Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Barcelone”

Page 1 de 1

Un drôle de paroissien…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , , ,

Amis de l’antanaclase* et de la confiture de mirabelles réunies, bonjour ! Nous sommes le Samedi 19 Mars 2016, jour béni entre tous puisqu’il est dédié au Frêne dans notre calendrier républicain. *Pour les amoureux de la langue française (c’est la semaine de la francophonie) je rappelle que l’antanaclase est la répétition d’un mot ou d’une expression avec un sens différent, en exploitant sa polysémie. Elle est proche de la paranomase et de la syllepse de sens. Ex : « Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas. » (Blaise Pascal, Pensées) C’est pas littéraire ça mes body boys ?

Je voulais profiter de ce 19 Mars pour évoquer rapidement un des plus grands architectes que le monde ait connu: Antoni Gaudi I Cornet plus communément appelé GAUDI; pour démontrer, s’il le fallait, que les colonnes des « cénobites tranquilles » ne s’ouvrent pas exclusivement aux mécréants, athées, libres penseurs et autres graines d’ananar… GaudiQuelques illuminés de génie, inspirés par Dieux et Diables, y trouvent aussi leur place. Ce catalan, car il était catalan avant d’être espagnol, a laissé une œuvre monumentale qui a transformé à jamais l’art majeur de l’architecture. Controversée peut-être mais géniale surement. Il suffit de se promener dans les rues de Barcelone pour s’en convaincre. Depuis le dragon du parc Güell, emblématique de son œuvre, jusqu’à la Sagrada Familia, toujours en chantier 13O ans après la pose de la première pierre, on ne cesse d’être étonné, surpris, bouleversé, par une telle générosité de l’artiste. On se demande par exemple ce que vient faire dans sa cathédrale cette « sculpture d’un terroriste poseur de bombe inspiré par le diable » (photo ci-dessous à droite) …

Le 19 mars 1882, est lancée la construction d’une nouvelle église à Barcelone, en Espagne. Rien d’extraordinaire a priori, mais le projet va évoluer et prendre une ampleur inattendue avec l’arrivée d’un jeune architecte visionnaire, Antoni Gaudí. La construction de cette basilique SagradaFamilia2catholique dédiée à la Sainte Famille est due à l’initiative d’une association des dévots de Saint-Joseph. Elle est financée uniquement par les aumônes et la générosité des fidèles. La Sagrada Família, éternel chantier, est devenue le symbole le plus éclatant de Barcelone et de la Catalogne. Quant à Antoni Gaudí, il s’épanouira dans l’Art nouveau, l’un des derniers mouvements artistiques pan-européens. Cet architecte catalan apparaît comme le principal représentant de l’Art Nouveau, un courant artistique qui s’est épanoui dans toute l’Europe au tournant du XXe siècle. En rupture avec l’académisme, il promeut les références à la nature, en particulier au milieu marin, avec des motifs décoratifs et des structures tout en courbes et en couleurs.

Comme l’ensemble de l’Art Nouveau, l’art de Gaudí est imprégné par l’appétit de vie, le mystère de la Nature et la gaieté. On peut l’apprécier à travers ses nombreuses réalisations architecturales qui font la beautsagrada_anarchiste-198x300é de Barcelone. Toutes en rondeur, elles excluent la ligne droite et angulaire, ce qui leur donne une infinie douceur et une grande humanité, à l’opposé des constructions glaciales et sans âme de la fin du XXe siècle. Selon la légende, Antoni Gaudi était perdu dans ses pensées, au beau milieu de la route, et a été renversé par un tram à Barcelone. L’architecte aurait été vêtu de vieux vêtements et personne ne l’aurait reconnu au moment de l’accident. Il est décédé quelques jours plus tard et ce n’est que bien après sa disparition que Gaudi a eu droit à toute la reconnaissance dont il jouit encore aujourd’hui…

Et voila, amis lecteurs, pour cette livraison du samedi. J’espère qu’elle vous trouvera en pleine forme, continuez à bien vous porter et, à demain peut-être.

La femme est l’avenir de l’homme…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , ,

Amis de L’Espagne éternelle et du riz pilaf réunis, bonjour ! Nous sommes le mercredi 06 janvier 2016 et, si j’en juge par mon calendrier républicain, cela correspond au 17è jour de Nivôse dédié à la marne. Rien à voir avec la Marne et ses taxis. On dit que la marne fut extraite comme matériau de construction dès que les outils en métal furent connus. On trouve (semble t-il) son origine dans le vieux gaulois Marga écrit Alain Rey, mais aussi dans le breton merl, qui a donné par emprunt merl, puis maërl. En néerlandais mergel, allemand Mergel (peut-être également Merkel). C’est amusant ça; depuis le temps qu’elle nous fait marner !

Le 6 janvier 2014, mort à Paris de Marina GINESTÀ à l’âge de 94 ans. Beaucoup connaissent cette photo d’une magnifique jeune femme à l’allure altière, prise sur le balcon de l’hôtel Colon à Barcelone. Cette photo passera à la postérité car elle va illustrer nombre d’ouvrage sur la guerre d’Espagne. marina_ginesta2 sur le balconC’est cette jeune militante antifasciste française, née à Toulouse le 29 janvier 1919, âgée de seulement 17 ans, qui deviendra une des icônes de la Guerre d’Espagne, grâce à la photo que Juan Guzmán (Hans Gutmann Guster) prendra d’elle portant son fusil, le 21 juillet 1936, sur la terrasse de l’Hôtel Colón à Barcelone. Elle vivait à Barcelone depuis que ses parents s’y étaient installés quand elle n’avait que onze ans. Adolescente, elle rejoint le Parti socialiste unifié de Catalogne.

Au début de la guerre d’Espagne, elle devient reporter et traductrice dans les Brigades internationales auprès de Mikhail Koltsov, correspondant du journal soviétique la « Pravda ». Elle l’accompagnera d’ailleurs à Bujalaroz pour un entretien avec l’anarchiste Buenaventura Durruti. Blessée avant la fin du 1936 Bujalaroz. Marina ginesta y su hermanoconflit, Marina Ginestà est évacuée en France à Montpellier. Après l’instauration du régime de Vichy et l’occupation de l’armée allemande, elle choisira l’exil au Mexique, rejoignant ainsi un certain nombre de combattants antifascistes espagnols qui réussirent à s’installer dans ce pays d’accueil après la défaite du camp républicain en 1939. Elle part ensuite en République Dominicaine où elle se marie. Mais en 1946 elle est contrainte de quitter le pays à cause des persécutions de la dictature de Rafael Trujillo. Elle devient également très critique à l’égard de Staline. Sa lecture de l’ouvrage de George Orwell « Hommage à la Catalogne » pendant les années 1960 fera pencher ses sympathies vers la CNT et le POUM. En 1960, elle épouse un diplomate belge et regagne Barcelone puis s’installe définitivement à Paris au début des années 1970.

En 2008, un documentaliste de l’Agence espagnole EFE réussit à l’identifier et lui fait découvrir ce cliché qu’elle ne connaissait pas. Lors d’un entretien marina ginestaaccordé à l’Agence, elle raconte : « C’est une bonne photo, elle exprime bien ce que nous ressentions à l’époque. Le socialisme était arrivé, les clients de l’hôtel avaient fui. Il y avait de l’euphorie. [...] On me dit que j’ai un regard orgueilleux. C’est possible. Nous nagions alors dans la mystique de la révolution prolétarienne et les images de Hollywood de Greta Garbo et de Gary Cooper ». Son portrait fait encore la couverture, en 2014, de la réédition de l’ouvrage de Burnett Bolloten sur « La Guerre d’Espagne » (Ed. Agone). Sources.

Voilà pour aujourd’hui, portez vous bien et à demain peut-être.

Semaine tragique…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, , ,

Amis de la libre expression et du p’tit maquereau à la bretonne réunis, bonjour ! Nous sommes le dimanche 26 juillet 2015 huitième jour de Thermidor dédié à la Carthame. Le carthame des teinturiers ou Safran des teinturiers, parfois appelé Safran bâtard, est une plante originaire d’Égypte, dont le nom dériverait d’un mot arabe qurtum. Elle produit un fruit, un akène oléagineux dont les graines sont utilisées pour carthameproduire des huiles alimentaires ou de massage (la fameuse huile de carthame) qui sont parfois intégrées à des produits cosmétiques pour les cheveux. Cette huile au parfum prononcé est surtout utilisée à froid. Non raffinée, elle a une légère saveur de noisette et sa couleur se rapproche du jaune ambré foncé, tandis que raffinée, elle ne présente aucune saveur et sa couleur est plutôt jaune pâle. Les jeunes feuilles de carthame peuvent se manger crues, en salade. Ce sont les pistils qui sont utilisés en teinturerie ou comme mauvais substitut au safran.

Le 26 juillet 1909, à Barcelone, début de « La Setmana tràgica » ou « La Semana tragica » (La Semaine Tragique). Pour protester contre un décret (du 11 juillet) qui mobilise les réservistes, et contre l’envoi de troupes au Maroc, l’organisation « Solidaridad Obrera » lance un appel à la grève générale. Le mouvement se setmana_09transforme alors en émeutes, la loi martiale est proclamée, des barricades se dressent dans les rues et des affrontements ont lieu avec l’armée (104 civils, 4 soldats et 4 membres de la Croix Rouge trouveront la mort). L’Église, principal soutien de la réaction, est alors visée par les émeutiers; 18 églises, 49 couvents ou collèges religieux sont la proie des flammes. La monarchie cléricale se déchaîne alors contre les anarchistes, et le pédagogue libertaire Francisco Ferrer, victime d’une machination, sera fusillé le 13 octobre, après avoir été désigné comme responsable de ces événements. C’est-y pas malheureux ça, madame Michu ?

Allez, merci encore d’être passé par ici; portez vous bien et à demain peut-être.

Barcelone…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, , , ,

Amis de la pensée libertaire et de la tisane réunies, bonjour ! Après une courte interruption pour cause de vacances ibériques et de flemmingite aigüe, ce blog reprend force et vigueur. Nous voici le lundi 20 juillet 2015 c’est à dire le 2 de Bouillon_blanc-225x300thermidor qui est comme chacun le sait le jour du bouillon-blanc. C’est une plante appelée Molène (rien à voir avec notre ile du ponant). La molène est sans doute l’une des plus anciennes plantes médicinales au monde. Ses fleurs entrent dans la composition de la célèbre tisane des quatre fleurs utilisée de longue date et de nos jours encore. En fait on devrait dire des sept fleurs: mauve, guimauve, gnaphale, tussilage, coquelicot,violette et bouillon-blanc. Le bouillon-blanc seul en infusion est également réputé pour résorber les petites irritations anales. Alors, ça vous chatouille ou ça vous gratouille ? A noter que les espagnols la nomment Gordolobo, mot à mot gros loup, en fait déformation du latin populaire coda lupi « queue de loup ».

Or donc, vous le savez maintenant, ma fiancée m’a entraîné et trainé, jusqu’en Catalogne au prétexte de mener une étude comparative des sangrias, paellas et autres zarzuellas. Et bien non, la Catalogne ce n’est pas seulement Dali et Gaudi, Costa-Brava et séguedilles ! Si dans la moiteur étouffante d’un après-midi de juillet, au fond d’une ruelle en ruine de Corbera Corbera-de-Ebred’Ebre, vous croisez un chien (Andalou) efflanqué, voyez-y l’âme errante de Durruti, d’Ascaso, de Benito Navarro ou bien encore de Puig Antich à moins que se ne soit celle de Carles Fonserè en compagnie de Lucia Sanchez Saornil… La liste serait trop longue si il fallait citer tous ceux qui ont écrit ici, en lettres de sang, l’histoire de l’anarchisme espagnol. Dans ce village écrasé par les bombes, ne subsistent que 26 lettres construites avec les pierres des anciennes maisons, chacune assortie d’un poème et dont l’ensemble forme l’ Abecedari de la libertad.

Durant l’été 1938, Franco est en passe de réussir à couper le territoire républicain en deux parties. Dans la nuit du 25 au 26 juillet, l’armée de l’Èbre franchit le fleuve en plusieurs points et s’enfonce rapidement en territoire franquiste. Cette colonneoffensive constitue le dernier espoir de la République. Mais malgré quelques succès la situation va tourner en faveur des troupes de Franco. L’assaut final sera lancé en octobre sur la serra de Cavalls et la bataille s’achèvera en novembre. En arrivant de Tortosa par la route, le décor dramatique et tourmenté des terres longeant l’Èbre permet d’imaginer sans peine la difficulté des combats; on évoque 150 000 morts. Non, madame Michu, la Catalogne ce n’est pas seulement la Sagrada Familia et le palais Güell…

Allez, ravi de vous retrouver, portez vous bien et à demain peut-être.

 

La sainte famille…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, ,

Amis de la Libre pensée et du kouign amann réunis, bonjour ! Réjouissez vous il ne reste plus que 207 jours avant le réveillon… Pour l’heure, nous sommes le vendredi 07 juin 2013, 19è jour de Prairial dédié au tilleul. Alors si vos nuits sont moins belles que vos jours, n’hésitez pas à abuser de la tisane.

Je voulais profiter de ce 7 juin pour évoquer rapidement la mort accidentelle DownloadedFile(renversé par un tramway le 7 juin 1926) d’un des plus grands architectes que le monde ait connu: Antoni Gaudi I Cornet plus communément appelé GAUDI. Pour démontrer, s’il le fallait, que les colonnes des « cénobites tranquilles » ne s’ouvrent pas exclusivement aux mécréants, athées, libres penseurs et autres graines d’ananar… Quelques illuminés de génie, inspirés par Dieux et Diables, y trouvent aussi leur place.

Ce catalan, car il était catalan avant d’être espagnol, a laissé une oeuvresagrada_anarchiste monumentale qui a transformé à jamais l’art majeur de l’architecture. Controversée peut-être mais géniale surement. Il suffit de se promener dans les rues de Barcelone pour s’en convaincre. Depuis le dragon du parc Güell, emblématique de son oeuvre, jusqu’à la Sagrada Familia, toujours en chantier 13O ans après la pose de la première pierre, on ne cesse d’être étonné, surpris, bouleversé, par une telle générosité de l’artiste. On se demande par exemple ce que vient faire dans sa cathédrale cette « sculpture d’un terroriste poseur de bombe inspiré par le diable » …

 

Après s’être inspiré des plus grands comme Viollet-Le-duc, finalement, la 53902519_ptrajectoire de Gaudí aboutit à son étape la plus personnelle, avec un style naturaliste, individuel, organique, qui trouve son inspiration dans la nature; c’est dans ce style qu’il réalisa ses œuvres majeures. On lui doit le « Modernissmo », l’art nouveau Catalan. Il puise son inspiration dans les montagnes, les grottes, à la recherche de formes « anarchiquement géométriques ». La voute de la Sagrada familia en est un parfait exemple (photo de gauche). L’artiste est plus ou moins tombé dans l’oubli au début du siècle dernier car il n’a jamais créé d’école, ne s’est pas consacré à l’enseignement et n’a pratiquement laissé aucun écrit.

Bon, je n’ai pas la compétence nécessaire pour faire un cours d’architecture alors, si vos pas vous mènent un jour vers Barcelone, prenez le temps de flâner dans les rues, les parcs, vous découvrirez avec ravissement l’oeuvre de ce grand bonhomme, aujourd’hui salué par tous. Et, merci pour la carte postale.

En attendant que la tisane fasse son effet, acceptez mes remerciements pour avoir consacré un peu de votre temps à ce blog d’humeur et d’humour. Portez vous bien et à demain peut-être.

 

Sagrada Anarchista…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, , , ,

Amis de l’imprécation et du tilleul-menthe réunis, bonjour !

Nous sommes le jeudi 07 juin, 19è jour de Prairial dédié au Tilleul.

En Allemagne et notamment à Limmersdorf et Peesten on rencontre  des Tilleul à danser (Tanzlinde) dans lesquels se trouvent des pistes de danse (ou des passerelles). Des escaliers taillés dans le tronc ou d’autres en colimaçon permettent d’y accéder. La plupart ont aujourd’hui disparu, toutefois il est possible d’en rencontrer en Bavière.

Lors des célébrations, le tilleul devenait le centre des festivités : les villageois le décoraient et dansaient autour de son tronc à l’occasion d’un mariage. En effet, les jeunes mariés venaient danser à l’intérieur de l’octogone ou sur les pistes de bois et se souhaitaient bonheur et amour. Une autre festivité voulait que l’on fête le printemps et la nature au mois de mai autour de ces arbres (vivants ou abattus pour l’occasion) sur la place du village. Ces arbres était appelés des « mais ». En France, l’usage de ces mais a évolué pour se transformer en Arbre de la Liberté pour les sans-culottes.

Tout à fait autre chose.

Le 7 juin 1896, à Barcelone, en pleine répression anti-anarchiste (où des centaines de personnes sont soumises à la torture dans la prison de Montjuich), une bombe explose au milieu d’une procession religieuse du Corpus Christi, rue Cambios-Nuevos, où défile le capitaine général.
Une douzaine de personnes trouve la mort dans l’explosion et on dénombre une trentaine de blessés. Cinq anarchistes rendus responsable de cet attentat seront fusillés le 04 mai 1897 et des centaines d’autres arrêtés et torturés. Aujourd’hui, les touriste se pressent pour visiter la « Sagrada Familia » de l’architecte Gaudi, mais vont-ils remarquer cette étrange oeuvre que l’auteur avait intitulée « Sculpture d’un terroriste poseur de bombe inspiré par le diable »…

Allez, merci de votre visite, portez vous bien et à demain peut-être.

 

 

 



 

ARCHI TROP BIEN…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,


Amis
de la Libre pensée et du kouign amann réunis, bonjour ! Rejouissez
vous il ne r
este plus que 207 jours avant le réveillon…Nous somme
le 19 de Prairial et c’est le jour du tilleul alors si vos nuits sont
moins belles que vos jours, n’hésitez pas à abuser de la tisane.



Je
voulais profiter de ce 7 juin pour évoquer rapidement la mort
accidentelle (renversé par un tramway le 7 juin 1926) d’un des plus
grands architectes que le monde ait connu: Antoni Gaudi I Cornet plus
communément appe
lé GAUDI. Pour démontrer, s’il le fallait, que les colonnes des « cénobites tranquilles » ne s’ouvrent pas exclusivement aux mécréants, athées, libres penseurs et autres graines d’ananar…

Ce
Catalan, car il était Catalan avant d’être Espagnol, a laissé une
oeuvre monumentale qui a transformé à jamais l’art majeur de
l’architecture. Controversée peut-être mais géniale surement. Il
suffit de se promener dans les rues de Barcelone pour s’en
convaincre.

Depuis le dragon du parc Güell (ici à gauche), emblématique de son
oeuvre, jusqu’à la Sagrada Familia, on ne cesse d’être étonné,
surpris, bouleversé, par une telle générosité de l’artiste.

Après
s’être inspiré des plus grands comme Viollet-Le-duc, finalement, la
trajectoire de Gaudí aboutit à son étape la plus personnelle, avec
un style naturaliste, individuel, organique, qui trouve son
inspiration dans la nature; c’est dans ce style qu’il réalisa ses
œuvres majeures. On lui doit le « Modernissmo », l’art
nouveau Catalan. Il puise son inspiration dans les montagnes, les
grottes, à la recherche de formes « anarchiquement
géométriques ». La voute de la Sagrada familia en est un
parfait exemple (photo de droite).

L‘artiste est plus ou moins tombé dans l’oubli au
début du siècle dernier car il n’a jamais créé d’école, ne s’est
pas consacré à l’enseignement et n’a pratiquement laissé aucun
écrit.

Bon, je n’ai pas la compétence nécessaire pour faire un cours d’architecture alors, si vos pas vous mènent un jour vers Barcelone, prenez le temps de flâner dans les rues, les parcs, vous découvrirez avec ravissement l’oeuvre de ce grand bonhomme, aujourd’hui salué par tous. Et, merci pour la carte postale.

En attendant que la tisane fasse son effet, acceptez mes remerciements pour avoir consacré un peu de votre temps à ce blog d’humeur et d’humour. Portez vous bien et à demain peut-être.