouclier antimissiles » censé
protéger l’Europe d’une éventuelle attaque nucléaire, chimique ou
biologique. Il s’agit, dans un premier temps, d’assurer le repérage des
missiles ennemis, au moyen de stations d’observation. Très sérieusement, ce « bouclier antimissiles » est-il réellement utile,
voire prioritaire en temps de crise économique grave ? Qui peut
vraiment croire que la Russie ou, à présent, l’Iran aurait l’intention
d’attaquer l’Union européenne ?

Créé en 1949 pour faire face à la « menace soviétique », l’Organisation
du Traité de l’Atlantique Nord, depuis la chute du Mur et l’effondrement
de l’URSS, n’a objectivement plus de raison d’être. Pire : le maintien
de cette organisation continue de lier la défense européenne aux
structures militaires états-uniennes et, même, dans une certaine mesure,
de l’y subordonner. Et les armées européennes de servir parfois de
troupes auxiliaires dans les opérations commanditées par le Pentagone,
comme en Afghanistan, par exemple…Charles de Gaulle ne s’y était pas trompé : « au fond,
le fait que l’Europe, n’ayant pas de politique, resterait soumise à
celle qui lui viendrait de l’autre bord de l’Atlantique paraît,
aujourd’hui encore, normal et satisfaisant
». Cinquante ans plus tard, sa conclusion n’a pas pris une ride. (D’après un article de:
Pierre PICCININ professeur d’histoire et sciences politiques – Ecole européenne de Bruxelles I )

Bon ben dites donc, c’est un peu trop sérieux ça, non ? Allez, on se détend, on se bourre une bonne pipe, on se sert un Lagavulin et on finit la lecture de « La Mêche » dont je crains fort qu’il connaisse sous peu le même sort que son prédécesseur « Siné Hebdo ». En attendant, portez vous bien et à demain peut-être.