Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Aristote”

Page 1 de 1

DE SOLON A GOLDMAN-SACHS…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , , , ,

 

Amis de la démocratie et du pâté d’alouette réunis, bonjour !

C‘est aujourd’hui le 23 juin, jour anniversaire de ma filleule Salomé que j’adore, tellement qu’elle est belle, tellement qu’elle est intelligente, tellement qu’elle fait du cheval comme d’autres font de la trottinette… Quinze ans déjà, que cela passe vite quinze ans, comme disait le poète. J’aurai voulu parler d’espoir, d’avenir, de projets, d’insouciance, bref de toutes ces choses qui devraient illuminer le ciel d’une adolescente. Et puis, patatras, je tombe sur ce texte, un appel à la solidarité des grecs à l’initiative de Mikis Théodorakis et je ne résiste pas au désir de vous en livrer un extrait.

 

« La démocratie est née à Athènes quand Solon a annulé les dettes des pauvres envers les riches. Il ne faut pas autoriser aujourd’hui les banques à détruire la démocratie européenne, à extorquer les sommes gigantesques qu’elles ont elle-même générées sous forme de dettes. Comment peut-on proposer un ancien collaborateur de la Goldman Sachs pour diriger la Banque centrale européenne ? De quelle sorte de gouvernements, de quelle sorte de politiciens disposons-nous en Europe ?
Nous ne vous demandons pas de soutenir notre combat par solidarité, ni parce que notre territoire a été le berceau de Platon et Aristote, Périclès et Protagoras, des concepts de démocratie, de liberté et d’Europe.

Nous ne vous demandons pas un traitement de faveur parce que nous avons subi, en tant que pays, l’une des pires catastrophes européennes aux cours des années 1940 et nous avons lutté de façon exemplaire pour que le fascisme ne s’installe pas sur le continent.

Nous vous demandons de le faire dans votre propre intérêt. Si vous autorisez aujourd’hui le sacrifice des sociétés grecque, irlandaise, portugaise et espagnole sur l’autel de la dette et des banques, ce sera bientôt votre tour. Vous ne prospérerez pas au milieu des ruines des sociétés européennes. Nous avons tardé de notre côté, mais nous nous sommes réveillés. Bâtissons ensemble une Europe nouvelle ; une Europe démocratique, prospère, pacifique, digne de son histoire, de ses luttes et de son esprit. Résistez au totalitarisme des marchés qui menace de démanteler l’Europe en la transformant en tiers-monde, qui monte les peuples européens les uns contre les autres, qui détruit notre continent en suscitant le retour du fascisme. »

 

Espérons avec Moustaki qu’il soit encore temps…

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

DE CORDOUE A St COULITZ…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Amis de la sécularisation et de la fraise Tagada réunies, bonjour !

En ce 10 décembre, 20è jour de frimaire dédié à cet outil que l’on nomme hoyau (« N’allez pas croire que Pomone et Vertumne vous
sachent beaucoup de gré d’avoir sauté en leur honneur […] il n’y a
d’autre Pomone ni d’autre Vertumne que la bêche et le hoyau du
jardinier. — Voltaire ), les britophones vont célébrer Saint Koulitzh. Pas grand chose à dire sur ce énième évêque du VIè siècle si ce n’est qu’il à légué son nom à la charmante commune de St Coulitz dans le Finistère. Commune qui se choisit pour maire un enfant noir issu de l’immigration: Kofi Yamgnane. A l’heure où le débat sur l’intégration remplit les colonnes des gazettes, c’était à noter.

Le 10 décembre 1198 voit la disparition de Abu’l-Walid Muhammad ibn Rouchd de Cordoue plus connu sous le nom de Averroès.
Certains vont jusqu’à le décrire comme l’un des pères fondateurs de la pensée Laïque en Europe de l’Ouest.

Son ouverture d’esprit et sa modernité déplaisent aux autorités musulmanes de l’époque, qui l’exilent comme Hérétique,
et ordonnent que ses livres soient brûlés. Il demeura profondément
méconnu de son vivant. Il commenta abondamment et brillamment les œuvres d’Aristote: aussi les théologiens latins le nommaient-ils Le Commentateur. Il a écrit trois types de commentaires : les Grands, les Moyens et les
Abrégés. Il apparaît comme l’aristotélicien le plus fidèle des
commentateurs médiévaux. C’est l’un des plus grands penseurs de l’Espagne musulmane. Médecin,
mathématicien, il s’intéresse surtout à la théologie et à la
philosophie. Il commente les œuvres d’Aristote et cherche à séparer
clairement la foi et la science. Ce projet inquiète les musulmans
traditionalistes, mais va trouver un écho en Occident.

La philosophie politique d’Averroès est alors interprétée non pas comme
révolutionnaire (il ne s’agit pas de renverser un quelconque pouvoir
établi), ni comme conservatrice (il ne s’agit pas d’instaurer ou de
perpétuer une Théocratie
religieuse ou philosophique), mais comme réformatrice : l’intellect
exige de séparer le temporel du religieux, et la société humaine a pour
but ultime la connaissance et la sagesse. Il s’agit d’une forme
primitive de Laïcité. Le philosophe allemand Ernst Bloch, marxiste hétérodoxe (en marge du marxisme
traditionnel), lit la philosophie d’Averroès. Pour lui, la principale
thèse qui fait d’Averroès un révolutionnaire est l’idée que la matière
contient en elle-même tous les possibles. Cette thèse, héritée d’Aristote, fut reprise selon l’auteur par Avicenne, puis par Averroès lui-même, et aurait influencé ensuite Giordano Bruno et Goethe.

Georges Sarton: « « Averroès doit sa grandeur à l’énorme remue-ménage qu’il a provoqué
dans l’esprit des hommes pendant des siècles. L’histoire de l’Averroisme s’étale sur une période de quatre siècles jusqu’à la fin du XVIè siècle, cette période mérite peut-être plus que toute autre d’être appelée le Moyen âge, car elle est la véritable transition entre les méthodes anciennes et modernes ». Pour ceux qui voudraient aller plus loin, ils peuvent lire le bouquin de Jacques Attali: La confrérie des Eveillés.Biographies romancées et croisées de Averroès et Maïmonide.

C‘est pas intello ça mon coco ? Allez portez vous bien et à demain peut-être.