Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Centrale nucléaire”

Page 1 de 1

Si Davos m’était conté…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, , , ,

Amis de la gastronomie et de la brasse coulée réunies, bonjour ! Nous sommes le Mardi 17 janvier 2017, 28è jour de nivôse dédié au Zinc (mais pas au bar).

L’édition 2017 du Forum économique mondial s’ouvre ce mardi à Davos, dans les Alpes suisses. Cette semaine a commencé avec des propos très déstabilisants de Donald Trump exposant à deux journaux des-policiers-deployes-le-19-janvier-2016-a-davos_5499883-300x199européens son dédain de l’OTAN, de l’Union européenne et de la chancelière allemande. Le même homme sera, à la fin de la semaine, sacré 45e président des Etats-Unis. D’ici là, la première ministre britannique, Theresa May, aura expliqué, comment elle entend organiser la sortie de leur pays de l’UE. Deux jours plus tard, jeudi, elle viendra à Davos tester les réactions d’une audience internationale aux modalités de son plan, sans précédent.

Ayant compris assez tôt qu’il y aurait cette année une sorte de vacance du pouvoir à Davos, entre deux administrations américaines, les Chinois ont décidé de combler le vide massivement : non seulement le Forum accueille la plus grosse délégation chinoise de son histoire, mais celle-ci est emmenée par le président Xi Jinping lui-même.
Fossé entre patrons et grand public. C’est la première fois qu’un président chinois fait le déplacement à Davos. Loin de Xi Jinpingl’abandonner, pourtant, ces élites aujourd’hui si contestées y viennent encore plus nombreuses : quelque 3 000 participants, dont 1 200 patrons et une cinquantaine de chefs d’Etat et de gouvernement se pencheront cette semaine sur le thème du « leadership réactif et responsable ». Ce thème est d’autant plus opportun qu’une étude PWC publiée à l’ouverture du Forum révèle un fossé béant entre les perceptions qu’ont les patrons et le grand public des effets de la mondialisation : 60 % des patrons les jugent positifs, tandis que ce chiffre n’atteint que 38 % dans la population. (d’après un article du Monde)

Et voila, pendant que les grands de ce monde se goinfreront de petits fours, chez nous c’est reparti ! Tous les ans, à l’approche de l’hiver, ils nous refont le coup de la panne. Enfin, celle qui devrait immanquablement se produire vu que la Bretagne est largement déficitaire en électricité. Le lobby nucléo-électrique ne désarme pas. Ils mettent tout en œuvre pour nous refiler une de leurs foutues centrales du 1er, 2ème, ou 3ème type. Nous pensions, pauvres de nous, qu’ils brennilisavaient compris la leçon après avoir du plier bagage dans le cap-sizun (Plogoff). Que nenni ! En attendant, la centrale de Brennilis, fermée en 1985, n’en fini pas de finir et n’est toujours pas démantelée. La faute à ICEDA qui disent… le petit nom de ce qui doit être une « installation de conditionnement et d’entreposage des déchets de moyenne et longue activité ». Autrement dit : l’entreprise pouvait démanteler le réacteur, mais ne serait pas en mesure de stocker ces déchets, susceptibles de rester dangereux pendant des milliers d’années. En construction à la centrale du Bugey, dans l’Ain, Iceda doit être opérationnelle un de ces jours mais elle est pour le moins controversée. Surtout, elle s’implante sur un site qui fait déjà l’objet d’une plainte, déposée en mars par la ville et le canton de Genève (Suisse) pour « mise en danger délibérée de la vie d’autrui et pollution des eaux ». Dans le paysage des monts d’Arrée, ce cadavre est encombrant. Mais son cercueil, en construction à l’autre bout de la France, l’est, semble-t-il, tout autant.

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

LE COUP DE LA PANNE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Et voila, c’est reparti ! Tous les ans, à l’approche de l’hiver, ils nous refont le coup de la panne. Enfin, celle qui devrait immanquablement se produire vu que la bretagne est largement déficitaire en électricité. Le lobby nucléo-électrique ne désarme pas. Ils mettent tout en oeuvre pour nous refiler une de leurs foutues centrale du 1er, 2ème, ou 3ème type. Nous pensions, pauvres de nous, qu’ils avaient compris la leçon après avoir du plier bagage dans le cap sizun. Mais, la rapacité n’a pas de mémoire. Dans le film « des pierres contre des fusils » on voit comment la résistance à Plogoff les a amené à reculer, malgré tous les moyens mis en oeuvre. J’ai souvenir d’avoir trainé du côté du Loc’h, d’Esquibien, de Goulien et même d’avoir participé à un immense concert, donné en plein air dans le cadre de la baie des trépassés (baez an anaon) avec notamment un jeune chanteur plein d’énergie qui s’appelait J. Higelin. La nuit était tombé, les deux versants de la baie étaient occupés par des milliers de personnes et chacune d’allumer un briquet; c’était magique. Comme si tous les korriganed de Bretagne et d’ailleurs s’étaient donné rendez vous dans ce lieu mythique où le Treizour (le passeur) vient chercher l’âme des défunts, pour crier ensemble: Nann, trugarez ! C’était au début des années soixante dix, les seventies comme on dit de nos jours, et déja la grande peur du noir était utilisée. Vous allez voir ce que vous allez voir…D’ailleurs vous n’y verrez plus rien…Cet hiver, il va faire très froid, plus de chauffage, plus d’eau chaude, plus de télé. Vous imaginez ça, vous ? Obligé de se passer de Léon Zitrone et de Mourouzi pendant des jours et des jours… Chacun se rappelait le plasticage du pylône de télévision dans les monts d’Arrées et les veillées retrouvées, la lecture réhabilitée et, quelques mois plus tard, c’est la démographie qui était à son tour dynamitée. Je ne sais plus qui a dit que l’histoire est un éternel recommencement mais ça commence bigrement à y sessembler.

Voila, c’était l’humeur du jour, sous un ciel d’averses. Rappelle toi Barbara: Il pleuvait ce jour là sur Brest… Et bien mon vieux Prévert…Il pleut toujours ! Allez, portez vous bien et, à demain…Peut-être.