Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Cicéron”

Page 1 de 1

O tempora, o mores…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Amis de l’humour noir et du lieu jaune réunis, bonjour ! Et bien voilà, ça n’a pas manqué, nous sommes le mardi 19 août 2014. Dois-je préciser que c’est le deuxième jour de fructidor et que c’est le jour du millet… Pas une raison pour donner arsenall’angélus (humour). Bien évidemment il se trouvera toujours un adepte de la pataphysique pour vous affirmer qu’en réalité le 19 Août 2014 correspond au Lundi 9 Phalle 14 – St Godemiché, économ – fête suprême quarte – dans leur propre calendrier. Et puisque nous en sommes à l’éphéméride, j’ajoute, histoire de finir de vous surprendre, qu’il pleut sur Brest. Tiens, allez savoir pourquoi, il me revient cette blague typiquement brestoise. Deux commères discutent de leur nouvelle voisine:
-Et le mari, qu’est-qu’il fait ?
-Lui il est à l’arsenal.
-Et la femme alors ?
-Elle travaille pas non plus…

Ben, c’est vrai quoi, nous disent nos dirigeants droits dans leurs bottes: faudrait voir à bosser un peu plus, faut réduire la dette, faut converger vers les 3%. Donnez nous du temps, nous, on maintient le cap… Et, pour ceux qui s’imaginent que pacte stabilitéla politique de rigueur est une invention de nos dirigeants actuels, circule sur le Net une citation digne d’intérêt que chacun reprend allègrement de site en site de blog en blog:
« Les finances publiques doivent être saines, le budget doit être équilibré, la dette publique doit être réduite, l’arrogance de l’administration doit être combattue et contrôlée, et l’aide aux pays étrangers doit être diminuée de peur que Rome ne tombe en faillite. La population doit encore apprendre à travailler au lieu de vivre de l’aide publique. » et on rajoute:(Cicéron – 55 avant Jésus Christ).»

Seulement voilà, après moultes recherches, je n’ai trouvé aucune trace de cette citation chez notre ami Marcus Tullius Cicero à qui l’on doit le fameux: O tempora, o mores., et pour cause: En fait, la version originale, n’est pas en latin, mais en anglais et le bon Cicéron a pillar of ironn’y est pour rien. 
« The national budget must be balanced. The public debt must be reduced ; the arrogance of the authorities must be moderated and controlled. Payments to foreign governments must be reduced, if the nation doesn’t want to go bankrupt. People must again learn to work, instead of living on public assistance. » C’ est extrait d’un ouvrage paru en 1965 (je précise, après Jésus-Christ): A pillar of iron (une colonne de fer)  l’auteure est une Américaine: Taylor Caldwell. Ce livre est un roman dont l’action se déroule dans la Rome antique, et Cicéron, revu et corrigé, à la sauce « made in USA », a les mêmes idées que les libéraux pur jus. Cette citation est très répandue aux États-Unis, et sur la toile, mais peut-être que les américains pensent que Cicéron est un homme politique américain ? Hé oui, O tempora, o mores ! Quelle époque, quelles mœurs ! Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

VOUS R’PRENDREZ BIEN UN PEU DE RIGUEUR…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , , ,

 

Amis de la rigueur et de l’austérité réunies, bonjour !

Oui, nous sommes bien le 26 août, 9è jour de fructidor dédié à la réglisse. Hier notre premier sinistre a tenté de nous dorer la pilule et de nous faire accroire que, nom d’un petit bonhomme, on allait bien voir que son altesse Nicolas 1er était capable de faire payer les riches. La preuve, sur les 11 milliards qu’il conviendrait d’économiser, 300 millions seront ponctionnés (exceptionnellement) sur les très hauts revenus…

Soit ! Onze milliards, madame Michu, cela équivaut à 11 000 millions et, donc, les hauts revenus vont en payer 300:11 000 x 100 = 2,72% de l’addition. C’est-y pas une juste répartition de l’effort ça ? Vous me direz, ils sont moins nombreux que les pauvres. Et les très pauvres eux, ne payent pas d’impôts directs. Résultat, il ne va pas faire bon appartenir aux classes moyennes dans les temps qui viennent…

Le Fillon avec sa tête de premier de la classe il m’a fait penser à une citation de Cicéron à propos de Démosthène: Son style sent un beuveur d’eau, un grand travail, et ensemble une aigreur et austérité de nature… En réalité, il est là pour éviter à l’autre d’avoir à annoncer les mauvaises nouvelles. Ils sont en train de nous faire le numéro des deux flics au commissariat: le vachard et le pote qui veut arranger le coup.

Mais revenons à nos pauvres qui, comme chacun le sait, sont accros à la gitane maïs et à la Kronembourg et abreuvent leurs enfants (nombreux) avec des sodas enrichis au sucre. Il vont devoir cracher au bassinet au motif que nos dirigeants s’inquiètent de leur santé et de l’augmentation dangereuse de leur tour de taille. A l’heure de se serrer la ceinture, avouez que cela ferait désordre. Fort heureusement il leur restera les heures supplémentaires défiscalisées, sauf pour les entreprises, et comme c’est le patron qui choisit…Devinez qui gagne la montre en bois avec la ficelle du même métal.

Chez moi, l’austérité c’est comme les nouilles sans sel, la galette sans saucisse, Jim sans Jules, Castor sans Pollux, ça ne passe pas. Je me rallie volontiers à cette phrase de Bossuet: les vues de faire des autérités me sont devenues suspectes. Il est vrai qu’on le surnommait l’aigle de Meaux ce qui doit faire plaisir à son maire J.F. Copé qui attend 2017 en rongeant son frein.

Bref, Sarkozy est en train d’enterrer le sarkozysme au nom de la rigueur et de la gestion en « bon père de famille » ce qui pourrait être considéré comme une bonne nouvelle, quoique…Je crains fort que le remède soit pire que le mal.

Allez, gardez le sourire, portez vous bien et à demain peut-être.

SUR LE PONT D’AVIGNON…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis de l’humour noir et du lieu jaune réunis, bonjour !

Et bien voila, ça n’a pas manqué, nous sommes jeudi. Le 19 août. Dois-je préciser que c’est le deuxième jour de fructidor et que c’est le jour du millet…Pas une raison pour donner l’angélus (humour).
Pour les ceusses qui ont déjà un âge certain, le jeudi est plein de bons souvenirs car c’était le jour sans école. C’était aussi, en cette Bretagne très catholique, le jour du cathé !
Tiens, allez savoir pourquoi, il me revient cette blague typiquement brestoise.
-Et le mari, qu’est-qu’il fait ?
-Lui il est à l’arsenal.
-Et la femme alors ?
-Elle travaille pas non plus…

Mon fiston va encore trouver à dire que je fais dans l’almanach Vermot mais bon, c’est les vacances. Et pour ne rien vous cacher, je prépare ce billet un peu à l’avance car, dans mes pérégrinations je ne suis pas sûr de pouvoir assurer cette tâche quotidienne. Or, l’engagement est pris d’être présent chaque jour que fait le bon diable. Dans un mois nous aurons bouclé ensemble cette première année des « cénobites tranquilles » et la question se posera de continuer ou pas à ce rythme.

Tout à fait autre chose.
Pour ceux qui s’imagine que la politique de rigueur est une invention de nos dirigeants actuels, voici une petite citation digne d’intérêt.


Les
finances publiques doivent être saines, le budget doit être
équilibré, la dette publique doit être réduite, l’arrogance de
l’administration doit être combattue et contrôlée, et l’aide
aux pays étrangers doit être diminuée de peur que Rome ne tombe en
faillite. La population doit encore apprendre à travailler au lieu
de vivre de l’aide publique.
 (Cicéron - 55 avant Jésus Christ)
Amusant, non !

Si tout se passe bien, à l’heure où vous lirez ce billet, sauf si vous êtes vraiment matinal, je devrais déambuler dans les ruelles d’Avignon à la recherche d’un Casanis bien frais. Mais soyez sûr que mes pensées vont vers vous malheureux travailleurs qui avez repris le collier avec enthousiasme pour financer ma retraite. Cela vous sera rendu au centuple (bon, là je crois que je m’avance un peu).

En attendant portez vous bien et à demain peut-être.