Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “Afrin”

Page 1 de 1

Afrin, un silence assourdissant…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Amis du charme slave et de la salade niçoise réunis, bonjour! Nous sommes donc le Lundi 26 mars 2018, sixième jour de germinal dédié à la bette. A ne pas confondre avec le jour de la bête (666). Très utilisées dans la cuisine niçoise, toutes les parties de la plante se consomment : les feuilles hachées entrent dans la composition de la tourte de blettes, des raviolis et du célèbre tian. La partie verte remplace les usages que l’on fait ailleurs des épinards et les côtes s’accommodent de plusieurs manières : à la vapeur avec un filet de citron, frites ou en gratin avec une sauce béchamel.

Dimanche 18 mars 2018, après presque soixante jours de résistance pied à pied, les Forces démocratiques syriennes ont préféré abandonner la ville d’Afrîn devant la puissance de feu de l’armée turque et de ses supplétifs islamistes.  Cette tragédie n’aurait pas été possible sans la complicité ou la neutralité des États impérialistes qui interviennent en Syrie : Moscou a donné son feu encore mercivert à l’opération d’Ankara ; Paris et Washington ont déclaré « comprendre » leur allié dans l’Otan, lui demandant simplement d’agir « avec retenue ». La France et l’Union européenne ont conclu un pacte ignoble avec Erdogan, le finançant pour qu’il interdise aux migrants l’entrée en Europe. Les FDS ont choisi d’abandonner la ville d’Afrîn, parce qu’elle était sur le point d’être encerclée et privée d’approvisionnement en eau. Sans doute aussi pour lui éviter la destruction qu’ont connue Kobanê ou certaines villes du Kurdistan turc comme Cizre, dévastées par l’armée d’ Erdogan. Ils ont promis de livrer aux troupes d’occupation turques et islamistes une guerre de guérilla dans les montagnes environnant Afrîn.

Ainsi va le Monde des marchands de canons ! Chacun (ou presque) s’encourage à voter des sanctions contre Bachar, contre le gominé de Corée du Nord, contre le grand méchant loup des steppes Russes mais…Un silence assourdissant règne sur les atrocités diligentées par le dictateur fasciste islamisant Erdogan; pas un mot qui pourrait heurter la sensibilité de Bibi Netanyahou et sa politique mortifère à tireuse kurdel’égard des palestiniens; pas plus qu’on ne condamne l’Arabie Saoudite quand elle s’applique à bombarder les populations civiles du Yémen… Les kurdes nous ont donné une leçon de courage dans leur engagement dans la lutte contre le soi-disant Etat islamique. En guise de remerciement ils se font canarder dans l’indifférence de la communauté internationale. Ite missa est. Ces jeunes femmes kurdes, fusil en main, me rappelle les combattantes espagnoles ou des brigades internationales qui se levèrent contre la dictature franquiste; Simone Weill, Lucia Saornil et tant d’autres.

Demain, nous n’auront pas l’excuse de dire à nos enfants; on ne savait pas. Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.