Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “chansons réalistes”

Page 1 de 1

A propos d’Aristide Bruant…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , , , ,

 Amis des séries télé et des salades bio réunies, bonjour ! Nous sommes le mardi 6 mai64347178_p 2014, autrefois désigné comme 17 de floréal et c’est le jour de la pimprenelle. Très jolie fleur qui ne se dissimule pas dans une peau de vache et qui, outre son aspect décoratif se déguste en salade. Avec des navets et du fromage de brebis, on me dit que c’est un délice; surtout si vous l’accompagnez d’un petit rosé bien frais. Il y a quelques années j’avais piqué la recette à ma consœur « La pecnaude » dans l’excellentissime blog qui s’appelait « Ruminances » et que beaucoup d’entre vous ont connu pour ne pas dire animé.

Tout à fait autre chose

A propos d’un qui est né un 06 mai en 1851 (billet corrigé après intervention vigilante de Rem*). Inventeur de la chanson réaliste, il est l’inspirateur de Damia, Fréhel, Piaf, François Béranger, Renaud et des Garçons Bouchers. Aussi bien homme de théâtre que chansonnier, il a connu le  succès en prenant ses spectateurs à rebrousse-poil, et même en les injuriant, pour le compte. Trônant dans son Aristide_Bruant_foto cabaret montmartois, il a fait frissonner le bourgeois, en composant des titres apparemment légers, qui marquaient en fait le retour à la tradition argotique de François Villon. Première star de la chanson engagée et interprète exceptionnel, Bruant est issu d’une famille bourgeoise du Loiret qui a connu beaucoup de revers de fortune. Né à Courtenay, il y apprit le latin par les soins du curé. Envoyé  au lycée de Sens, dès onze ans, il collectionne les premiers prix de grec, de latin, d’histoire et de musique vocale. Et en 1862, il compose sa première chanson. À la fin de l’année 1867, il travaille pour faire vivre toute sa famille, avant de devenir  apprenti, puis ouvrier-bijoutier. Il suit ses parents à travers Paris et la banlieue, fréquentant les restaurants pour pauvres, les cafés d’ouvriers, côtoyant les malheureux, les révoltés, les filles et les mauvais garçons.

Pendant la Guerre de 1870, il est engagé comme franc-tireur, dans la compagnie des « gars de Courtenay », puis il travaille à la Compagnie des chemins de fer du Nord. Durant quatre ans, il se passionne pour le langage des cheminots, se met à Bruantrechercher les origines de l’argot jusqu’à François Villon et aux coquillards et travaille sur les dictionnaires d’argot des bibliothèques municipales. Il compose des romances tendres qu’il chante dans les guinguettes avec succès et se fait engager au Robinson. Là, il se compose un costume de vedette : veston long, pantalon à patte d’éléphant, gilet clairet et chapeau haut-de-forme. Dès sa démobilisation, il franchit rapidement les étapes : des tréteaux Concert de l’Époque, il passe ensuite à la Scala et à l’Horloge. C’est de cette époque que datent les premiers chefs-d’oeuvre sur les quartiers de Paris qui sont repris par les stars de l’époque, comme Paulus et Jules Jouy qui le fait entrer au Chat Noir, dont il compose illico la ballade.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

 
Ce cabaret artistique se situait dans un ancien bureau de poste 84, boulevard Rochechouart. Bruant y a adopté la tenue de garde-chasse, vareuse de velours côtelé noir avec culotte assortie, enfoncée dans de grosse bottes noires, chemise et cache-nez écarlates, en guise de manteau une immense cape noire et, comme couvre-chef, le feutre noir à large bords que son ami Toulouse-Lautrec a souvent croqué. Un nouveau Bruant est né qui va dire deux mots à la foule des fils-à-papa, des fainéants, des incapables ! Reprenant l’endroit, il le rebaptise le Mirliton et comme le soir de l’inauguration, il n’y a que trois clients, il se met à les insulter copieusement ; le Ogeret - Bruantpublic apprécie ! On se déplace d’Auteuil ou Passy pour l’écouter chanter les peines et les joies de la crapule. Dans sa poésie apparemment simple, la puissance du raccourci et la précision du terme dissimulent de longues recherches : « sept mois pour une chanson ! » a-t-il déclaré à propos de Biribi. Il lui fallait moins de temps pour composer les mélodies qu’il voulait nostalgiques et dépourvues de fioritures, à la manière de celle des cantiques de son enfance. C’est la réussite : on le chante sur toutes les scènes, d’Eugénie Buffet à Yvette Guilbert. Il atteint une gloire internationale et, en 1895, abandonne son cabaret pour  des tournées à l’étranger et des galas mondains. Avec la gloire, la fortune récompense ses efforts : aux bénéfices du Mirliton s’ajoutent de confortables droits d’auteur et de gros cachets. Après une dizaine d’années, il  s’offre un château à Courtenay, grâce à Nini Peau de Chien, à la Méloche, à Toto Laripette et à La Filoche. Il s’y retire avant qu’en mai 1898, le châtelain se présente aux élections législatives à Belleville. Mais malgré une campagne, en partie chantée, il obtient seulement 525 voix… Le monument national se retire alors de la chanson pour se consacrer à l’écriture, mais continue à donner des spectacles, jusqu’en 1924 (un an avant sa mort) où il fait un triomphe. Sa carrure, sa présence en scène, sa voix rauque et puissante et ses chansons populaires ont fait de lui un monument de la chanson française. Il est un des poètes de l’argot de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Il laisse ainsi des traces durables jusque dans la chanson française contemporaine où le texte garde une place importante. Un bel héritage ! Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

ELLE EST DE PREVERT & KOSMA…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Amis de la variétoche et de la soupe de choux-rave réunies, bonjour !

Nous sommes le 3 octobre de l’an 2011, 12è jour de vendémiaire dédié à l’immortelle.

Petit coup de chapeau à André BELLEC, un gars de saint-Nazaire (dédédé un 03 octobre en 2008) qui, avec son frangin Georges a fondé le fameux groupe des « frères jacques ». C’est lui qui en a l’idée aux chantiers de jeunesse puis à la libération et engage d’abord son frère. Yves Robert décline l’offre de se joindre à eux mais rapidement François Soubeyran puis paul Tourenne complètent l’équipe. Le groupe se forme au sein de l’association « Travail et Culture » au printemps 1945, leur premier répertoire étant choisi parmi des chansons du folklore, des negro-spiritual, et des chants religieux.

Leur carrière débute en août 1945 lorsqu’ils remplacent « les compagnons de route » (futurs Quatre barbus) dans l’opérette Les Gueux au Paradis, à la Comédie des Champs Elysées.

Ils aiment à faire le Jacques d’où leur nom, qui évoque aussi la chanson enfantine. Il leur manque un style, une musicalité propre et une rigueur dans le travail. C’est un cinquième membre qui va les leur fournir : le pianiste Pierre Philippe, qui les accompagne de 1945 à 1965. Les harmonies vocales et la fantaisie s’inspireront beaucoup des Comedian harmonists allemands d’avant-guerre.

Visuellement, c’est le décorateur jean-Denis Malclès qui les moule dans des collants, des justaucorps et des gants, et complète leur silhouette de chapeaux divers. C’est lui aussi qui conçoit le décor. Ces éléments varieront peu par la suite. Ils débutent en 1946 dans une parodie intitulée L’Entrecôte ( en vidéo) c’est un succès. Leur premier 78 tours sort en 1948. Les engagements abondent, mais c’est quand ils rencontrent l’agent artistique Jacques Canetti qu’ils entrent véritablement dans la lumière. C’est lui qui leur obtient les textes de Jacques Prévert – sceptique au départ – et les musiques de Joseph Kosma, qu’ils enregistrent et que la radio fait connaître au-delà de la sphère parisienne. Avec L’Inventaire, ils obtiennent même le Grand prix du disque à deux reprises. Ils ont également chanté avec Edith Piaf et Brigitte Bardot.

Ils donnent finalement leur dernier récital début 1983 au Théatre de Boulogne-Billancourt.

Ah, quelle époque madame Michu… que devrons nous faire demain pour pouvoir acheter l’entrecôte si on laisse les gougnafiers de la finance nous tondre la laine sur le dos? Allez, portez vous bien, à demain peut-être et, n’oubliez pas: Indignez vous!