Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Catholicon”

Page 1 de 1

A la saint Konwen, le cénobite va ben…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, , , , ,

Amis de la libre pensée et du Fernet branca réunis, bonjour ! Nous sommes le lundi 27 avril 2015, huitième jour de Floréal dédié au champignon.

En Bretagne c’est le jour de Konwen qui a laissé son nom à la commune de Plougonven (29). Elle a pour éponyme un breton du nom de Konwen. Titulaire d’une chapelle à Plouézoc’h (près de Morlaix sur la route menant au Cairn de Barnenez), dite de Saint-Gonven, il y est figuré tête nue, face rasée, vêtu de la robe des cénobites, tenant à la main un livre et un bâton courbé. On venait l’invoquer pour la guérison des maux de tête et celle des 1054031_8198948-mezerdern2-k125acochons malades. A Plougonven, où un autel lui était encore consacré dans l’église du XVIIIè siècle, il s’est vu supplanté par saint Yves comme patron de la paroisse. C’est de Plougonven qu’est issu Jehan Lagadeuc auteur du Catholicon premier dictionnaire trilingue Breton-Français-Latin. Il a vu le jour au manoir de Mezedern que l’on voit ci-contre. Voici ce qu’il écrit dans son prologue (1464) « L’on rencontre, à la vérité, des écoliers, en grand nombre, qui, à peine entrés au collège, et dénués de toute compétence en latin, s’avisent d’entraîner de force les mots latins en des significations qui leur sont étrangères : ainsi mettent-ils des écailles aux oiseaux et des plumes aux poissons, colophoninventant, les uns, de nouveaux termes latins, faisant, les autres, des barbarismes. De surcroît, les Bretons, en leur très grand nombre, sont largement déficients en français. Pour ces raisons, Moi, Jehan lagadeuc, de la paroisse de Ploégonven, au diocèse de Tréguier, bachelier ès arts et décrets, tout indigne que j’en sois, j’ai composé ce petit ouvrage pour l’utilité des petits clercs pauvres de Bretagne ou encore des illettrés en latin.» Ce dictionnaire fut imprimé en 1499 par Calvez de Tréguier soit, à quelques années près (1694) deux siècles avant le premier dictionnaire de l’académie française. A droite, le colophon ( mention finale du lieu d’impression, de la date et de l’éditeur) du Catholicon, avec la marque de l’imprimeur.). Etonnant, non !

Allez, passons à autre chose, merci de votre visite, portez vous bien et à demain peut-être.

UN PEU DE TOUT, EN VRAC…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Avant toute chose, je dois m’excuser auprès de ceux qui ont eu la gentillesse de m’envoyer un petit mail pour marquer l’évènement de hier. Je ne sais pas ce qui s’est passé mais, il y a surement un plomb qui a pèté quelquepart, ou alors je n’ai pas payé le gaz, ou encore il n’y a plus d’essence dans l’ordinateur…Toujours est-il que je n’ai plus accès à ma messagerie et voila pourquoi je n’ai pas pu leur répondre. En attendant le plombier, vous pouvez me contacter sur: erwan442@orange.fr

BHL, bis…Vous allez voir comme les choses sont parfois étranges. Figurez vous que que le monsieur ici caricaturé, est né un 5 novembre. Et en quelle année ? Je vous le donne en mille… En 1948. Avouez que je l’ai échappé belle. A quelques heures près j’aurais du assumer des accointances astrologiques avec ce dandy endimanché. A choisir, je préfererai m’accointer avec la belle Arielle qui lui sert de compagne. Les voies du zodiaque sont impénétrables. Allez savoir pourquoi, lui a mal tourné et moi j’ai connu une si brillante carrière ! Fort heureusement, j’ai déniché un vieux dicton qui me console: »qui est né un 5 novembre, n’aura pas de jambes en décembre et mangera des cendres« . Je n’ai hélas pas pu en trouver l’origine. Si quelqu’un la connait…

Tous les ans, et cela depuis plus de trente ans, je note scrupuleusement la date d’apparition des premiers vanneaux en automne, je fais d’ailleurs la même chose avec les hirondelles au printemps. Or donc, hier, ils ont fait leur premier vol dans le secteur, annonçant avec certitude la baisse des températures. Avant de mourir, je ferai don de mes petits carnets aux météorologistes pour qu’ils en tirent des statistiques sans appel, quand bien même, ma démarche n’a rien de scientifique.

Tiens, un rappel pour les amateurs de vieilleries et de bretonnitude. Il y a 510 ans, jour pour jour, un certain CALVEZ, imprimeur à Tréguier, faisait paraître le premier dictionnaire breton-français-latin: LE CATHOLICON. C’est un dénommé Jehan Lagadeuc qui eut cette riche idée et, il faut reconnaître que ça a pas mal marché. Les trégorrois ont toujours été forts dès lors qu’il s’agissait de primeur. La génération de mes parents, cinq siècles plus tard, a appris le français à travers un petit livre qui s’intitulait: « La vie des saints ». Ne pas s’étonner que les bretons d’aujourd’hui veuillent leurs dédier une vallée… Et puisqu’on parle de saints, je confirme tout le bien que je vous disais hier à propos de la patisserie TRAON à Morlaix, cette année encore, le St Honoré était absolument divin.

Voila pour aujourd’hui, 15ème jour de Brumaire. Je n’ai pas voulu insister car, nos amis républicains et néanmoins révolutionnaires, qui avaient des idées sur tout et surtout des idées, en avaient fait le jour du dindon. Allez, portez vous bien et, à demain…Peut-être.