Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Arthur”

Page 1 de 1

MERCI PATRON…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,


Amis
de mes amis et du petit salé aux lentilles réunis, bonjour !


Le
22 juillet correspond au 4 thermidor c’est à dire au jour consacré
par le calendrier Républicain à l’ivraie.

Séparer
le bon grain de l’ivraie…C’est quelque part dans les évangiles
mais j’avoue que je ne m’en souviens pas, le nouveau testament
peut-être. L’ivraie est une plante très commune de la famille des
graminées, utilisée comme fourrage et autrement nommée
« Ray-grass ». L’ivraie enivrante, Lolium temulentum,
est la seule graminée dont les graines sont toxiques pour l’homme.
Consommées en petite quantité, elles induisent des effets
comparables à l’ivresse, d’où son nom populaire.


La
mort elle, a sa façon bien particulière de séparer le bon grain de
l’ivraie…Je la soupçonne de se mélanger un peu les pinceaux.
Lundi j’évoquais ici même la disparition de Arthur, éditorialiste
dont j’appréciais le trait de plume, de plus c’était un voisin qui habitait Plougasnou. SINE a eu la bonne idée de
publier sur son blogue un texte de Arthur que ce dernier avait écrit
en apprenant sa maladie. Je ne résiste pas au plaisir de vous le
faire partager:

« J’aurais
pu mourir à cinq ans dans les brouillards soufrés des Dombes

j’aurais
pu mourir à dix ans dans les geoles des curés jésuites

j’aurais
pu mourir à vingt ans dans les djebels de l’Algérie

j’aurais
pu mourir à trente ans dans une tire vraiment pourrie

j’aurais
pu mourir à quarante sous les grenades des CRS

j’aurais
pu mourir à cinquante carbonisé par le travail

j’aurais
pu mourir à soixante liquéfié par un amour fou

mais
je vais mourir à septante d’un cancer placé au rectum !

Se
faire sodomiser par la dame à la faux

quel
calvaire inhumain pour un vieil hétéro !
»


Et
puis hier j’évoquais, à propos de Emile Pouget, le chantage exercé
par la direction de Général Motors pour reprendre l’usine de
Strasbourg. Ca n’a pas manqué et, à près de 70% la masse
laborieuse a dit OUI… Comme le disait ce cher Machiavel: « La
meilleure forteresse des tyrans, c’est l’inertie des peuples.
»

Et
GM, devant l’approbation des salariés en remet une couche. Non
seulement il y aura gel des salaires, supression d’un tiers de RTT
mais maintenant ils exigent l’annualisation du temps de travail. Et
alors, que croyez vous que déclare le délégué CFDT ? Un appel à
la grève générale !!! Pas du tout, il dit: « je suis très
déçu, on nous prend pour des gogos…
» Allez, rendez
vous dans un an quand l’annonce de la délocalisation surviendra. Le
gogo en question sera toujours délégué; il pourra toujours nous
parler de l’eau ferrugineuse.



Merci
encore de votre visite et de votre fidélité, portez vous bien et à
demain peut-être.

 

ARTHUR…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

Amis de la médecine libérale et de la soupe aux choux réunies, bonjour !


Au retour d’une très belle journée passée du côté de Lamballe entre pétanque et piscine (plus pétanque que piscine pour ce qui me concerne) je m’apprètais à vous narrer une de ces histoire qui font la réputation de ce blogue mais l’actualité s’impose.

Ce qui me navre ce matin c’est d’apprendre le décès de Arthur que cette p….. de maladie a fini par vaincre quasiment le même jour que Giraudeau. Attention, il ne s’agit pas d’Arthur ce guignol ectoplasmatique de la télé ni de l’autre avec ses minimoys, non mais de Arthur l’éditorialiste de Charlie, de Siné-hebdo, cofondateur de La gueule ouverte et qui se préparait à entrer dans l’aventure de ce nouvel hebdo satirique « La Mèche » à paraître début septembre.


Voici ce qu’il disait à l’époque où il découvrait le journalisme et le journal « la grosse Bertha », son avis sur l’affreux de France-Inter est des plus drôle.  « Philippe Val était une synthèse de Voltaire, Montaigne et Bernanos réunis. […] Chaque semaine, ses lecteurs éblouis découvraient la différence entre le Bien et le Mal, la gauche et la droite, fromage ou dessert, fumeur ou non-fumeur et Lagarde ou Michard. […] Mais aucun de ses subordonnés n’oubliera l’ambiance décontractée au Vittel-fraise qui régnait dans les réunions de rédaction où l’abbé Val marmottait ses patenôtres en attendant qu’une bonne âme lui suggère les idées qui lui venaient si péniblement à l’esprit. »

Allez, je vous laisse avec ce reportage sur l’équipe de « Sine hebdo » où on aperçoit Arthur. On se retrouvera demain peut-être pour de nouvelles aventures. Portez vous bien !