Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “colonies”

Page 1 de 1

Palestinien, peau de chagrin…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, ,

Amis du spiritisme et du tarot de Marseille réunis, bonjour ! Oui, nous sommes le Vendredi 31 Mars 2017 mais, je n’y suis pour riepervenchen. Ce onzième jour de Germinal était dédié à la pervenche. Alors qu’en Bretagne armoricaine on célèbre (ou pas) les Gwion qui, dans la légende de Taliesin, est le fils de Ceridwen, déesse de l’inspiration. C’est aussi le pseudonyme d’un poète du VIe siècle qui vécut à la cour d’Urien, roi du minuscule royaume du Rheged (nord-ouest de l’Angleterre) il aurait laissé son nom à la commune de Plouvien (29), non loin de mon ermitage..

Alors que dans le calendrier des postes c’est la saint Benjamin et, pour marquer l’évènement, une nouvelle implantation juive en Cisjordanie, inédite depuis 1999, a été approuvée jeudi par le cabinet de sécurité du gouvernement israélien dirigé par Benjamin Netanyahou. Cela n’était pas arrivé depuis près de 25 ans : Israël a approuvé jeudi 30 mars la coloniescréation d’une nouvelle implantation juive en Cisjordanie. Une fois construite, la nouvelle colonie sera la première installée en Cisjordanie depuis 1999; les autres étaient des extensions ou des implantations illégales. L’exécutif précise dans un communiqué que le secteur d’Emek Shilo a été retenu pour la construction. Dans la journée, le Premier ministre, Benjamin Netanyahou, avait annoncé que son gouvernement allait concrétiser son engagement pris pour reloger les colons d’Amona, évacués du site jugé illégal par la Cour suprême israélienne car se trouvant sur des terrains privés palestiniens. « J’ai promis d’établir une nouvelle implantation. Nous tiendrons cette promesse aujourd’hui », avait-il déclaré devant la presse.

Faut-il le rappeler, ces implantations en terre palestinienne sont jugées illégales par la plupart des membres de la communauté internationale. Je rappelle qu’en décembre 2016, le Conseil de sécurité de l’Onu a voté une résolution exhortant Israël à « cesser immédiatement et complètement toute activité de colonisation en territoire palestinien occupé, dont Jérusalem-Est ». C’est une première depuis vingt ans, qui571017_carte-colonisation-territoires-occupes-cisjordanie tombe le jour ou les Arabes israéliens célèbrent la journée de la Terre, qui commémore la répression meurtrière par Israël d’une manifestation contre la saisie de terres en 1976. Les constructions effectuées dans les sites existants ont porté à 400 000 le nombre d’Israéliens vivant en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël lors de la guerre des Six-Jours en 1967 et peuplé de 2,8 millions de Palestiniens. En outre, 200 000 Israéliens se sont installés à Jérusalem-Est. Autant dire que la solution «à deux Etats» n’est pas près de voir le jour…

Bon, je ne vais pas tarder à me faire taxer d’antisémite, allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Les « joyeuses » colonies …

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, , ,

Amis du temps des cerises et du clafoutis réunis, bonjour ! Nous clémentsommes le Jeudi 07 juillet 2016 et certains vous ferons croire que nous sommes le 19 de messidor, journée consacrée à la cerise. Ah, le temps des cerises !        

Quand nous chanterons le temps des cerises,
Et gai rossignol, et merle moqueur
Seront tous en fête !
Les belles auront la folie en tête
Et les amoureux du soleil au cœœur !
Quand nous chanterons le temps des cerises
Sifflera bien mieux le merle moqueur !

Jeanbaptiste Clément

Pendant la trêve, les travaux continuent… Israel vient (à nouveau) d’approuver 560 nouveaux logements dans une colonie de Cisjordanie. Ces constructions doivent voir le jour dans la colonie de Maale adumim à l’Est de Jérusalem créée en 1975 et qui compte déjà 37 000 habitants. Bref, la colonisation continue et s’intensifie. Par colonisation, on entend la construction d’habitations civiles dans les territoires occupés ou annexés par Israël depuis 1967. C’est l’une des principales pierres logements-300x130d’achoppement dans les négociations de paix israélo-palestiniennes, au point mort depuis 2014. Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a rappelé que « les colonies étaient illégales au regard du droit international et étaient un obstacle à la paix ». Ces décisions « sont contraires à l’intention affichée par le gouvernement israélien de rechercher une solution à deux États », a-t-il ajouté, en exhortant Israël « à revenir sur sa décision dans l’intérêt de la paix et d’une solution juste » au conflit israélo-palestinien. Même ton à l’Union européenne où l’on constate que ces mesures « mettent en question l’engagement du gouvernement de négocier une solution à deux États dans le processus de paix au Moyen-Orient ». Le partisan de la colonisation, Naftali Bennett, ancien leader des colons de Cisjordanie, Maale Adumims’est félicité de l’annonce des nouveaux logements dans les colonies. « Cette décision est une réponse sioniste. C’est de cette manière que nous allons construire notre pays », a-t-il déclaré dans un communiqué. Selon des médias, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son ministre de la Défense Avigdor Lieberman ont également donné leur accord à un projet de 240 nouvelles habitations dans les colonies de Jérusalem-Est, ainsi que pour 600 unités de logements pour les Palestiniens à Beit Safafa, un quartier arabe de la ville. Comme d’habitude la communauté internationale joue les indignée mais surtout, on ne touche à rien. La France elle, se complait dans son rôle de vierge effarouchée et condamne cette décision estimant « qu’aucun développement sur le terrain ne saurait justifier ce type de mesures.» Ah qu’en termes diplomatiques ces choses là sont dites…

Allez, passez un bel été, portez vous bien et à demain peut-être.

La peau de chagrin…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

,

Amis de la mistoufle et des restos du cœur réunis, bonjour !

Nous sommes le vendredi 28 décembre 2012, 8è jour de nivôse que les républicains avaient dédié au fumier, allez savoir pourquoi justement le jour de la « saints innocents »… Peut-être justement parce que Nobody’s innocent !

Pendant les fêtes, les travaux continuent.

A bien des égards, Bethléhem est devenue la ville emblématique palestinienne sous occupation : sa population est confrontée à des violences quotidiennes, sa géographie historique et son paysage sont abîmés par l’expansion des colonies illégales, le mur israélien de séparation enfonce profondément ses méandres dans son cœur et la coupe de ses liens ancestraux, politiques, sociaux, économiques et religieux avec Jérusalem et le reste de la Cisjordanie, et ses perspectives économiques sont de plus en plus sombres, année après année.

Pour les Palestiniens qui vivent à Bethléhem et dans ses environs, chaque Noël devient moins une raison de se réjouir qu’une raison de réfléchir sur l’immense tragédie qui s’est abattue sur la ville sainte où vit l’une des plus anciennes communautés chrétiennes de la Terre. l’occupation israélienne a radicalement limité la liberté de culte des Palestiniens et leur accès aux églises en Terre sainte. Depuis que le mur d’Israël est terminé dans la partie Nord de la cité, Bethléhem et Jérusalem sont désormais complètement coupées l’une de l’autre.

Ni le gouvernorat de Bethléhem ni la cité n’ont échappé aux conséquences dévastatrices de l’occupation et de la colonisation implacables de la terre palestinienne par Israël. Créant « des réalités sur le terrain » qui rendent une solution à deux Etats
improbable pour ne pas dire impossible, Israël continue de mettre en œuvre une série de politiques qui combinent les éléments de l’occupation, de la colonisation et de l’apartheid pour, délibérément, étouffer et morceler Bethléhem et ses environs( La carte ci-contre montre bien comment le rêve palestinien se réduit comme la peau de chagrin de Balzac). Ceci comprend notamment la confiscation continue de la terre palestinienne pour la construction des colonies et du Mur israéliens en violation du droit international, de même que l’application forcée de restrictions physiques et administratives à la liberté de mouvements pour les Palestiniens, tant par un réseau toujours plus important de check-points et de barrages routiers que par un régime d’autorisations extrêmement sévère qui limite les lieux où les Palestiniens peuvent vivre, circuler et travailler.

Vous qui me suivez depuis un moment, vous savez que je n’ai avec toutes ces religions et leurs églises respectives, aucune sorte d’affinités. Mais ce qui se passe à deux heures d’avion de chez nous, sous le regard complice et le silence assourdissant de la communauté internationale me révolte profondément. Celle-là même qui se mobilise et se dit prête à utiliser la force pour « débarrasser le Nord Mali de ses islamistes », détourne ostensiblement les yeux dès qu’il s’agit d’Israël.

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

Les temps sont difficiles…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, , ,

Amis de la concorde universelle et du thé à la menthe réunis, bonjour !

Nous sommes le mardi 04 décembre 2012, 14è jour de Frimaire (qui porte bien son nom) dédié au sapin. Je ne manquerai pas de vous transmettre ma liste de cadeaux car, ce blog n’étant aucunement sponsorisé, les temps sont difficiles.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

C‘est pas récent (1962) mais j’aime toujours autant. Dans l’actualité, les raisons de se réjouir ne sont pas légion. Sauf peut-être la reconnaissance de la Palestine par le machin Onusien. Il aura fallu plus de soixante ans quand même… Soixante ans pour un strapontin. Du coup, les voisins se sont fâchés tout rouge et ont décidé d’en remettre une couche de leur politique de colonisation. En effet, Israël a annoncé vendredi son intention de construire 3.000 logements supplémentaires à Jérusalem-Est et en Cisjordanie, notamment dans la zone dite E1, particulièrement controversée.

Située entre Jérusalem et la colonie de Maalé Adoumim, où Israël s’était engagé auprès des Etats-Unis à ne pas bâtir, cette zone, si elle est construite, rattacherait Maalé Adoumim aux quartiers de colonisation de Jérusalem Est, compromettant la viabilité d’un futur Etat palestinien. Autant dire que pour celui-ci, ça sent déjà le sapin. Cette décision a suscité des critiques internationales, y compris de Washington (si,si), soutien sans faille d’Israël, qui a estimé qu’elle faisait « reculer la cause de la paix » avec les Palestiniens. La « convocation » de l’ambassadeur israélien Yossi Gal visait à lui exprimer « la très vive préoccupation de la France », a dit pour sa part le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Philippe Lalliot. En termes diplomatiques on pourrait traduire par: continuez mais allez-y mollo; sinon notre « vive préoccupation » pourrait se transformer en « profond mécontentement ».

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.