Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Carhaix”

Page 1 de 1

Dans Plinn…

Posté par erwandekeramoal dans TRADITION

, , , ,

Amis du petit patrimoine et du riz au lait réunis, bonjour ! Nous sommes le vendredi 18 juillet 2014 c’est à dire le 30è et dernier jour de Messidor et c’est le jour de la chalemie. La chalemie est un instrument à Jossic chalemievent et anche double, de la famille de la bombarde et du hautbois, très répandu au Moyen-Âge et à la Renaissance, originaire de l’Espagne musulmane et cousin des Mizmars, Zurna, Rajtas et autre Ghaitas. C’est un instrument à tonalité haute, que l’on utilisait le plus souvent en plein-air, parfois accompagné d’une cornemuse, à l’image d’un couple bombarde et biniou. Au XVIe siècle, on commence à l’utiliser en consort (ensemble de plusieurs tailles du même instrument), mais aussi avec des saqueboutes ou des bassons. Aujourd’hui, cet instrument ne reste utilisé que par des instrumentistes abordant le répertoire spécifique du Moyen Âge et de la Renaissance; comme sur cette photo, le petit père Jossic des tri Yann.

Et puis tiens, à propos de biniouseries, heu pardon, de culture bretonne; ils ont fini par les couler dans le bronze… Qui ça ? Les sœurs Goadec pardi. Les voici statufiées en place publique dans la bonne ville statuede Carhaix, fief du marquis au bonnet rouge Troadec et des vieilles charrues réunies. Les statues à l’effigie de Maryvonne, Anastasie et Eugénie Goadec,  originaires de Treffrin (22), sont l’œuvre figurative de l’artiste rennaise Annick Leroy. J’ai maintes fois dansé le Plinn et le Fisel au rythme de leur fameux Kan ha diskan.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

C‘est leur père, chanteur réputé, qui va transmettre naturellement sa passion à ses treize enfants. Aujourd’hui, c’est la fille d’Eugénie, Louise EBREL, qui perpétue la tradition (en vidéo avec Ifig Flatrès). En 1973, les soeurselles se produisent à Bobino, mythique temple du music-hall de Paris Montparnasse, pour un récital exceptionnel, Elles se produisent trois soirs de suite dans une salle plus habituée à recevoir Georges Brassens que Glenmor, et le succès est au rendez-vous, malgré le scepticisme de certains. Pour ma part, j’étais assez d’accord avec René Abjean qui, dans un article paru dans la revue Autrement en 1979, déclarait: « cette mis en spectacle du fest-noz touche à l’absurde et qu’en faisant venir à Paris « les trois vieilles paysannes de Carhaix [...] le folk est redevenu folklore ». Le temps a passé et nous, nous sommes passé dans le temps. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

REVERIES…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

REVERIES.

Ça devait bien finir par arriver, j’ai autant d’inspiration aujourd’hui qu’une poule devant une clé à molette…Peut-être vais-je me contenter de vous adresser un salut amical en attendant que ma muse sorte de la torpeur dans laquelle l’a poussé ce froid sibérien.

Même l’actualité semble attendre des jours meilleurs. Pas un dérapage à se mettre sous la dent, pas une bavure ministérielle, tout se passe comme si les princes qui nous gouvernent s’étaient mis aux abonnés absents.

Je pourrai bien sur vous parler de mon lumbago, qui lui a décidé de refaire parler de lui, mais j’ai comme dans l’idée que vous n’en auriez cure.

J‘ai néanmoins tenté une sortie qui m’a permis d’admirer une magnifique trace toute fraîche dans la neige immaculée, traces de chevreuil si j’en juge par les empreintes. Le trappeur qui sommeille en moi se rêvait déjà en Jack London, raquettes aux pieds…Mais la bête est discrète et ses visites restent nocturnes. Je ne désespère pas de vous poster un jour une véritable photo de l’animal.

LE PARISIANISME A LA VIE DURE.

C‘est pourtant d’une oreille distraite que je suivais hier soir le journal de Antenne 2( mon attention étant en fait mobilisée par la dégustation d’un single malt de 16 ans qui porte le doux nom de « the Orcadian » en provenance de l’ile de Orkney) journal au cours duquel le journaliste décrivait avec moultes détails les avatars climatologiques de la France profonde. S’agissant des difficultés rencontrées dans le centre Bretagne et le Poher en particulier, il déclarait: » A Carhaix, près de Rennes… » Décidémment pour ces gens là, la Bretagne ça commence après la porte de Saint Cloud. En représailles et après consultation,  ce saint là ne sera pas représenté dans la vallée de Carnoët, et pour protester contre le tapis blanc qui recouvre nos routes, le même sort sera réservé à Saint Maclou. Qu’on se le dise !

Et puisque l’on parle de la pluie et du beau temps, je peux vous dire que ce matin il y a un petit Suroît qui se rappelle à notre bon souvenir et que les prévisionnistes nous annoncent le retour de la neige pour ce midi. Juste pour moi le temps de rentrer un peu de bois et de vous remercier d’avoir fait le détour par « Les cénobites tranquilles ». Allez, portez vous bien, et à demain peut-être.