Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Besancenot”

Page 1 de 1

TROIS P’TITS TOURS ET PI S’EN VA…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , , , , ,

Amis de l’arlésienne et du canotier réunis, bonjour !

Nous sommes le cinq du mois d’octobre, date qui correspond au quatorzième jour de vendémiaire dédié au réséda. C’est d’ailleurs le 14 de vendémiaire de l’an II que fut crée par décret le calendrier républicain. Le nom de réséda vient du latin resedare qui signifie calmer en raison de ses propriétés médicinales. Certains feraient bien d’en consommer quelque peu… Desnos en a fait ce joli poème :

 

« Où résida le réséda ?

Résida-t-il au Canada ?

Dans les campagnes de Juda ?

Ou sur les flancs du Mont Ida ?

Pour l’instant sur la véranda

Se trouve bien le réséda.

Oui-da ! »

 

Tout à fait autre chose.

Décidément les ceusses qui voient leurs ardeurs présidentielles se calmer vivement sont légion. Le dernier en date c’est Borloo. Après avoir joué les vélléitaires durant des mois, Bob jette l’éponge. Et voilà Rama Yade fort dépouvue quand la bise fut venue. Plongée dans un grand ressentiment, une infinie tristesse, une immense amertume, un gouffre d’incertitude. Et de se dire tel un gavroche de la guerre des boutons : Si j’aurais su, j’aurais pas venu. Bref, les baisés comptez vous…

DSK lui, fut empêché pour les raisons que vous savez. Il ne manquait pourtant pas de suite (2806) dans les idées.

Besancenot a refusé l’obstacle, cédant sa place au camarade Philippe Poutou, ouvrier chez Ford, qui semble avoir un peu de retard à l’allumage, problème de vis platinées sans doute…

Nicolas Hulot n’a pas apprécié de s’être fait virer de la primaire écolo, il ronge son frein en Patagonie.

A l’issue de la primaire socialo, on va comptabiliser cinq de chute, il ne peut en rester qu’un(e). D’ici qu’il ou elle soit atteint de Delorisme aigu et décide in fine de ne pas y aller…

Or donc, la droite n’est pas très adroite, la gauche est un peu gauche, le centre se recentre et les extrèmes s’attirent (satyre!).

Et pendant ce temps là, les médias continuent de nous offrir le même spectacle affligeant de la valse-hésitation des pseudos candidats ; J’y vais, j’y vais pas, je vous le dirais le moment venu, laissez du temps au temps, retenez moi ou je fais un malheur, si Machin n’y va pas je ne m’interdit pas d’y songer, si je peux être utile à mon pays, nombreux sont les amis qui…

-Et vous madame Michu, vous y allez aux primaires socialistes ?

-Euh, à vrai dire, moi c’est plutôt les primeurs Léonards…

Allez, précipitez vous sur le deuxième numéro de SINE-MENSUEL, portez vous bien et à demain peut-être.

CARTE POSTALE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis des « cénobites tranquilles » et des PTT réunis, bonjour !

Nous sommes le 24 septembre et pour nos amis républicains c’était le troisième jour de vendémiaire, jour de la châtaigne, ce qui n’est pas une raison suffisante pour s’échanger des marrons. Et tiens, à propos d’échange…

Chose promise, chose due…Voici la carte postale des « cénobites », disponible sur simple demande. Laissez votre adresse, on vous écrira ! Nul doute que cette carte là est appelée à devenir collector. Je rigole déjà en pensant à la tronche du préposé surtout si elle tombe par hasard entre les mains de Besancenot. Il faut que je pense à me procurer une adresse qui se situe sur sa tournée. Dois-je vous rappeler que cette création est le fruit du talent de Magik studio, le père des désormais célèbres Mightys que vous pouvez retrouver ICI

Autrefois on appelait cela un plaidoyer pro domo, aujourd’hui on dit simplement que c’est de la pub. Echange de bons procédés, je parle de toi, tu parles de moi…On parle de nous…Il en restera forcément quelque chose.

Un petit salut en passant à Fats Navarro, grand trompettiste de jazz, né un 24 septembre à Key West en Floride. Certainement un des rois du Be-Bop qui a joué avec les seigneurs du genre de Charlie Parker à Kenny Clarke’s ou Lionel Hampton. Il est décédé prématurément de la tuberculose à l’âge de 26 ans en 195O.

Voila pour ce vendredi, jour des crêpes, evel just, je vais d’ailleurs de ce pas m’occuper de ma pâte…Faut qu’elle repose trois heures, disait mon aïeule.

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

Attention, ceci n’est pas de l’anticommunisme primaire mais bon, ça va pas faire plaisir à Besancenot, en général les Trotskistes n’aiment pas beaucoup qu’on leur rappelle l’épisode de KRONSTADT, commune située au large de Saint Pétersbourg en face de la Finlande.

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

LES MARINS DE KRONSTADT.

Attention, ceci n’est pas de l’anticommunisme primaire mais bon, ça va pas faire plaisir à Besancenot, en général les Trotskistes n’aiment pas beaucoup qu’on leur rappelle l’épisode de KRONSTADT, commune située au large de Saint Pétersbourg en face de la Finlande.

Le 28 février 1921, début de la révolte des marins de Kronstadt qui s’insurgent contre le pouvoir des commissaires bolchéviques et contre la pénurie de nourriture et de denrées diverses. Les marins, fers de lance de la révolution russe, se prononcent pour des « Soviets libres », dégagés de la tutelle politique des commissaires. Dès janvier 1921, 5000 marins avaient démissionné du parti communiste. Au mouvement pour de meilleures conditions de vie, se mêleront de fortes aspirations libertaires.

Le 7 mars 1921: A 18 heures 45. L’armée rouge (commandée par le feld-maréchal Trotski) ouvre le feu sur les forts de Kronstadt ; ceux-ci ripostent et réduisent les batteries au silence. On voit sur cette photo, l’armée rouge franchissant la glace pour atteindre Kronstadt.

Le 8 mars 1921: Les communistes commencent un bombardement aérien sur la population pacifique de Kronstadt.
Le Comité Révolutionnaire Provisoire de Kronstadt, via radiotélégramme :
« Kronstadt libérée parle aux ouvrières du monde entier : Nous, ceux de Kronstadt, sous le feu des armes, sous les mugissements des obus qui déferlent sur nous (…) adressons notre salut fraternel aux travailleuses du monde. »

Le 11 mars 1921: Izvestia n°9 du comité révolutionnaire provisoire des Matelots, Soldats rouges et Ouvriers de la ville de Kronstadt:
« Nous avons lancé un appel à tous les travailleurs de Russie afin qu’ils luttent pour des soviets librement élus. Notre cri a été entendu. Déjà, les matelots, soldats rouges et ouvriers révolutionnaires de Petrograd viennent nous prêter main-forte. » La résolution du Petropavlosk (c’est le nom d’un cuirassé) est adoptée à Cronstadt au cours d’un meeting qui réunit 12.000 personnes (photo ci contre). Un comité révolutionnaire présidé par Petritchenko prend le commandement de la ville. Cette «Commune» va durer seize jours.

Le 17 et 18 mars 1921: La commune de Kronstadt succombe sous les coups de l’armée rouge bolchévique qui s’empare de la ville et des forts après de sanglants combats. Les communistes, maîtres de la ville, continueront à exécuter des centaines de prisonniers ou de blessés. Les autres survivants qui n’ont pas fuit en Finlande seront internés dans des camps, où beaucoup mourront de malnutrition ou bien fusillés par la Tchéka.

La droite conservatrice et réactionnaire avait écrasé dans le sang la Commune de Paris en 1871, la gauche révolutionnaire et communiste fait la même chose cinquante ans plus tard avec celle de Kronstadt. Mes très chers frères, méditons cette phrase de Michel JOBERT (c’est lui qui avait fait arrêter les magnétoscopes japonais à poitiers. Pour les jeunes générations, je précise que les Sarrazins c’était Charles Martel, pas Jobert.): « Ni à droite, ni à gauche…Je suis ailleurs. »

Voila, merci d’être passé par ici, vous pouvez reprendre vos activités dominicales. La tempête annoncée n’est pas venue jusqu’à Keramoal, j’espère que c’est la même chose près de chez vous. Portez vous bien et à demain peut-être.

LEVONS LE VOILE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

A VOILE ET A VAPEUR.

Le cardinal André Vingt-Trois,(c’est son nom) président de la Conférence des évêques  de France (CERF) et archevêque de Paris, a d’abord dit que comme  responsable catholique, il n’avait pas à se prononcer sur le sujet du  voile. Mais, « en tant que citoyen », il s’est déclaré « réticent à  l’idée que les pouvoirs publics s’occupent de la façon dont on  s’habille, ou alors ils doivent s’occuper aussi de la façon dont on se  déshabille ».

J‘avoue que la question me taraude. Ma grand mère maternelle portait la coiffe, la « pen sardin », symbole Douarneniste s’il en fut. Lorsque le grand age l’a surpris avec son cortège de douleurs, elle ne fut plus en mesure de pratiquer l’exercice matinal qui lui permettait de sortir coiffée. Pour elle se fut un déchirement de « sortir en cheveux » comme elle disait. Elle s’affublât donc d’un fichu…Signe ostentatoire de sa culture, sa tradition, son histoire quoi ! D’où venait cette vieille habitude qui voulait que les femmes se couvrent la tête ? Laissons aux historiens et autres sociologues le soin de répondre. Pour ma part, je n’y voit ni Dieu ni Diable, mais davantage le signe d’un machisme persistant savamment entretenu par tous les conservateurs (et pas seulement ceux qui mettaient les sardines en boites).

Que le postier Besancenot est « récupéré » sur sa liste pour les régionales, une jeune femme qui porte le voile, cela ne me défrise pas plus (pas moins non plus) que tous les élus de la République qui affichent ostensiblement leurs croyances religieuses.

Il m’apparaît par ailleurs que le débat Franco-français qui agite la sphère médiatique « voile » un tantinet nos véritables appréhensions. Le chômage, l’avenir des retraites, le pouvoir d’achat. En illustration, la première de couverture d’un livre préfacé par Michel MAZEAS que j’ai eu le bonheur d’avoir pour instituteur; c’est vous dire que cela ne date pas d’hier. Il était d’une mauvaise foi infinie comme tous les Staliniens mais, c’était un excellent navigateur. Cela lui a d’ailleurs permis de tenir la barre de la mairie de Douarnenez pendant des années.

Voila pour ce petit billet dominical qui est, notons le, le 150ème de sa catégorie. Les éléments se sont calmés, il faut maintenant ramasser les branches que la tempête a mis à terre. En tous cas, c’est gentil d’être passé, portez vous bien et à demain peut-être.