Vous lisez actuellement les articles ayant les mots clés “acacia”

Page 1 de 1

L’acacia m’est connu…

Posté par erwandekeramoal dans TRADITION

, , ,

Amis du matérialisme dialectique et de la crêpe Suzette réunis, bonjour ! Nous sommes le lundi 02 juin 2014, 14è jour de Prairial que les républicains avaient dédié à l’acacia sur leur calendrier. On compte plus de 1 500 espèces d’acacias à travers le monde dont près de 1 000 uniquement en Australie. C’est d’ailleurs un acacia ou mimosa, le mimosa doré (Acacia pycnantha) qui est la fleur nationale de l’Australie. L’Arbre du Ténéré était un acacia solitaire,  raddiana ou un Acacia tortilis, arbre Ténéréqui fut à une époque considéré comme l’arbre le plus isolé de la Terre, aucun autre arbre ne se situant à moins de 400 km. Il faisait office de repère pour les bédouins des caravanes qui traversaient le désert du Ténéré au nord-est du Niger mais aussi pour les sagouins du paris-Dakar.  Il s’agissait du dernier survivant d’un groupe d’arbres qui avait poussé lorsque le désert était moins aride que maintenant et il s’est élevé, seul, pendant des décennies. Pendant l’hiver 1938-1939, un puits fut foré à côté de l’arbre par les militaires français pour faciliter le transit des convois militaires dans la région et on découvrit que ses racines atteignaient la nappe phréatique, plus de 30 mètres en dessous de la surface.
En 1973, l’arbre fut renversé par un camionneur libyen, sans doute ivre. Le 8 novembre 1973, l’arbre mort fut transporté au musée national Boubou-Hama à Niamey et remplacé par une simple sculpture métallique représentant un arbre. Nous Acacia_SC_Logoévoquons ici, le vrai acacia, le shittim, qui est un arbre du désert, au tronc tourmenté et noueux, d’un bois très serré et extrêmement dur et dont les branches sont recouvertes d’épines de trois à cinq centimètres. Dans le Sinaï, on raconte que l’acacia représente la mort… parce que rien ne pousse aux alentours tant ses longues racines sont avides de la moindre trace d’humidité (Plus de cinq mètres parfois). On dit aussi que c’est un symbole d’immortalité, de pureté, car il est réputé imputrescible. Et c’est avec ses branches que fut tressée la couronne d’épines du Christ … Plante, ô combien symbolique, qui renvoie à la légende d’Hiram, base de toutes initiations aux différentes maçonneries. Pour les anciens égyptiens, l’Acacia est la représentation du culte solaire, de la renaissance du jour, de l’immortalité. L’Acacia est la fleur de l’Initiation et de l’innocence, l’emblème de Nith que les anciens grecs associaient à Athena. Pour les hébreux, le Shittah est le bois sacré du Tabernacle. Il est dit qu’Abraham en planta un bosquet (‘e-shel ) à Beer-Sheba ( Gen. 21 ; 33 ).  Dans le Mythe d’Hiram, celui qui ôte la branche marquant l’emplacement du corps prononcera les mots indiquant que la moelle est dans l’os (M:.B:.).
Dans le Coran: « Les gens de la droite, mais que sont les gens de la droite? seront parmi des jujubiers sans épines et des acacias alignés, sous d’amples ombrages, près d’une eau vive, avec une abondance de fruits, non encore cueillis mais non défendus. » Sourate 56:27-33

Bon, on pourrait multiplier les exemples, ainsi, dans son « Histoire comparée des anciennes religions », Cornélius Tiele décrit une arche portée par quatre prêtres égyptiens sur laquelle on lisait « Osiris s’élance » et d’où émergeait un acacia. C’était la représentation de la vie éternelle symbolisée initiationpar la semence enfouie en terre et qui revit dans l’arbre. Dans de nombreuses traditions l’acacia est associé à l’immortalité ou aux symboles divins : en inde par exemple la louche sacrificielle attribuée à Brahmâ (sruk) est en bois d’acacia, pour les Bambaras, le premier rhombe fut fabriqué dans le même bois. Dans le Pentateuque, on nous apprend que l’Arche d’Alliance a été créé avec ce même matériau. Dans la pensée judéo-chrétienne cet arbuste en bois dur, imputrescible est un symbole solaire de renaissance et d’immortalité.
« Il faut savoir mourir pour naître à l’immortalité » a écrit Gérard de Nerval dans le Voyage en Orient. C’est donc un symbole universel, transmis dans toutes les Traditions avant de se trouver dans ce que René Guenon appelait une des seules voie Initiatique occidentale (avec le Compagnonnage) : La Franc-Maçonnerie. Mais là, il faut que je m’arrête, je vais pas non plus en faire une thèse hein ! Allez, portez vous bien et à demain peut-être.