Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Ana Dumitrescu”

Page 1 de 1

Ordo ab Chaos…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, ,

Amis de la France qui manifeste et du roti de porc au lait réunis, bonjour !

Ce lundi 15 octobre correspond au 24 de Vendémiaire qui est le jour de l’amaryllis, magnifique fleur qui a donné son nom à un bistro Rennais dans lequel nous avons éclusé quelques chopines…

 

L‘économie est en crise, le trou de la sécu est abyssal, les caisses de retraites sont vides, bref, c’est la chienlit. Combien de fois faudra t-il vous le répéter: IL N’Y A PAS D’ARGENT… Enfin, pas pour vous.

Si vous en avez l’occasion, allez voir KHAOS film documentaire de Ana Dumitrescu. Fil conducteur de ce documentaire, Panagiotis Grigoriou, historien, anthropologue et blogueur de guerre économique, nous accompagne et partage sa perception des événements et de la situation.
Dimitris pense peut-être à partir si un jour il y est forcé alors que Demosthène discute sur la politique française. Marcy, elle, a organisé un mode de fonctionnement de crise alors que les agriculteurs ne savent pas encore s’ils pourront continuer à semer. Katherina a vu son salaire se réduire de moitié et Giorgos a vu éclater les acquis sociaux tués par le mémorandum.
A travers ces visages, vous allez découvrir une Grèce loin des clichés véhiculés, loin de l’image qu’on s’en imagine.
Du marin pêcheur au tagueur politique, au rythme du jazz et du rap, sur les routes de Trikala en passant par Athènes et l’île de Kea, c’est un voyage à travers l’âme d’un pays qui vous emmène dans une réflexion sur la situation critique de la crise actuelle. La réalisatrice n’a pas voulu de scénario préalable. Elle a procédé par immersion, voyageant dans la Grèce d’Athènes, de la province et des îles, en compagnie d’un blogueur et ethnologue francophone, Panagiotis Grigoriou. Elle a multiplié les rencontres et les interviews dans tous les milieux sociaux et dans tous les métiers : assez pour penser donner véritablement la parole au peuple grec. (visible jusqu’àu mardi 16 au St Hélier à Rennes)

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.