Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Atramenta”

Page 1 de 1

Hors des sentiers battus…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, , ,

Amis du surréalisme et de l’escalope saltimbocca réunis bonjour ! Ce Mardi 28 janvier 2020 nous prouve qu’irrémédiablement, on se rapproche de la fin du mois… En effet, nous sommes le 9è jour de pluviôse, généralement dédié au peuplier. Comment ne pas avoir une pensée pour (et de) Pierre Dac: Un seul hêtre vous manque et tout est peuplier… Je l’attribue à Pierre Dac mais pierre Dactrès franchement je ne saurai l’attester. C’est peut-être bien le facteur Cheval ou le douanier Rousseau ou le sapeur Camembert ou encore, la femme du boulanger, à moins que ce ne soit le soldat inconnu. Il en va des citations comme des objets trouvés, au bout de un an et un jour vous pouvez vous les approprier. En tous cas, elle n’est pas de moi et, à la vérité je m’en réjouis, car elle n’est pas franchement terrible. Vous avez évidemment remarqué, perspicaces lecteurs, qu’à chaque fois que j’utilise ce style amphigourique c’est que précisément, je n’ai rien à dire de particulier. Je pourrai bien sur me réfugier dans la poésie comme Michele Angelo Murgia qui écrivait dans Le cric: quand un petit objet vous manque, tout est dépeuplé… (disponible sur Atramenta – communauté littéraire en ligne) Voici un autre extrait de son œuvre:

C’était un jour pluvieux aussi sec  qu’à Gobi
MurgiaL’air était si glacé, et le soleil torride
J’avais mis mon manteau et dessus mon obi
Je transpirais de froid sur la lave sans ride
Je marchais en courant, lentement engourdi
Par le poids si léger d’un amour insipide
J’avançais, défaisant ce que j’avais ourdi
La nuit, tout en veillant, d’un sommeil impavide…

Étonnant, non ! Allez, voila pour aujourd’hui; à chaque jour suffit sa peine, de longs et pénibles efforts nous attendent encore. Portez vous bien et à bientôt peut-être.