Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Alphonse Allais”

Page 1 de 1

Jude, Alphonse, Erik et les autres…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, ,

Amis de l’absurdie et du pain au chocolat réunis, bonjour !

Nous voici donc réunis en ce dimanche 28 octobre 2012, 7è jour de Brumaire dédié à la figue, pour célébrer les JUDE (c’est Jude son prénom). « Apprenons de ce saint apôtre Jude à demeurer en repos, non sur l’évidence d’une réponse précise, mais sur l’impénétrable hauteur d’une vérité cachée ». dixit: Bossuet c’est beau comme du Morano… On dit que c’est le patron des causes perdues; dommage qu’elles soient davantage perdues pour les ouvriers que pour les patrons. J’en profite donc pour souhaîter une bonne fête à mon aîné que ses pérégrinations professionnelles ont conduit chez les émirs en lui dédicaçant cette chanson culte.

Et puisque ce billet s’ouvre sous le signe de l’absurde, continuons. Sans doute ai-je déjà évoqué ici mon amour immodéré pour la ville de Honfleur; à cause de Satie et des tendres souvenirs glanés avec ma belle amie mais aussi pour avoir donné le jour à ce grand humoriste qu’était Alphonse ALLAIS, décédé un 28 octobre en 1905.

Célèbre pour sa plume acerbe et son humour absurde, il fut pionnier de la peinture abstraite. On lui doit notamment « Récolte de la tomate sur le bord de la mer Rouge par des cardinaux apoplectiques » présentés au Salon des arts incohérents, précédent d’une génération le Carré blanc sur fond blanc de Kasimir Malevitch, généralement considéré comme le premier exemple en la matière. Il est aussi, l’auteur de la première composition musicale minimaliste : sa  Marche Funèbre composée pour les Funérailles d’un grand homme sourd, est une page de composition vierge, parce que « les grandes douleurs sont muettes ».

Alphonse Allais a composé des centaines de contes humoristiques, tous ou presque écrits dans l’urgence. Poète autant qu’humoriste, il a cultivé entre autres le poème holorime, c’est-à-dire constitué de vers entièrement homophones, où la rime est constituée par la totalité du vers. Exemple :

« Par les bois du djinn où s’entasse de l’effroi. Parle et bois du gin ou cent tasses de lait froid. »

Alphonse Allais et Erik Satie sont nés dans la même rue de Honfleur à quelques mètres de distance. Il se sont rencontrés au cabaret Le chat noir, le premier avait surnommé l’autre L’ésotérik Satie. L’Association des amis d’Alphonse Allais (AAAA) est une organisation regroupant des personnes qui apprécient l’humour d’Alphonse Allais. Elle a son siège au Petit musée d’Alphonse à Honfleur. Alphonse Allais appartenait au club des hydropathes dont l’objectif premier était de célébrer la littérature et en particulier la poésie : les participants déclamaient leurs vers ou leur prose à haute voix devant l’assistance lors des séances du vendredi soir. Mais les membres professaient également le rejet de l’eau comme boisson au bénéfice du vin. On y retrouve Charles Cros, Jules Laforgue ou Maurice Mac-Nab. Que du beau monde !

Pour finir en beauté, quelques citations: On étouffe ici, permettez moi d’ouvrir une parenthèse. Ou encore: il était Normand par sa mère et Breton par un ami de son père.

L‘humour, la dérision, l’absurde, voilà bien des denrées en voie de disparition tant les hommes d’aujourd’hui veulent se prendre au sérieux. Allez, merci encore pour cette visite inopinée, je ne m’y attendais vraiment pas, portez vous bien et à demain peut-être.

 

LE FAKE SIMILE…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, , ,

Amis de l’instruction pour tous et de la poule-au-pot réunies, bonjour !

Nous sommes le vendredi 02 mars, douzième jour de ventôse, dédié à l’Orme.

 

Entre 1500 et 2000 classes en moins dans les écoles a la rentrée 2012. 24000 places de plus dans les prisons d’ici 2014. Cette situation d’actualité qui fait la Une de certains journaux a vu fleurir ici et là, en guise d’illustration, une citation que d’aucun attribue à Victor HUGO.

« L’homme a un tyran, l’ignorance (…) ouvrez une école et vous fermerez une prison »

Si la première partie de la citation ne laisse aucune place au doute (elle est présente dans un dialogue de « Les Misérables ») la deuxième partie, devenue slogan, a suscité tout au long du XXe siècle l’interrogation des hugoliens, et pour cause, car elle ne se trouve nulle part dans l’œuvre de Victor Hugo. Citée sous diverses formes, à l’infinitif, à l’impératif au présent de l’indicatif, avec des variantes, elle est la plupart du temps attribuée à Hugo par ses partisans comme par ses adversaire.


Or, plus on remonte dans le temps, plus les sources de cette formule diffèrent : le ministre de l’Instruction publique Victor Duruy en 1865, le médiéviste et député des Hautes-Pyrénées Achille Jubinal en 1868, une expression à la mode et sans auteur particulier en 1869, l’écrivain et homme politique britannique Thomas Macaulay en 1886.
En réalité, la solution de ce problème se trouve sans doute dans le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle de
Pierre Larousse, qui, aux tomes VII (article « ECOLE », 1870) et XIII (article « PRISON », 1875), donne cette citation de Louis Jourdan : « Ouvrir une école aujourd’hui, c’est fermer une prison dans vingt ans. » Larousse n’étant guère avare en citations hugoliennes, il semble bien que Louis-Charles Jourdan (1810-1881), rédacteur au Siècle, soit l’auteur véritable de la formule. Sources:Armand Erchadi

Ainsi vont les choses, vite, très vite, on cite Machin qui a « retweetez » le billet de Truc qui lui même l’a copié sur le mur FB de Untel qui le tenait de Chose et bien sur, de source sûre… «Répétez un mensonge mille fois, il restera un mensonge, répétez le dix mille fois, il deviendra une vérité» Il faut dire que celui à qui l’on doit cette citation en connaissait un rayon : Joseph Goebbels – ministre de la propagande du Reich…

 

Ceci étant, et toute chose égale par ailleurs, madame Michu, vous connaissez le caractère iconoclaste de ce blog, voilà pourquoi, à propos de citation et d’école, je préfère nettement celle de Alphonse Allais : « on devrait pouvoir ouvrir des écoles pour professeurs inadaptés. »

Allez, je vois que vous vous habituez au nouveau site, merci de diffuser la nouvelle adresse autour de vous, portez vous bien et à demain peut-être.

SACRE ALPHONSE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis de l’absurdie et du curry (de
Camaret) réunis, bonjour !


Puisque nous sommes le 28 octobre,
célébrons les JUDE comme il se doit. C’est le saint protecteur des
causes désespérées pour les catholiques, à l’instar de Sainte
Rita. Il est le saint patron des causes perdues, celui qui continue
quand plus rien ne retient, à part l’espoir et la foi d’aller au
bout de ces espoirs… Nos syndicalistes vont peut-être se retourner
vers lui par les temps qui courent. Permettez moi davoir une pensée
toute particulière et toute paternelle pour un Jude qui se trouve
outre Atlantique dans ce berceau du jazz qu’est Chicago.


Et puisque ce billet s’ouvre sous le
signe de l’absurde, continuons. Sans doute ai-je déjà évoqué ici
mon amour immodéré pour la ville de Honfleur; à cause de Satie et
des tendres souvenirs glanés avec ma belle amie mais aussi pour
avoir donné le jour à ce grand humoriste qu’était Alphonse ALLAIS,
décédé un 28 octobre en 1905.

Célèbre pour sa plume acerbe et son
humour absurde, il fut pionnier de la peinture abstraite. On lui doit
notamment « Récolte de la tomate sur le bord de la mer
Rouge par des cardinaux apoplectiques »
présentés au
Salon des arts incohérents, précédent d’une génération le Carré
blanc sur fond blanc
de Kasimir Malevitch, généralement
considéré comme le premier exemple en la matière. Il est aussi,
l’auteur de la première composition musicale minimaliste : sa
Marche Funèbre composée pour les Funérailles d’un grand homme
sourd
, est une page de composition vierge, parce que « les
grandes douleurs sont muettes ».

Alphonse Allais a composé des centaines de contes humoristiques,
tous ou presque écrits dans l’urgence. Poète autant qu’humoriste,
il a cultivé entre autres le poème holorime, c’est-à-dire
constitué de vers entièrement homophones, où la rime est
constituée par la totalité du vers. Exemple :

« Par les bois du djinn où s’entasse de l’effroi,

Parle et bois du gin ou cent tasses de lait froid. »


Alphonse Allais et Erik Satie sont nés dans la même rue de Honfleur
à quelques mètres de distance. Il se sont rencontrés au cabaret Le
chat noir
, le premier avait surnommé l’autre L’ésotérik Satie.
L’Association des amis d’Alphonse Allais (AAAA) est une organisation
regroupant des personnes qui apprécient l’humour d’Alphonse Allais.
Elle a son siège au Petit musée d’Alphonse à Honfleur. Alphonse
Allais appartenait au club des hydropathes dont l’objectif premier
était de célébrer la littérature et en particulier la poésie :
les participants déclamaient leurs vers ou leur prose à haute voix
devant l’assistance lors des séances du vendredi soir. Mais les
membres professaient également le rejet de l’eau comme boisson au
bénéfice du vin. On y retrouve Charles Cros, Jules Laforgue ou
Maurice Mac-Nab. Que du beau monde !

Pour finir en beauté, quelques citations: On étouffe ici, permettez moi d’ouvrir une parenthèse. Ou encore: il était Normand par sa mère et Breton par un ami de son père.


L‘humour, la dérision, l’absurde,
voilà bien des denrées en voie de disparition tant les hommes
d’aujourd’hui veulent se prendre au sérieux. Allez, merci encore
pour cette visite inopinée, je ne m’y attendais vraiment pas, portez
vous bien et à demain peut-être.