Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Davos”

Page 1 de 1

Pendez les haut et court…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, ,

Amis du jazz manouche et du ragout de hérisson réunis, bonjour ! Nous sommes le Mardi 23 janvier 2018, quatrième jour de pluviôse, dédié au Perce-neige, les puristes de l’orthographe ne manquent pas de relever qu’il faudrait dire LA perce-neige.

Et pendant ce temps, à Davos, ça continue encore et encore. 1% des habitants de la planète ont à eux seuls récupéré 82% de la richesse créée en 2017. C’est l’une des conclusions du rapport intitulé « Récompenser le travail, pas la richesse » d’Oxfam. « Le boom des milliardaires n’est pas le signe d’une économie prospère, mais un symptôme de l’échec du système économique », a estimé la Davosdirectrice de cette ONG, Winnie Byanyima, à la veille de l’ouverture du World Economic Forum (WEF) à Davos. Selon le rapport d’Oxfam, 3,7 milliards de personnes, soit 50% de la population mondiale, n’a pas touché le moindre bénéfice de la croissance mondiale l’an dernier. Depuis 2010, c’est-à-dire peu après le début de la crise en 2008, la richesse de cette « élite économique » a augmenté en moyenne de 13% par année, a précisé Oxfam, avec un pic atteint entre mars 2016 et mars 2017, période où « s’est produit la plus grande augmentation de l’histoire en nombre de personnes dont la fortune dépasse le milliard de dollars, au rythme de 9 nouveaux milliardaires par an ». Toujours selon Oxfam, huit hommes détiennent autant de richesses que les 3,6 milliards de personnes qui représentent la moitié la plus pauvre de l’humanité  alors que une personne sur dix survit avec moins de 2 dollars par jour. Les inégalités enferment des centaines de millions de personnes dans la pauvreté, fracturent nos sociétés et affaiblissent la démocratie.

Les plus fortunés accumulent les richesses à un tel rythme que le premier « super-milliardaire » du monde pourrait voir son patrimoine dépasser le millier de milliards dans 25 ans à peine. Pour mettre ce chiffre en perspective, sachez qu’il faudrait débourser un million de dollars par jour pendant 2 738 ans pour dépenser 1 000 milliards de dollars. Entre 1988 et 2011, les revenus des 10 % les plus pauvres ont augmenté de 65 dollars par an en moyenne, contre 11 800 dollars pour les 1 % les plus riches, soit 182 fois plus. Les grandes entreprises exacerbent les inégalités : pour maximiser la Urtikanrémunération de leurs actionnaires, elles éludent l’impôt, font pression sur les salaires de leur personnel et les prix payés aux producteurs à la base de leur chaîne d’approvisionnement, et réduisent les investissements dans leur propre activité.  Par ailleurs, Ce rapport met en lumière la façon dont les plus fortunés recourent à un réseau de paradis fiscaux pour éviter de payer leur part d’impôt et à une armée de gestionnaires de patrimoine pour obtenir des retours sur investissement inaccessibles à l’épargnant moyen. Contrairement aux idées reçues, nombre de ces personnes ne doivent pas leur fortune à leur propre mérite. L’analyse d’Oxfam montre que plus de la moitié des milliardaires du monde ont hérité de leur fortune ou l’ont accumulée dans des secteurs d’activité où la corruption et le copinage sont monnaie courante. Mais, qui sont ces gens ? Et bien, le cénobite a les noms:    

Bill Gates : américain, fondateur de Microsoft 75 milliards de dollars.
Amancio Ortega : espagnol, chaîne de prêt-à-porter Zara 67 milliards de dollars.
Warren Buffet : américain, de Berkshire Hathaway 60,8 milliards de dollars.
Carlos Slim Helu : mexicain, de Grupo Carso 50 milliards de dollars.
Jeff Bezos : américain, d’Amazon 45,2 milliards de dollars.
Mark Zuckerberg : américain, de Facebook 44,6 milliards de dollars.
Larry Ellison : américain, d’Oracle 43,6 milliards.
Michael Bloomberg : américain, de Bloomberg LP 40 milliards de dollars.

Et voici leur photo

FullSizeRender_54_0

 

 

 

 

 

 

Oh zut, je m’a trompé…

Allez, portez vous bien (si vous le pouvez) et à bientôt peut-être.

Si Davos m’était conté…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, , , ,

Amis de la gastronomie et de la brasse coulée réunies, bonjour ! Nous sommes le Mardi 17 janvier 2017, 28è jour de nivôse dédié au Zinc (mais pas au bar).

L’édition 2017 du Forum économique mondial s’ouvre ce mardi à Davos, dans les Alpes suisses. Cette semaine a commencé avec des propos très déstabilisants de Donald Trump exposant à deux journaux des-policiers-deployes-le-19-janvier-2016-a-davos_5499883-300x199européens son dédain de l’OTAN, de l’Union européenne et de la chancelière allemande. Le même homme sera, à la fin de la semaine, sacré 45e président des Etats-Unis. D’ici là, la première ministre britannique, Theresa May, aura expliqué, comment elle entend organiser la sortie de leur pays de l’UE. Deux jours plus tard, jeudi, elle viendra à Davos tester les réactions d’une audience internationale aux modalités de son plan, sans précédent.

Ayant compris assez tôt qu’il y aurait cette année une sorte de vacance du pouvoir à Davos, entre deux administrations américaines, les Chinois ont décidé de combler le vide massivement : non seulement le Forum accueille la plus grosse délégation chinoise de son histoire, mais celle-ci est emmenée par le président Xi Jinping lui-même.
Fossé entre patrons et grand public. C’est la première fois qu’un président chinois fait le déplacement à Davos. Loin de Xi Jinpingl’abandonner, pourtant, ces élites aujourd’hui si contestées y viennent encore plus nombreuses : quelque 3 000 participants, dont 1 200 patrons et une cinquantaine de chefs d’Etat et de gouvernement se pencheront cette semaine sur le thème du « leadership réactif et responsable ». Ce thème est d’autant plus opportun qu’une étude PWC publiée à l’ouverture du Forum révèle un fossé béant entre les perceptions qu’ont les patrons et le grand public des effets de la mondialisation : 60 % des patrons les jugent positifs, tandis que ce chiffre n’atteint que 38 % dans la population. (d’après un article du Monde)

Et voila, pendant que les grands de ce monde se goinfreront de petits fours, chez nous c’est reparti ! Tous les ans, à l’approche de l’hiver, ils nous refont le coup de la panne. Enfin, celle qui devrait immanquablement se produire vu que la Bretagne est largement déficitaire en électricité. Le lobby nucléo-électrique ne désarme pas. Ils mettent tout en œuvre pour nous refiler une de leurs foutues centrales du 1er, 2ème, ou 3ème type. Nous pensions, pauvres de nous, qu’ils brennilisavaient compris la leçon après avoir du plier bagage dans le cap-sizun (Plogoff). Que nenni ! En attendant, la centrale de Brennilis, fermée en 1985, n’en fini pas de finir et n’est toujours pas démantelée. La faute à ICEDA qui disent… le petit nom de ce qui doit être une « installation de conditionnement et d’entreposage des déchets de moyenne et longue activité ». Autrement dit : l’entreprise pouvait démanteler le réacteur, mais ne serait pas en mesure de stocker ces déchets, susceptibles de rester dangereux pendant des milliers d’années. En construction à la centrale du Bugey, dans l’Ain, Iceda doit être opérationnelle un de ces jours mais elle est pour le moins controversée. Surtout, elle s’implante sur un site qui fait déjà l’objet d’une plainte, déposée en mars par la ville et le canton de Genève (Suisse) pour « mise en danger délibérée de la vie d’autrui et pollution des eaux ». Dans le paysage des monts d’Arrée, ce cadavre est encombrant. Mais son cercueil, en construction à l’autre bout de la France, l’est, semble-t-il, tout autant.

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Le début de la fin…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, ,

Amis de la vérité historique et de la soupe au lait réunies, bonjour! Nous sommes le Jeudi 28 janvier 2016, 9è jour de pluviôse dédié au Peuplier. Chacun se souvient de cette maxime forestière: un seul hêtre vous manque et tout est peuplier… Je sais, c’est archi-nul mais bon, j’ai des circonstances atténuantes, j’ai regardé la télé hier soir; et là, il faut bien l’avouer, le niveau est de plus en plus affligeant.

Or donc, ite missa est ! Madame Taubira a fini par rendre son tablier au taulier. Trop de couleuvres, à la fin c’est indigeste… Il est vrai qu’elle assistait, impuissante, à une droitisation de la politique de son gouvernement, de plus en plus féroce. Songez-y, ce que les droites libérales n’ont pas pu, pas voulu ou pas réussi à faire sous les tutelles de Chirac et de Sarkozy, les liliputiens de la rue de Solférino sont en train de le mettre en œuvre. Le détricotage du code du travail a commencé, en avant toute, cap sur l’abrogation des 35 heures, le Affiche-Mai-68-185travail du Dimanche, la fin du contrat à durée indéterminée, le référendum dans les entreprises avec la question qui tue: « t’en veux ou t’en veux pas ?» Si t’en veux pas, je délocalise. Je me souviens de ce slogan de mai 68 « on ne travaille pas le fusil dans l’dos !» aujourd’hui le patronat et ses affidés vont vous demander de voter le pistolet sur la tempe. Acceptez vous de travailler plus pour gagner moins ? Oui patron. De bosser le Dimanche ? Oui patron. D’effectuer des heures supplémentaires au même tarif ? Oui patron. Curieusement il n’est jamais envisagé de poser les questions qui fâchent: Souhaitez vous la diminution drastique des dividendes des actionnaires ? Acceptez vous que le salaire des grands patrons soit divisé par deux, cinq, dix (rayez la mention inutile) ? Êtes vous pour ou contre les parachutes dorés et les retraites-chapeau ? Non, les puissant de ce monde ont décidé de réduire les peuples à merci: tout doit disparaître, les avantages acquis au cours de plusieurs siècles de lutte, les services publics, les grands principes, la Fraternité qui sombre sur des radeaux de fortune en Méditerranée, la Liberté qui s’accroche aux barbelés des des-policiers-deployes-le-19-janvier-2016-a-davos_5499883nouvelles frontières, l’Égalité, quand moins de 80 personnes détiennent autant de richesses que la moitié de la population mondiale… Rapport OXFAM. Et pendant ce temps là, les paysans sont sur les giratoires, les taxis sur les grands boulevards, les fonctionnaires sur le trottoir, les enseignants sur le carreau et, à Davos on se vautre dans les petits fours en planifiant l’émergence d’un ordre nouveau sur les ruines des vieilles idéologies. Tous ceux qui ont encore un peu d’éthique, de morale, d’honneur, ou simplement de tripes, devraient quitter ce radeau des médusés et entrer en résistance. Madame Taubira elle, est remplacé par Jean-Jacques Urvoas (un gars d’chez nous) qui fait le caniche depuis 2012 en attendant son maroquin.

Bon ben, voilà, quand je vous aurais dis qu’il pleut sur Brest (depuis deux mois) vous comprendrez les raisons de mon ire. Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à demain peut-être.

Davos: le pâté d’alouette…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, , ,

Amis de la phylogénétique et du pâté en croûte réunis, bonjour ! Nous sommes le samedi 25 janvier 2014, 6è jour de Pluviôse dédié au laurier-tin et non au laurier-thym comme on le rencontre parfois orthographié. On le nomme aussi, Viorne-tin voire lauretin… Du 22 au 25 janvier, les grands de ce monde se retrouvent à Davos, petite station de sports imagesd’hiver du canton des Grisons en Suisse, pour la traditionnelle réunion annuelle du Forum économique mondial. Les semaines précédant le sommet, lobbys et ONG ont coutume de mettre en lumière quelques-uns des problèmes les plus urgents de la planète à grands coups de rapports et de mises en perspectives déroutantes.

L‘année dernière il était de bon ton que les merdias reprennent en coeur une pseudo dépêche d’agence:  » le revenu annuel des 100 personnes les plus riches pourrait permettre d’éradiquer quatre fois la pauvreté. » Cette année l’ONG Oxfam vient de images-15publier un autre chiffre qui devrait lui aussi vous laisser coi. D’après un rapport sorti le 20 janvier dernier, la richesse combinée des 85 personnes les plus riches du monde est égale à celle de la moitié la moins riche de l’humanité. « Sans une véritable action pour réduire ces inégalités, les privilèges et les désavantages se transmettront de génération en génération, comme sous l’ancien régime. Nous vivrons alors dans un monde où l’égalité des chances ne sera plus qu’un mirage » conclut l’Oxfam. Non mais sans déc…

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Dans son rapport, la confédération d’ONG britannique cite l’Index des Milliardaires de Bloomberg dont la dernière version estime à 240 images11milliards de dollars, le revenu net des 100 personnes les plus riches du monde en 2012. Voici la façon dont SINE en parle dans sa mini zone: «  Le gotha international des enculés de la finance se réunit pour trois jours, à Davos, célèbre station d’enculés, en Suisse. Y participeront, environ 2500 enculés de participants, dont 15OO gros enculés de patrons et 40 enculés de chefs d’État. Le ticket d’entrée est de 16 000 euros, hors frais d’hébergement et de transport, plus une cotisation annuelle de 35 000 euros par enculé. Sachez que les 85 plus enculés de cette planète d’enculés, possèdent autant que les 3 500 000 000 (trois milliards et demi) de pauvres. Quelle bande d’enculés ! Banzaï !  » Allez, on peut quand même en rigoler… Portez vous bien et à demain peut-être.

 

 

VOUS R’PRENDREZ BIEN UN PEU DE DEMOCRATIE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis de la complotitude et du lait ribot réunis, bonjour !

Nous sommes le 23 novembre, 3è jour de brumaire dédié à la chicorée. J’ai encore en souvenir celle que l’on incorporait obligatoirement au café après l’avoir moulu dans ce merveilleux petit ustensile aujourd’hui disparu…

Vous le savez, pour suivre ce blog depuis un moment, je ne suis pas adepte de la théorie du complot et je place encore quelques illusions dans la souveraineté des peuples et leur droit à disposer d’eux mêmes. Pourtant, madame Michu, je m’interroge…

Connaissez vous la TRILATERALE ?

Cette organisation regroupe entre 300 et 400 personnalités parmi les plus distinguées et influentes de l’Europe occidentale, de l’Amérique du Nord et de l’Asie Pacifique, clés du monde, pôles de la Triade. À l’instar du groupe Bilderberg, il s’agit d’un groupe partisan de la doctrine mondialiste !

Dans sa brochure « Présentation de la Trilatérale par la Trilatérale » émise en 1977, la Commission se définit elle-même comme « une organisation orientée vers la prise de décision » entre les « démocraties industrielles », définies comme « une communauté ayant son identité propre et constituant un enjeu vital ». Le document précise que le système de l’après-guerre était dépassé (« une puissance était prédominante tandis que les autres lui étaient étroitement associées »), et qu’il était nécessaire de « promouvoir un ordre international plus équitable », en mettant en place un « travail en commun entre les régions trilatérales, la Commission devant générer le contexte favorable à la concrétisation de cet effort. »

David Rockefeller s’adressant à la Commission Trilatérale en 1991 :

« Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, au magazine Time, et aux autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion depuis presque quarante ans. Il aurait été pour nous impossible de développer notre projet pour le monde si nous avions été exposés aux lumières de la publicité durant ces années. Mais le monde est aujourd’hui plus sophistiqué et préparé à l’entrée dans un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l’autodétermination nationale des siècles passés ». Ca vaut son pesant de cacahuètes, non !

 

Cette commission accueille du beau linge de droite comme de gôche :

On y rencontre entre autres : Alexandre Adler, Edmond Alphandéry, Jacques Andreani, Jean-Louis Bourlanges, membre de la cour des comptes, Jean-Louis Bruguière, Elisabeth Guigou, membre du gouvernement socialiste de Jospin, Anne Lauvergeon, ancien patron d’AREVA, Lucas Papademos (tiens, tiens), Mario Monti (re tiens tiens)…

En france, Il y a « le Siècle » où tout ce qui compte en matière de politique, de médias et de grandes entreprises se retrouve une fois par mois.  Ainsi, depuis 1944, « Le Siècle » réunit l’ensemble de la classe dirigeante française. Ce « club » a pour but de réunir, chaque dernier mercredi du mois, des personnalités du monde des affaires et dirigeants d’entreprises, des journalistes, des personnalités politique, des hauts-fonctionnaires, des universitaires, des artistes, des syndicalistes. Tout cela dans les locaux de l’hotel Crillon, excusez du peu… Actuellement, le « diner du Siècle » est présidé par…Nicole NOTAT ! S’y retrouvent régulièrement les éditocrates qui occupent à longueur d’antenne les plateaux de télé pour vous dire « ce qu’il convient de penser » : Elie Cohen, Alain Dumahel, Dominique reynié, François Heisbourg, tous de grands habitués des plateaux notamment ceux de Yves Calvi.

Bref, Bilderberg, trilatérale, Davos, le Siècle, autant de cénacles qui réunissent une soi-disant élite dont les membres n’ont en commun que de représenter leurs propres intérêts.

Les mauvais esprits ne sont pas loin de penser qu’aujourd’hui, c’est là que se décide leur avenir, loin des représentations nationales, des élus, bref, de cette idée généreuse que nos anciens appelaient démocratie…

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

C’EST DU BRUTAL…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis de la numérologie et de la crêpe dentelle réunies, bonjour !

Nous sommes le 24 octobre, troisième jour de brumaire dédié à la poire, et vous lisez le 777è billet des « cénobites tranquilles ».

Dans la Bible, Josué conduisit son armée autour de l’enceinte de la ville pendant sept jours et il était accompagné par sept prêtres, portant sept trompettes. Le septième jour, il a encerclé Jéricho à sept reprises et a crié, puis les murailles tombèrent.

Je crains, hélas, qu’il faille plus de 777 manifs pour faire tomber les murailles de la finance internationale et mettre à mal ce Moloch des temps modernes. Au lendemain de la première guerre punique, dans laquelle s’étaient affrontés Carthage et Rome, les mercenaires engagés par Carthage, lassés d’attendre une solde cent fois promise et jamais payée, firent le siège de Carthage. Les mercenaires, emmenés par Mâtho, crevèrent les tuyaux de l’aqueduc qui ravitaillait la cité en eau potable. Plutôt que de payer enfin ses dettes, le Conseil des Anciens décida alors de réitérer le Moloch. Chaque famille de Carthage, et non plus seulement les nobles, dut livrer un enfant pour le sacrifice. La foule commença à défiler, jetant au feu, à travers l’énorme bouche incandescente, bijoux et richesses. Des membres du clergé, les Dévoués, s’appliquèrent mille supplices, se perçant la poitrine de pointes de fer, , se fendant les joues, sa lacérant tout le corps. Puis l’on poussa le premier enfant. Un prêtre étendit sa main sur lui, et le chargea de tous les péchés du peuple pour satisfaire la colère de Baal.

Aujourd’hui, le dieu féroce de la spéculation réclame aux peuples de nouveaux sacrifices. Et je cède la plume à Eva du blog : http://r-sistons.over-blog.com/ la « crise est là, politique, économique, financière, sanitaire, environnementale, morale, sociale… Quelle crise, exactement ? Celle du Système Capitaliste, devenu financier et spéculatif, destructeur de souverainetés,  de sociétés, de liens, d’individus, d’emplois, de protections sociales… au bénéfice d’une caste militaro-financière prédatrice, impérialiste, va-t-en guerre, baptisée abusivement « l’élite », et composée de psychopathes arrogants, cupides, sans scrupules, eux-mêmes relayés par des gouvernements et des médias aux ordres, serviles. Et la crise peut déboucher, comme en 1929, sur un chaos général et sur une guerre…. Au final, ce sont les peuples, les citoyens, qui sont sacrifiés. Constamment manipulés, notamment par la propagande pro-libéralisme et pro-guerre déversée dans les médias, ils ne réagissent pas et subissent de plein fouet le contre-coup de politiques totalement contraires à leurs intérêts, supprimant toujours plus leurs ultimes protections, en particulier sociales, et les livrant pieds et poings liés au Grand Capital qui se servira d’eux pour s’enrichir toujours plus quel que soit le coût social, humain, environnemental… Seule une riposte de masse, concertée, pourra venir à bout de ces politiques malfaisantes, tendant toujours plus à asservir les individus à l’Argent, au Grand Patronat, aux Gouvernements, quand ils ne sont pas purement et simplement considérés comme des esclaves, des cobayes ou de la chair à canons, au seul bénéfice des multinationales de mort. »

Bon allez, comme disent les tontons flinguers, c’est du brutal, c’est copieux mais ce qui se conçoit bien, s’énonce clairement. Portez vous bien et à demain peut-être