Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Coltrane”

Page 1 de 1

AND NOW, DIZZY GILLESPIE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

Amis de la pédale wah-wah et du lapin au cidre réunis, bonjour !

Nous
sommes le 6 janvier de l’an 2011 après J.C. Et c’est normalement
l’Epiphanie, les Orthodoxes disent Théophanie. Du grec épiphanéia:
«apparition» – de épiphainéin: «paraître ou briller sur». La
Solennité de l’Épiphanie célèbre la manifestation de Jésus comme
Messie, mais si.

Tiens
c’est le jour anniversaire de la disparition du grand Dizzy, le voici
en 1952 en compagnie de Charlie Parker, le morceau s’appelle
Hot
house
.
Dans l’almanach Vermot on disait « hot house en emporte le vent »
bien sûr.


John
Birks « Dizzy » Gillespie
, né à Cheraw en Caroline du Sud le
21 octobre 1917, mort le 6 janvier 1993, était
un trompettiste, compositeur et chef d’orchestre de Jazz. Avec
Miles Davis et Louis Armstrong, il est l’un des trois plus importants
trompettistes de l’histoire du jazz (c’est mon avis et je le
partage), ayant participé à la création du style Bebop et
contribué à introduire les rythmes latino-américains dans le jazz.
Dizzy Gillespie se distinguait en particulier par sa trompette au
pavillon incliné vers le haut, il bouchait sa trompette d’un
bouchon. Ses joues gonflées à bloc comme celles d’un crapaud, ainsi
que sa joie de vivre et son humour ravageur sont pour beaucoup dans
sa popularité auprès du public. En tant que musicien, il avait une
technique époustouflante et une vitesse de jeu impressionnante.

Après avoir joué avec Cab Calloway il fonde son propre groupe dans
lequel on retrouve, excusez du peu, John Coltrane et Thelonious Monk.
Personnellement je suis un fan de ses duos avec Charlie Parker.
N’oublions pas que ce monsieur a donné des cours de trompette
à…Miles Davis ! Gillespie se déclare candidat à l’élection
présidentielle aux États-Unis de 1964. Il promet que, s’il était
élu, la Maison Blanche serait renommée « The Blues House »,
que Ray Charles serait nommé président de la Bibliothèque du
Congrès, Miles Davis directeur de la CIA, et Malcolm X Attorney
General… Etonnant, non ?

Voilà, je ne suis pas certain d’avoir réussi à intégrer la vidéo, petit problème technique.Pour le moment je dois me préoccuper de la galette, histoire de respecter la tradition comme disait Boris Vian. Je vous souhaite plein de bonnes choses, portez vous bien et à demain peut-être.

QUAND LE JAZZ EST LA…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis des grands espaces et du bigorneau réunis, bonjour !

Nous sommes le 11 décembre c’est à dire le 21è jour de frimaire habituellement dédié à l’érable à sucre, tabernacle…


Du coup, voici un aperçu qui n’a strictement rien à voir avec ce qui précède puisqu’il s’agit d’une démonstration de l’art du piano-jazz due à McCoy Tyner. Cela s’appelle Giant Steps, un morceau que l’on doit à Coltrane. Si je vous en parle c’est parce que il est né un 11 décembre à Philadelphie. Fils d’une pianiste, McCoy Tyner étudie successivement à la « West
Philadelphia Music School » et la « Granoff School of Music ». Voisin des
pianistes Richie et Bud Powell, il peut profiter de leurs conseils sur la manière d’aborder le « piano jazz ».
McCoy Tyner a joué dans la formation de John Coltrane au début des années soixante et on les retrouve dans de nombreux enregistrements. À partir de 1966, Tyner, enregistre essentiellement sous son nom. De 1966 à 1971, même s’il continuer à enregistrer pour « Blue Note », il connaît une période difficile. Il joue dans des orchestres de Rhythm and Blues .
À partir de 1972, il signe avec le label « Milestone », pour lequel il enregistre abondamment avec ses propres formations. Ces disques, en particulier « Sahara » (1973), relancent la carrière du pianiste. En 78, il va faire une tournée remarquée avec notamment Sonny Rollins.

Or donc, vous êtes bien calé dans votre fauteuil, à l’abri des vicissitudes climatiques, le lecteur de CD est chargé jusqu’à la gueule, le Bourbon du Kentucky est à portée de main…Vous pouvez éteindre votre ordinateur et vous laissez porter par cette éternelle magie du jazz.

Et puis tiens, ce n’est pas l’habitude de la maison, mais on va dédier ce billet tout particulièrement à l’ami Tristan qui se reconnaîtra dans son lit d’infortune, attendant que l’académie de médecine veuille bien le délivrer.
Allez, il vous reste 20 jours pour préparer le réveillon,en attendant, portez vous bien et à demain peut-être.