Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “coucou de Rennes”

Page 1 de 1

JOLI COUCOU…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Amis de la nouvelle Atlantide et du camembert au lait cru réunis, bonjour !

Le 22 novembre étant le jour de frimaire dédié au navet, restons dans les produits de bouche.

A l’heure où j’écris ces quelques lignes, je suis encore sous le charme du repas d’hier soir au « Ruffé », rue Yves Collet à Brest-même. A défaut de s’empiffrer de charcutailles pour accompagner un Beaujolais dégoulinant d’arômes synthétiques de banane, ma tendre amie et moi avons opté pour une vraie cuisine autour de vrais produits.
Histoire de vous faire saliver quelque peu, je vous narre la soirée. D’abord un millefeuilles de truite Fario, beurre blanc aux algues et oeufs de truites fumés, suivi d’un suprême de « coucou » de Rennes (en direct de chez Paul Renaud, éleveur à Louvigné de bais) farci au foie gras et enfin, blinis au miel de Ouessant et fruits de saison flambés au lambig du manoir de kinkiz. A gauche, le coucou rennais.

Tous ces produits appartiennent au patrimoine breton et Thierry Beauvy ne se lasse pas de vous en conter l’histoire. Les fraises de pleine terre arrivent de chez nos voisins de Plougastel, le miel est celui des abeilles noires de l’île d’Ouessant, le « coucou » est cette race de poules sauvée de l’extinction par le conservatoire et qui n’existe que dans le pays rennais. Même le pain est fabriqué à partir d’un blé dont il ne subsiste qu’une parcelle du côté de Daoulas et qui répond au joli nom de « le barbu du Finistère« . Enfin, un vin rouge rarissime, issu du cépage César, apporté par les légions romaines et dont il reste quelques hectares cultivés dans l’Auxerrois. Vous remarquerez que je n’ai encore usé ni abusé d’aucun adjectif du genre, bon, sublime, savoureux, succulent, mais j’aurais pu…

Inutile de vous dire que pour les papilles il s’agit d’une promenade de santé des plus revigorantes. Si par bonheur vos pas vous conduisent dans la cité du Ponant, n’hésitez pas une seconde.


Et bien entendu, l’illustration sonore ne pouvait être que celle là: « Joli coucou » interprètée par les frères Morvan accompagnés par « Red Cardell ».

C‘est le moment choisit par l’alimentation de mon PC pour faire des siennes. Résultat, je vais être dans l’obligation d’écourter ce billet; à peine le temps de vous remercier pour votre visite et de vous dire, portez vous bien et à demain peut-être.