Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Cha-cha”

Page 1 de 1

Cha-Cha-Cha…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , ,

 

Amis des causes désespérées et des cailles aux raisins réunies, bonjour! Nous sommes le dimanche 08 décembre 2013, 18è jour de frimaire dédié au Lierre… Oui je sais, je l’ai annoncé hier par erreur alors que hier, c’était le jour du Cyprès. Bel arbre que l’on préfère voir de loin car il sert souvent d’ornement à nos cimetières. On dit que l’on s’en sert pour fabriquer le cercueil des papes car il symbolise l’immortalité. Mea maxima culpa donc! Même sur un blog, vitesse et précipitation font rarement bon ménage… Tiens, c’est marrant, c’est le billet N° 1664, ça s’arrose.

L‘homme du jour est Rubén González, né en avril 1919, c’était un grand pianiste cubain, diplômé du conservatoire de Cienfuegos (1934) Espérant devenir docteur, il est brièvement allé à l’école médicale, mais a vite été attiré par la musique. Il a enregistré ruben-gonzalesavec Arsenio Rodriguez, puis a rejoint l’Orquestra de los Hermanos, un groupe au sein duquel figurait le percussionniste cubain Mongo Santamaría.
Dans les années 1940 et 1950, il faisait parti d’un trio de pianistes virtuoses (avec Luis ‘Lili’ Martínez et Peruchín) qui ont aidé à créer la base du mambo en mariant des rythmes africains avec la liberté d’improvisation du jazz.
Après une période prolongée au Panama et en Argentine, pendant laquelle il a joué avec des musiciens de tango, il est revenu à La Havane et a joué avec un tas de groupes de cabaret.


Au début des années 1960, Ruben González a rejoint l’orchestre d’Enrique Jorrín, l’inventeur du cha-cha-cha, et il y ait resté jusqu’à la mort de Jorrín.
Il a ensuite repris la direction de l’orchestre mais pour cause d’arthrite, il a du prendre sa retraite. En 1996, il est tiré de sa retraite par Juan De Marcos González pour participer à Afro-Cuban All Stars d’abord, puis à Buena Vista Social Club. Il sort ensuite Introducing… Ruben Gonzalez, puis Indestructible, (Egrem, 1998), Estrellas De Areito, (Eden, 1999), et Chanchullo (2000).
Le pianiste octogénaire est mort le 8 décembre 2003 dans sa maison de La Havane. Sources Burdi Salsa.

Voilà pour aujourd’hui, portez vous bien et à demain peut-être.