Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Armand Gatti”

Page 1 de 1

C’était un p’tit gars qui s’appelait Armand…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , , , , ,

Amis de l’entre-deux et du soufflé au fromage réunis, bonjour! Nous sommes le lundi 26 janvier 2015, 7è jour de pluviôse briquetdédié à l’Amadouvier. C’est une espèce de champignon dont on tirait le fameux amadou. Les plus anciens se souviennent des lampes et briquets à amadou que l’on appelait les briquets tempête et qui faisaient partie du barda militaire à une époque. J’en possédais un mais c’était surtout pour jouer le personnage du vieux breizhou…

Le 26 janvier 1924, naissance de Dante Sauveur Armand GATTI (dit Armand GATTI), à Monaco. Écrivain, cinéaste et dramaturge libertaire, auteur de plus de 40 pièces de théâtre.
Fils d’Augusto Gatti (1893-1939) balayeur anarchiste et d’une franciscaine. Armand fait des études au petit séminaire à gatti_armand_ecCannes, puis au lycée de Monaco d’où il se fait renvoyer. Il prépare son baccalauréat en effectuant des petits boulots parmi lesquels « sous-diacre » et crée sa première troupe de théâtre. En 1942, Armand s’engage dans la résistance et part dans le maquis en Corrèze. Arrêté en 1943, il est condamné à mort à Limoges, mais il est finalement déporté dans un camp de travail en Allemagne, à Lindemann, près de Hambourg, d’où il s’évadera. Il rejoint l’Angleterre, où il s’engage dans un régiment de parachutistes puis participe à la Libération d’Arnheim (Pays-Bas).

En 1945, il entre d’abord comme journaliste au « Parisien Libéré ». Devenu grand reporter, il effectue de nombreux voyages à travers le monde qui l’amènent à rencontrer : Fidel Castro, Ernesto Guevara, où encore Mao Tsé-Toung. Il reçoit le prix « Albert Londres »en 1954, avant de se consacrer au théâtre avec les encouragements de Jean Vilar, et au cinéma. En 1960, il réalise le film « L’Enclos ». En 1962, sa pièce « La vie imaginaire de l’éboueur Auguste G. » est montée au Théâtre de la Cité de Villeurbanne. En 1963 son film « El otro Cristobal » marker_gatti_vierny_tournage_lettre_de_siberie-cdrreprésente Cuba au festival de Cannes et obtient le prix de la critique. Une partie de son œuvre a pour thème la résistance et la déportation. Sa pièce « La passion du général Franco », écrite en 1965, sera interdite en France en 1968, sous la pression de l’Espagne Franquiste. Ici on le voit en compagnie de Chris Marker à l’occasion de son film Lettre de Sibérie.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.


En 1966, il fait la mise en scène de « Chant public devant deux chaises électriques » (Sacco-Vanzetti). En 1969, il s’installe à Berlin où il monte « L’interdiction de la passion du général Franco » qui sera suivie par de nombreuses autres pièces. En 1975, il est de retour en France où il poursuit sa création théâtrale. En 1980, sortie des premières versions de « La Parole errante » confrontation des trajets de tous les Gatti ayant existé, avec l’histoire, l’utopie et l’écriture. En 1983, à armand_gattiToulouse, il prend (pour trois ans) la direction de « L’Atelier de création populaire, l’Archéoptéryx ». En 1986, au Théâtre du Monument National à Montréal (Canada), il réalise la mise en scène de son texte « Opéra avec titre long », puis il dirige l’écriture de « Ulrike Meinhof » à Vienne (Autriche). En 1987, il installe, avec sa compagne Hélène Chatelain, « La Parole Errante » à Montreuil (Seine-Saint-Denis) qui devient un centre international de création. A noter qu’Hélène Chatelain qui est aussi cinéaste, comédienne, écrivaine et traductrice a réalisé un film sur Makhno en Ukraine « Nestor Makhno, un paysan d’Ukraine » (1995). Gatti joue son propre rôle dans le film d’Agnès Varda: Salut les cubains. extrait vidéo ci-dessus.
Armand Gatti a reçu de nombreux prix et distinctions pour son œuvre impressionnante. Une bibliothèque de théâtre porte son nom à La Seyne-sur-Mer. Sources:

Allez, merci encore de votre visite, portez vous bien et à demain peut-être.

Ecrivain et dramaturge libertaire auteur de plus de 40 pièces de théâtre.Son père, Gino Gatti, balayeur anarchiste, fut un compagnon de Cafiero, et participa aux luttes libertaires en Argentine.En 1942, Armand s’engage dans la résistance et part pour le maquis. Arrêté en 1943 et condamné à mort, il est finalement déporté en Allemagne, près de Hambourg, d’où il s’évadera. Il rejoint l’Angleterre, puis participe à la Libération.Il travaille ensuite comme journaliste (il reçoit le prix Albert Londres en 1954), avant de se consacrer au théâtre. Une partie de son oeuvre a pour thème la résistance et la déportation. Sa pièce « La passion du général Franco », écrite en 1968, sera interdite en France, sous la pression de l’Espagne Franquiste.

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

,


Amis de la parole engagée et du foie de veau aux cerises réunis, bonjour !

Ne dites pas que vous n’étiez pas prévenus…On n’y prend pas garde et, le temps de se 1968, sera interdite en France, sous la pression de l'Espagne
Franquiste.">
retourner, on se retrouve le 26 janvier, 7è jour de pluviôse, dédié à 1968, sera interdite en France, sous la pression de l'Espagne
Franquiste.">
l’amadouvier.
Comme dirait Pérec, je me souviens des briquets « amadou » que l’on appelait aussi briquets tempête, on achetait la mèche au mètre. L’amadou étant extrait de ce champignon qui parasite platane, bouleau et autres feuillus de nos contrées.

Tout à fait autre chose.

Le
26 janvier 1924
, naissance de
Dante
Sauveur Armand GATTI

(dit Armand GATTI), à Monaco.

Ecrivain et dramaturge libertaire
auteur de plus de 40 pièces de théâtre.
Son père, Gino Gatti,
balayeur anarchiste, fut un compagnon de Cafiero, et participa aux
luttes libertaires en Argentine.
En 1942, Armand s’engage dans la
résistance et part pour le maquis. Arrêté en 1943 et condamné à
mort, il est finalement déporté en Allemagne, près de Hambourg,
d’où il s’évadera. Il rejoint l’Angleterre, puis participe à la
Libération. 1968, sera interdite en France, sous la pression de l'Espagne
Franquiste.">

Il travaille ensuite comme journaliste (il reçoit le
prix Albert Londres en 1954), avant de se consacrer au théâtre. Une
partie de son oeuvre a pour thème la résistance et la déportation.
Sa pièce « La passion du général Franco », écrite en
1968, sera interdite en France, sous la pression de l’Espagne
Franquiste.

Marc
Kravetz
(journaliste à France-culture) a réalisé une biographie de l’homme à la fois mystérieux
et transparent qui tient du petit chef d’oeuvre. En voici quelques
extraits: « Bon élève (dissipé) du petit séminaire ;
résistant, condamné à mort (gracié en raison de son âge) ;
déporté (évadé) ; parachutiste (médaillé) ; journaliste
(couronné du Prix Albert Londres) au Parisien Libéré puis à
Paris-Match, France Observateur, L’Express (ancienne formule) et
Libération (l’autre, celui de la Résistance) ; cinéaste (consacré
dès son premier film – L’enclos -, ignoré dès le second – L’autre
Cristobal -, exilé pour le troisième – Le passage de l’Ébre -,
interdit de caméra pour 1968, sera interdite en France, sous la pression de l'Espagne
Franquiste.">
beaucoup d’autres – une dizaine) ;
écrivain-dramaturge-metteur en scène (célèbre et célébré : La
vie imaginaire de l’éboueur Auguste G., Chant public devant deux
chaises électriques, V comme Vietnam, Les treize soleils de la rue
Saint-Blaise, Le cheval qui se suicide par le feu, plus un nombre
considérable de pièces, le tout joué un peu partout sur la planète
et quelques rares fois en France) ; voyageur (Sibérie, Chine, Corée,
Japon, Guatemala, Nicaragua, Costa-Rica, Allemagne, Irlande) – ici on
s’en tient aux déplacements qui ont donné lieu ensuite à des
reportages, livres, pièces de théâtre ou films ; écrivain public
itinérant et vidéographe (en compagnie de la Tribu, du
Brabant-Wallon à Montbéliard, de Ris-Orangis à l’Isle d’Abeau avec
crochet par Saint-Nazaire prolongé d’une pointe en Avignon et
Marseille avant un rebond à Strasbourg. » Marc Kravetz disait
de lui: « …Il est plus difficile de raconter Gatti que de
peindre l’oiseau de Prévert ! »

En voila un qui va rejoindre ses prédécesseurs dans notre galerie de portraits.

Allez, merci à vous d’avoir fait le détour par « les cénobites tranquilles », je sais que votre temps est précieux (pure démagogie) n’hésitez pas à revenir, c’est ouvert tous les jours. En attendant portez vous bien, à demain peut-être et, n’oubliez pas: Indignez vous !