Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Bolsonaro”

Page 1 de 1

Brésil: Les fascistes ont des p’tites bites…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, ,

Amis du contrepet et de la vache-qui-rit réunis, bonjour ! Nous sommes le Mardi 30 octobre 2018, 9è jour de brumaire dédié à l’alisier (un coup a en faire des tonnes).

Au Brésil, le fasciste (n’ayons pas peur des mots) Bolsonaro vient d’être élu avec plus de 55% des suffrages sur une participation de plus de 79%. Président de la République en janvier prochain, le représentant de l’Internationale brune est soutenu par la Bourse, les sectes chrétiennes, la pègre et les bolsonaro afficheorganisations réactionnaires. Durant la campagne présidentielle, il a multiplié les déclarations racistes, sexistes et homophobes. Il a affiché son christianisme le plus rétrograde et sa nostalgie de la dictature militaire au Brésil. Ses nervis ont fait le reste envers les progressistes, comme au pire temps des chemises brunes en Allemagne avant l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Oui, bon, d’accord, comparaison n’est pas raison. Mais, rappelez vous: en France, le patronat et les forces de l’argent disaient « Hitler plutôt que le Front populaire ».

Et chez nous madame Michu ? Souverainiste, populiste, eurosceptique ou même europhobe, parfois ouvertement raciste et xénophobe, l’extrême droite en Europe a plusieurs visages. Son principal moteur, dans les dernières années, a été la crise migratoire et la lutte contre l’Islam, sauf en Espagne, où les mouvements d’extrême droite ont regagné en visibilité à la faveur de la crise catalane en militant pour l’unité du pays. La multiplication des conflits dans le monde et l’arrivée de milliers de migrants dans différents pays européens a eu pour effet milicescollatéral l’intensification d’un sentiment anti-immigration, sur lequel surfent les groupes d’extrême droite. Un gouvernement de coalition est en vigueur en Italie : il allie le mouvement populiste 5 étoiles et le mouvement souverainiste de la Ligue du Nord, qui flirte avec les idées d’extrême droite. Présence d’un candidat d’extrême droite au second tour des élections présidentielles autrichienne et française, montée du parti d’extrême droite allemand AfD au Bundestag… l’avancée de mouvements d’extrême droite se confirme en Europe. Le 8 avril, le parti ultranationaliste Jobbik s’est adjugé un cinquième des voix aux législatives hongroises, remportées à près de 50 % par une droite (Fidesz) de plus en plus proche de l’extrême droite. Outre l’Italie, l’extrême droite participe en Autriche, en Finlande et en Bulgarie à un gouvernement de coalition.

Même si on en parle peu, ce qui se passe en Croatie est assez inquiétant. Tant du point de vue démocratique qu’européen. On connaissait Viktor Orban en Hongrie, le très catholique Parti Droit et Justice en Pologne… Un nouveau pays membre de l’Union européenne vient de basculer dans la droite extrême. En effet, Le nouveau gouvernement croate est proche de l’Opus Dei, compte des ministres révisionnistes et intégristes. A des-soldats-de-l-armee-bresilienne-fouillent-un-resident-lors-d-une-operation-conjointe-a-la-favela-cidade-de-deus-a-rio-de-janeiro-le-7-fevrier-2018_6019550propos du Brésil, demandons à Noam Chomsky ce qu’il en pense: « Bolsonaro se présente comme un autoritaire dur et brutal et comme un admirateur de la dictature militaire, qui va rétablir « l’ordre ». Bolsonaro affirme qu’il ne connaît rien à l’économie, laissant ce domaine à l’économiste Paulo Guedes, un ultralibéral, produit de l’École de Chicago. Guedes est clair et explicite sur sa solution aux problèmes du Brésil : « tout privatiser », soit l’ensemble de l’infrastructure nationale, afin de rembourser la dette des prédateurs qui saignent à blanc le pays. Littéralement tout privatiser, de façon à être bien certain que le pays périclite complètement et devienne le jouet des institutions financières dominantes et de la classe la plus fortunée. Guedes a travaillé pendant un certain temps au Chili sous la dictature de Pinochet.» Ô peuple infortuné, que n’as-tu de mémoire ! Si cela peut vous consoler; comme disait Wilhelm Reich: Les fascistes ont des petites bites…

Voilà, et mon kiné voudrait que je garde le moral… Allez merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.